L’Ucofem lance la 5 ème édition du prix jeune femme journaliste 2020

L’Ucofem lance la 5 ème édition du prix jeune femme journaliste 2020

Beaucoup étaient sceptiques quant à la tenue de la 5ème édition du prestigieux prix de la jeune femme journaliste en RDC à cause du Covid-19. Elle aura bel et bien lieu. L’Union congolaise des femmes des médias (Ucofem) a trouvé une parade: les TIC et les médias.

L’édition est spéciale.  »Tout se passera en ligne et même la publication de résultats se fera uniquement à travers les médias », révèle l’Ucofem.
Les termes de référence précisent que la sélection de trois lauréates de 30 ans au maximum va prendre en compte les lauréates qui vont produire un ou plusieurs reportages valorisant les droits des femmes et l’égalité des sexes.
Il s’agit de:
-la mise en cause des stéréotypes : reportages, articles, images où les stéréotypes sont mis en cause et où l’on encourage le débat sur des questions de genre dans la perspective des droits humains.
-l’équilibre de genre dans les sources de référence : reportages, articles, images montrant un équilibre de genre quant aux personnes mentionnées, interviewées, photographiées ; incluant tant les points de vue des femmes que ceux des hommes;
-l’attention spécifique au genre : reportages, articles, images portant sur l’égalité entre les hommes et les femmes, ou spécifiquement consacrés à des thèmes féminins comme la question du « plafond de verre »; campagnes visant à promouvoir l’égalité de genre, par exemple le droit à l’éducation des jeunes filles;
-perspectives de genre dans les nouvelles : reportages, articles, images montrant comme une question d’ordre général concerne spécifiquement les femmes ; incluant le point de vue des femmes dans le cadre d’une question générale, ou mettant en évidence les implications que les faits dont on parle ont sur la vie des femmes, ainsi que les solutions souhaitables sous une perspective d’égalité;
-la valorisation du talent des femmes : reportages, articles, images qui présentent une femme dans une position importante, par exemple un rôle décisionnel, une fonction influente et non seulement en victime.

La femme au centre

L’Ucofem qui travaille pour la promotion des droits des femmes et l’égalité des sexes dans et par les médias a institué ce prix en vue de promouvoir le travail de la femme dans les médias. La première année 2016, le concours a été soutenu par Internews. Free press unlimited(FPU) est venu en appui lors des éditions 2018 et 2019. Grâce à son programme
Media sector development activity(MSDA) lancé au dernier trimestre de 2019, Internews a renoué avec son soutien.
L’objectif est d’encourager les jeunes femmes journalistes à s’engager dans le professionnalisme, quel que soit l’environnement dans lequel elles évoluent.
La première édition a débuté en 2016. Les quatre éditions précédentes ont primé des jeunes femmes journalistes, évoluant à la radio et à la presse en ligne à l’occasion de la journée internationale de la liberté de presse célébrée le 03 mai de chaque année.
Cette année, les blogs sont aussi pris en compte. Les reportages doivent être réalisés entre le 4 mai 2019 et le 20 avril 2020.
Le 27 avril est le dernier jours d’envoie des productions(info@ucofem.org et ucofemrdc@gmail.com). La publication des résultats elle, se fera dans les réseaux sociaux et au cours d’un journal télévisé.

Lors des précédentes éditions,les lauréates ont bénéficié de l’argent,des smartphones et des formations à Kinshasa. Anitha Kon de Kolwezi au Lualaba a remporté la 3ème édition. Elle est contente que Ucofem pérennise l’idée.  »Je m’apprête à participer de nouveau »,fait-elle savoir. Sarah Katebe de la même province,travaille elle aussi dur pour gagner ce prix depuis que sa consœur a fait parler d’elle.  »Celles qui l’ont remporté sont des femmes comme moi,je peux y arriver »,croit-elle dur comme fer.

Le prix de la jeune femme journaliste de l’Ucofem fait partie de rares concours de journalisme en RDC à côté du prix Félicien Tshipumpu.

Leave a Reply

Your email address will not be published.