Interview : les USA prêts à soutenir le Bas-Congo

Interview : les USA prêts à soutenir le Bas-Congo
 

James F Entwistle à bâtons rompus avec A. Nekwa/Infobascongo

Quelques potentialités du Bas-Congo viennent d’être touchées du doigt par James F. Entwistle, Ambassadeur des Etats-Unis en RD Congo. Il pense que son pays est disposé à soutenir la province.

WWW.INFOBASCONGO(IFB): Bonjour M. l’Ambassadeur !

James F. Entwistle(JFE) : Bonjour Tonton ! Et comment ça va (Tonton, petit nom d’Alphonse Nekwa, Ndlr)?

IFB : (rire) Bonjour ! Vous êtes l’Ambassadeur des Etats-Unis en RD Congo en séjour de travail au Bas-Congo. Vous avez eu à vous imprégner des potentialités de cette province telles que le barrage hydroélectrique d’Inga et le Gouverneur vous a brossé sa carte postale. Qu’est-ce que le Bas-Congo peut attendre de votre pays ?

JFE : Je constate que le Bas-Congo est un moteur économique de votre pays. En tout cas, ça c’est clair. J’ai été fortement impressionné en visitant le barrage d’Inga et le port de Matadi. Je suis tout à fait prêt à travailler avec le gouvernement provincial pour encourager les hommes d’affaires américains à venir ici. Mais, tout dépend du climat des affaires crée par le gouvernement local. J’ai aussi visité la Minoterie de Matadi (Midema). C’est une compagnie américaine, plus grand partenaire de seaborg. Comme je l’ai dit : chaque fois que je mangerai à Kinshasa du pain, je penserai à la Midema. C’est un bon exemple d’une compagnie américaine qui fait la différence au Bas-Congo.

IFB : Vous avez pu visiter le port de Matadi. Comment avez-vous apprécié les mesures de sécurité ?

 JFE : Le Directeur du port m’a démontré comment est-ce qu’ils sont entrain de réhabiliter des quais. C’est un grand projet. J’ai été impressionné de la vision claire du Directeur et de son équipe sur l’amélioration des conditions du port.

IFB : Le chômage est un des problèmes qui mine le Bas-Congo. C’est une des causes qui a été capitalisées par les adeptes de l’ex-mouvement de Bundu dia Kongo(Bdk), mouvement politico- religieux en 2008. Comptez-vous créer des emplois pour résoudre le problème ?

 JFE : Si, les autres compagnies américaines sont entrain de venir pour créer l’emploi. Mais comme je l’ai dit du climat d’investissement qui est crée par votre gouvernement local. Comme je dis souvent à la presse et au Président Kabila, votre pays et le nôtre avons un grand partenariat dans plusieurs domaines : santé, éducation, affaires commerciales, sécurité… C’est un grand partenariat et je vois beaucoup de possibilités au Bas-Congo.

IFB : Vous vous êtes entretenus hier avec le Gouverneur. Ne vous a-t-il pas garantie au sujet du climat d’investissement ?

 JFE : Nous avons eu une très bonne conversation. Il est très intéressé et il cherche les moyens pour attirer les compagnies américaines.

IFB : Les USA par le biais de l’USAID soutiennent les radios communautaires disséminées dans 4 provinces. C’est plus l’Est qui est pris en compte pendant que le Bas-Congo possède une trentaine des radios communautaires. Pourquoi ?

JFE : Je suis ici au Bas-Congo entant qu’Ambassadeur des Etats-Unis. Je ne sais comment on peut dire que nous ignorons votre province. Je suis maintenant là entrain de vous soutenir. C’est vrai que vous avez beaucoup de chaînes communautaires. Dans notre centre culturel, nous avons beaucoup de programmes, je pense que l’année prochaine, il y aura une formation pour les journalistes ici à Matadi.

IFB : Vous soutenez les élections prochaines en RD Congo. Mais, il faut justement une presse bien formée pour accompagner ces élections pour qu’elles favorisent la paix, M.l’Ambassadeur ?

 JFE : Le rôle du journaliste et médias libres en faveur des élections démocratiques est absolument essentiel comme je le dis souvent à la presse à Kinshasa. Les éléments clés pour une élection démocratique, est-ce le processus est transparent ? Les candidats peuvent-ils circuler et battre campagne sans intimidation ? Tous les candidats ont-ils accès égal aux médias de l’Etat comme la Radio télévision nationale congolaise (Rtnc) ? Le journaliste peut-il faire son boulot ? Ce sont là les aspects clés à mon avis pour déterminer si les élections sont vraiment démocratiques. Jusqu’à présent, je suis optimiste.

IFB : Le Bas-Congo se place en 3ème position s’agissant des violences sexuelles après deux provinces de l’Est. Mais, les actions des USA sont centrées à l’Est pourquoi ?

 JFE : Nous luttons contre le fléau violences sexuelles dans tous les coins du pays bien sûr plus au Kivu qui vient de sortir de la guerre. Nous avons beaucoup de projets contre les violences sexuelles même ici au Bas-Congo. Cet après-midi, je veux couper le ruban d’un projet qui se trouve entre Matadi et Boma qui concerne le VIH/SIDA. Même hier, j’ai visité une maternité. Nous faisons beaucoup contre les violences sexuelles dans le pays.

L'équipe d'Infobascongo enregistre l'interview

Leave a Reply

Your email address will not be published.