Matadi : la haute direction de l’Office congolais de contrôle tue le social

couloirLa délégation syndicale locale de l’Office congolais de contrôle(Occ) Matadi dit non à la gestion centralisée de l’employeur. Celui-ci rend difficile le paiement des salaires, avantages sociaux des agents et le fonctionnement de l’office.

 Quand des agents tombent malade, décèdent …l’Occ Matadi éprouve maintenant des difficultés pour s’assumer. ‘’ Le social n’est plus pris en compte.’’, a dit inquiet un membre de la délégation syndicale.

Début Mai 2006, l’autonomie de cet office a été arrachée. La lettre de Mayuma Kala à l’époque, Administrateur délégué général de l’Occ justifiait cette décision par ‘’ une maîtrise de la gestion financière’’. Du coup, l’argent que produisait Matadi par son port est entré dans le compte production. Tout est géré par la direction de Kinshasa. Pour que les agents de Matadi soient payés, la direction provinciale établie un planning et envoie de l’argent. Malheureusement ce planning n’est pas respecté. Sur une enveloppe estimée à 15 millions 592.902$ US pour 2009, l’Occ Matadi n’a reçu que 10 millions des $ US. Autre justification : la péréquation pour permettre aux autres entités à travers les provinces qui ne produisent pas d’avoir un peu d’argent. C’est à cela que un syndicaliste s’est interrogé : ‘’ Comme sacrifier ceux qui produisent aux profits des autres au nom de la péréquation ?’’.

Pourtant, cet office a toujours été envié par plusieurs personnes étant donné les avantages que ses agents perçoivent. Bernadette Makaya, Inspecteur provincial du travail était toute étonnée d’apprendre que le social battait de l’aile à l’Occ Matadi.

Kitenge, le Chef de direction provinciale ait attiré l’attention des syndicalistes sur leur mémorandum relevant des phrases frisant ‘’ la diffamation’’. Toutes fois, il s’est dégagé que les deux parties regardent dans la même direction pour l’intérêt des travailleurs. Elles veulent avoir un ordre de paiement permanent ou 60% du planning pour éviter tout désagrément.

Modero Nsimba, le Ministre du travail qui est allé à la rencontre des deux parties leur a demandé de collaborer pour que la paix sociale continue de régner. Il a promis faire rapport à Simon Mbatshi, le Gouverneur qui lui a mandaté pour une solution durable.

Leave a Reply

Your email address will not be published.