Matadi: trois morts à la prison centrale devenue un mouroir

Matadi: trois morts à la prison centrale devenue un mouroir

Encore des morts à la prison centrale du Camp Molayi, à Matadi, au Kongo central. Le jeudi 9 avril, cette institution carcérale a enregistré trois décès.

Parmi ces trois prisonniers, un est mort subitement, un autre a souffert de diarrhée. ‘’Les conditions carcérales sont déplorables dans toute la République. Voilà pourquoi nous demandons sans cesse au gouvernement de construire des prisons modernes’’, explique  le pasteur Néhémie Nkusu, président provincial de la Fraternité des prisons. Camp Molayi compte plus de 800 pensionnaires pendant qu’elle avait été construite pour seulement 150 pensionnaires. Une autre source de la prison précise que le manque de nourriture est à la base des maladies qui causent de nombreux morts. Dix prisonniers sont déjà morts depuis janvier 2020. Les autres ont la peau sur les os. C’est la même situation que vit Boma et les autres prisons du Kongo central. Ce que dénonce Adrien Phoba, député national élu de Boma : ‘’La prison n’est pas un mouroir. Quand quelqu’un y entre, il doit en sortir changé. Malheureusement, c’est le contraire à cause du manque de nourriture, des médicaments…’’ Il accuse le ministre provincial de la Justice Edouard Samba, de ‘’mauvaise gestion’’.’Il est devenu un fournisseur. J’ai des preuves qu’il surfacture ce qu’il achète pour la restauration des prisons, avoue-t-il. Ce qui fait que les prisonniers manquent de la nourriture.’’

Combat politique?

 »Est-ce qu’un député qui constate des choses du genre doit aller parler à la télé? », s’interroge le ministre provincial de la justice. Il n’est même jamais allé à la prison de Boma. Où est-ce qu’il trouve ce qu’il raconte?. » Pour lui, avant de parler, les gens doivent savoir comment fonctionne son ministère.  »Le ministre provincial de la Justice ne donne pas à manger aux prisonniers. La gestion des prisons est l’apanage du gouvernement central », explique-t-il, lui qui signale que le député Phoba est envoyé par ses ennemis politiques.

Mais deux idées taraudent le député national Adrien Phoba : interpeller à l’Assemblée le ministre provincial de la Justice ou obtenir sa destitution par le gouverneur.

Leave a Reply

Your email address will not be published.