Moanda : patrouilles militaires insécurisantes

Moanda : patrouilles militaires insécurisantes

Pour lutter contre l’insécurité, des patrouilles sont instaurées par le commandant de la base militaire de Kitona à Moanda. Malheureusement, les militaires dépouillent les habitants, les tabassent voire les viols. La peur au ventre, ces derniers désertent tôt les rues.

Bureau administratif du territoire de Muanda/Infobascongo

Bureau administratif du territoire de Muanda/Infobascongo

’J’étais copieusement tabassé par ces patrouilleurs devant l’école des trois mages. Ils m’ont  tout ravi. Enfin de compte, ces hommes m’ont  restitué 500 fc (1$) pour me permettre de prendre un taxi-moto’’, raconte déçu, un jeune du quartier Océan. Un journaliste de la radio communautaire de Moanda a été tracassé aux environs de 20h pendant qu’il revenait du service. Mais, ces militaires font pire :’’ils violent’’. ’’Ils étaient sept militaires à violer une femme derrière la tribune de la cité après l’avoir intimidée en lui demandant des pièces d’identité’’, témoigne un habitant. Lassés de ces forfaits,ils se terrent chez eux déjà vers 20h. ‘’ C’est une patrouille ou un couvre-feu ?’’, se demande un habitant.

Commandant second de la base de Kitona, le Général Jacques Ichaly Gonza conscient de ce qui se passe invite la population au calme. ‘’ J’ai instruit le major Kalanga, le superviseur de cette patrouille d’arrêter des stratégies pour que des plaintes ne soient plus enregistrées. Car  c’est une patrouille et non un couvre feu’’, assure-t-il.

Francis Kidiba, correspondant.

Leave a Reply

Your email address will not be published.