Covid-19:45 jours sans contamination à Boma, le bel apport des médias

Covid-19:45 jours sans contamination  à Boma, le bel apport des médias

Bon résultat pour Boma, la deuxième ville du Kongo central sur le plan sanitaire. Aucun cas de contamination n’a été enregistré en un mois et demi. Les médias en sont pour beaucoup. Mais, il faut rester prudent.

Agenda de santé et ’’Bunkete’’ (Propreté, Ndlr), deux émissions de la Radio télévision de Boma et les tranches matinales qui sensibilisent sur le Coronavirus. Des professionnels de la zone santé de Boma interviennent régulièrement Mais, ce n’est pas tout. ‘’Il y a aussi l’accompagnement d’internews qui nous a permis de diffuser un programme spécial appelé instant Covid, une émission phare de sensibilisation avec différents intervenants sur le plan national. Il y avait un feedback des auditeurs. Cela nous a permis d’évaluer notre apport’’, explique Nana-Madeleine Mbungu, directrice des programmes. Mais il n’y pas que la RTB. La RTDN, RCB, Sango Malamu apportent aussi leur pierre de contribution.

Depuis le début de la pandémie  à coronavirus en mars 2020, la zone de santé de Boma a enregistré 16 cas dont 4 décès.  ‘’ Les médias ont beaucoup contribué en faisant comprendre à la population l’importance de pouvoir observer les gestes barrières pour casser la chaîne de transmission de la maladie à coronavirus’’, avoue Dr Kennedy Nzebo, le médecin de zone de santé de Boma. 

C’est aussi l’avis du Dr Angèle Mabiala, médecin clinique à la Croix-Rouge.

Dr Angèle Mabiala, médecin clinique à la Croix-Rouge

Sensibiliser davantage

Début mars dernier, Célestin Bibimbu, coordonnateur provincial du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication(CSAC) avait demandé aux médias de retoucher leurs grilles de programme en privilégiant des émissions de sensibilisation sur le Coronavirus. ‘’Il faut partir de l’expérience de Boma pour inciter les médias de Matadi à faire mieux. Je sais qu’il y a la RTNC qui a une émission et dans d’autres chaines des spots qui sont diffusés, il faut davantage sensibiliser’’, encourage Bibimbu. Matadi compte 285 cas et le Kongo central 466 cas.

Mais la prudence doit être de mise dans une ville où parfois les habitants se méfient des prestataires des soins et des communautés.  Le nombre des contaminations qui ne galope plus a laissé place au relâchement. ‘’ Maintenant que les frontières de tous pays vont commencer à s’ouvrir, on est en train de craindre une recrudescence des cas qui risque de nous emporter. Alors nous devons tenir bon pour que la maladie ne nous affecte pas, conscientise le Dr Kennedy Nzebo. Les compatriotes refoulés d’Angola ont été testé positifs. L’impression que ça donne est que la levée d’état d’urgence, les gens ont pensé que c’était  la levée de la maladie.’’ Il exhorte les médias à poursuivre la sensibilisation.

Leave a Reply

Your email address will not be published.