Kongo central: un mort et deux blessés dans une attaque à mains armées à Kasangulu

Kongo central: un mort et deux blessés dans une attaque à mains armées à Kasangulu

Des bandits à mains armées ont sévi à Kasangulu, au Kongo central. Ils ont tué un homme et en ont blessé deux la nuit de samedi à dimanche aucours de leur double attaque dans deux quartiers de la cité située à la porte de Kinshasa


Dimanche matin, 12 juillet, avenue Kasa Vubu, quartier populeux de Luzamba à Kasangulu. Sur le pavement de la cuisine d’une maison, du sang humain, celui du propriétaire. Jonas Mata a été abattu à bout portant par un fusil de chasse de calibre douze. Des douilles retrouvées sur place attestent de ce crime odieux. Sa petite sœur est elle aussi, blessée par balle à la main. Leurs proches sont inconsolables. Au quartier Kiloso, sur la nationale n° 1, une autre famille a été visitée par des bandits armés de fusil. Ils ont plus de chance. Ici, les assaillants ont emporté une importante somme, des DVD, un amplificateur et des habits, laissant derrière eux un bazar. Leur voisin venu les secourir a lui, eu moins de chance. Il a reçu une balle. Le corps de Jonas Mata a été placé à la morgue tandis que les blessés pris en charge à l’hôpital général de référence de Massa à Kasangulu.

Sur le pavement de la cuisine , du sang humain, celui du propriétaire Jonas Mata/Infobascongo

Regain d’insécurité

D’après Isabelle Nkusu, administrateur du territoire, « c’est le même groupe d’une vingtaine de bandits qui ont opéré dans les deux familles entre 2h 15 et 2h 45 minutes dans la nuit de samedi 11 à dimanche 12 juillet. Est-ce un règlement de compte ? Nul ne sait, répond-elle s’agissant du meurtre de Jonas Mata, un monsieur travaillant à Kinshasa de lundi à samedi et qui ne revient chez lui à Kasangulu que le week-end. Ses assassins n’ont rien emporté et ont affirmé ne venir que pour l’abattre ».
Elle dénonce ce regain d’insécurité qui explique-t-elle intervient après près de huit mois d’accalmie ». Le matin, l’administrateur du territoire a présidé une réunion du conseil local de sécurité. « Nos services de sécurité sont à pieds d’œuvre pour mettre la main sur ces malfaiteurs qui ont semé la désolation dans le chef de la population », rassure Isabelle Nkusu. Une source évoque elle, l’arrestation d’un suspect, un homme muni d’une arme à feu.

Nuit agitée

Deux autres événements ont agité Kasangulu avant et après cette double attaque à mains armées et la nuit n’a pas été de tout repos pour l’administrateur du territoire et les services de sécurité. Vers 23 heures, des racketteurs dits kulunas ont attaqué un homme à la machette en diagonale de la résidence de Isabelle Nkusu. Les gardes commis à sa sécurité ont pu maîtriser les kulunas et acheminer la victime grièvement blessée à l’hôpital. A trois heures du matin, c’est une altercation qui intervient entre policiers et des jeunes en plein footing. Ces derniers ont lancé des projectiles aux policiers venus les rappeler à l’ordre. « Il est interdit, le rassemblement de plus de 20 personnes pendant l’état d’urgence pour raison de Covid-19, mais ces jeunes n’en font qu’à leur tête. Ramenez-les à la raison, ai-je demandé à l’honorable Belly Mampa », explique Isabelle Nkusu. Ces jeunes ont refusé de rentrer chez eux après que les policiers le leur ont demandé. Isabelle Nkusu, le député Belly Mampa et les forces de l’ordre ont été au front jusqu’à l’aube pour rétablir le calme dans la cité.

Les services de sécurité pendant ce temps continuent leurs investigations pour retrouver les assassins qui, tel un serpent de mer, refont surface.

Leave a Reply

Your email address will not be published.