Matadi: la marche des agents affectés à la riposte contre la Covid-19 stoppée par la police

Matadi: la marche des agents affectés à la riposte contre la Covid-19 stoppée par la police

Ils ont mis leur menace en exécution. La marche de protestation contre le non-paiement de prime des prestataires affectés à la riposte contre la Covid-19 a vécu ce lundi 27 juillet à Matadi. Mais, le mouvement a été stoppé net par la police.

Une centaine de prestataires à l’hôpital provincial de référence de Kinkanda, point de départ! L’essentiel des marcheurs, nez et bouches couverts de masques, gants aux mains pour certains, est composé des agents du Programme national de l’hygiène aux frontières (PNHF). Ici, les interventions du ministre provincial de la Santé, du médecin inspecteur provincial ou du Chef de division provinciale de la Santé pour tenter de les dissuader n’ont aucun effet. Le groupe prend la direction du gouvernorat pour y déposer un mémorandum. Dans la mêlée, des sifflets et des chansons retentissent le long du parcours. « Mbongo eh eh mbongo, mbongo ebima » (Que l’on nous paie notre argent, Ndlr), scandent-ils. Les manifestants portent aussi des affiches. On peut y lire: »Le gouvernement provincial du Kongo central a détourné les 500 000$ des prestataires de Covid-19″ ou encore : »Nous exigeons le même barème salarial que celui de Kinshasa, car il s’agit d’une même maladie ».

Ce collectif d’agents affectés à la riposte contre le Coronavirus, revendique trois mois d’arriérés de prime pour leurs services rendus dans la lutte contre la Covid-19 déclarée au Kongo central depuis fin avril. Le groupe devrait rejoindre un autre groupe à la place Mzee ex. 24 novembre quand arrivé au niveau de Safari, ils sont stoppés net par la police. Celle-ci fait usage des gaz lacrymogènes. Certains sont brutalisés, l’un d’eux interpellé puis embarqué brièvement dans un véhicule de la police est relâché. D’autres perdent quelques effets. L’arrivée du ministre provincial de la Santé et du maire calme quelque peu la situation. Les échauffourées cèdent alors la place à d’âpres discussions.

Nestor Mandiangu,ministre provincial de la Santé

Mais ni le ministre, ni le maire Pathy Nzuzi n’arrivent à convaincre les manifestants en furie. Certains d’entre eux, des responsables embarquent alors dans la voiture du ministre où vraisemblablement ils vont poursuivre des discussions. Pour l’heure, le gros de la troupe attend leur retour à Safari avec toujours face contre eux des policiers prêts à intervenir.

Leave a Reply

Your email address will not be published.