Kongo central : des soignants du Coronavirus, eux-mêmes contaminés

Kongo central : des soignants du Coronavirus, eux-mêmes contaminés

En première ligne face à la Covid-19, des soignants au Kongo central contractent la maladie. Plusieurs situations le justifient.

Médecins, ils ont prêté le serment d’Hippocrate, infirmiers, celui de Florence. C’est pour ‘’la passion de leur vie’’ qu’ils sont toujours en première ligne pour soigner leurs patients. Malheureusement, ils n’en sont pas épargnés. Ils sont 13 médecins et 22 infirmiers contaminés. Les onze autres sont des personnes qui travaillent dans les hôpitaux selon le rapport du 8 juillet de la coordination provinciale de lutte contre le Coronavirus au Kongo central. A Matadi, à en croire une source digne de foi, du personnel soignant du centre de santé de la Direction des douanes et accises (DGDA), onze au total, étaient contaminés. C.M d’un hôpital de Matadi a contracté la maladie. En bonne santé à ce jour, elle garde un mauvais souvenir de la Covid-19. ‘’C’est une sale maladie. Je faisais des fièvres, j’avais perdu le goût, l’odorat, j’avais de l’asthénie. Je savais que la maladie existait mais je ne prenais pas assez de précautions’ ’, confesse-t-elle. ‘’Quand j’ai chopé la maladie, je me suis moi-même confiné. Cela n’a pas été facile’’, témoigne un médecin.

Moins protégés

Médecin chef de zone de santé de Matadi, Dr Goethe Makindu explique « qu’il n’y avait pas assez de matériels de protection. Dans la zone de santé de Matadi avec plus ou moins 100 structures, moins de 15 centres en étaient dotés et c’était en quantité insuffisante ».
Début avril dernier Bijou Soki, médecin directeur de l’hôpital provincial de référence de Kinkanda avait déjà tiré la sonnette d’alarme. « Le masque se vend à 2 000fc (~1,20$). Nous déboursons chaque jour quelques 860 000fc (505$) pour équiper nos agents. Nous n’avons pas de moyens suffisants car il faut au-moins trois masques par jour par agent. Et, que dire de gants et d’autres équipements? A Matadi, il y a plusieurs autorités, qu’elles suivent l’exemple de la sénatrice Néfertiti Ngudianza, car nous devons être en bonne santé pour nous occuper des malades. Il ne faut pas que nous tombions malades en soignant les autres. » 

Mais ce n’est pas tout, certains médecins et infirmiers ont été victimes de la pandémie par ignorance. ‘’Bien que des médecins et infirmiers aient été formés, ils n’ont pas fait la restitution à leurs collègues’’, regrette Dr Goethe. Mais il y a aussi certains qui, tout en étant des blouses blanches, ne croyaient pas en la maladie et le manque de motivation faute de primes.

Le Kongo central compte 351 cas de Coronavirus et 40 décès.

Leave a Reply

Your email address will not be published.