Covid-19 : ’’…nous avons le devoir de faire circuler de bonnes informations’’ : Anna Mayimona aux femmes des médias de Matadi

Covid-19 : ’’…nous avons le devoir de faire circuler de bonnes informations’’ : Anna Mayimona aux femmes des médias de Matadi

Infox, violences domestiques : le Coronavirus sème des dégâts. L’Union congolaise des femmes des médias (Ucofem) compte notamment sur les journalistes femmes de Matadi pour véhiculer la bonne information en vue de préserver les habitants. Elle les a outillées samedi 11 juillet.

‘’Je nous exhorte, nous femmes des médias, d’apporter notre petite contribution. Nous devons prendre le devant, faire circuler l’information efficacement en cette période de crise sanitaire’’. Anna Mayimona, présidente de l’Ucofem s’adressait ainsi à 28 femmes des médias de Matadi après celles de Boma. Elle conscientise : ‘’ En tant que femmes des médias, nous avons le devoir de faire circuler de bonnes informations afin de contrer les fausses rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux’’.

‘’Faites circuler efficacement des informations sur la Covid-19…’’

Le Kongo central (351 cas) est la 2ème province la plus touchée en RDC après Kinshasa (6798 cas) selon le bulletin épidémiologique  du comité multisectoriel de la riposte de la pandémie de Covid-19 en RDC du 10 juillet dernier. Celui de la coordination provinciale indique 249 malades à Matadi et 36 décès. Malgré ces chiffres inquiétants, la maladie fait face à un déni par les habitants. Des infox circulent journellement. ‘’Je vous assure, qu’on ne remet à personne de l’argent pour l’obliger à dire qu’il souffre du coronavirus ni d’attribuer la cause de certains décès au coronavirus. Ce sont de fausses rumeurs’’, réfute Dr Goethe Makindu, le médecin chef de zone de santé de Matadi. Les fausses informations, c’est aussi sur des prétendus remèdes et pratiques qui guérissent le Coronavirus.

D’où l’importance pour la directrice nationale de l’Ucofem pour les femmes de se lancer dans la lutte contre cette pandémie. ‘’Quand elle possède l’information, c’est toute la famille qui en profite. Quand en plus, elle est femme des médias, nous pouvons être sûres que beaucoup de personnes seront informées, soutient-elle. Faites circuler efficacement des informations sur la Covid-19, contrecarrez les fausses rumeurs et avertissez la population des dangers.’’

Violences sur le genre

Outre les infox, le Coronavirus provoque des violences sur le genre. Madeleine Mbungu est directrice provinciale de l’Ucofem. Elle en a fait mention. ‘’ Nous devons non seulement sensibiliser la population sur les dangers du coronavirus mais aussi sur les répercussions qu’entraînent cette maladie sur le plan socio-économique. Et il y a beaucoup de femmes qui sont victimes des violences domestiques, car les hommes, habitués à sortir, sont constamment à la maison. Et l’Ucofem en tant qu’organisation de femmes ne peut pas se taire face à cette situation’’, argumente-t-elle. L’UNFPA estime que six mois de confinement dans le monde pourraient provoquer l’émergence de 31 millions de cas de violence basée sur le genre, puis 15 millions par trimestre supplémentaire de confinement. C’est pour cela que Anna Mayimona suggère aux femmes des médias de Matadi ‘’d’insérer dans leurs émissions des rubriques qui parleront spécialement de la Covid-19 de sorte que la population soit mieux informée’’.

Dr Makindu prévient que la seule arme efficace contre le coronavirus reste la prévention. Il conclut : ‘’Le lavage des mains, le port des masques et la distanciation physique s’avèrent importants dans la prévention du coronavirus.’’ Ce sont notamment ces mesures d’hygiène que les femmes des médias vont véhiculer.

Par Eunice Luyeye

One Response to "Covid-19 : ’’…nous avons le devoir de faire circuler de bonnes informations’’ : Anna Mayimona aux femmes des médias de Matadi"

Leave a Reply

Your email address will not be published.