Des insultes à l’Assemblée provinciale du Kongo central

Des insultes à l’Assemblée provinciale du Kongo central

Des invectives, verrous des portes cassés, réception des candidatures au poste de président et vice de l’Assemblée provinciale : La tension était à son comble à l’Assemblée provinciale du Kongo central.

Invraisemblable ! C’est comme s’il s’agissait d’une pièce de théâtre. Que non ! Il y a de l’électricité dans l’air. Altercation entre Anatole Matusila et Jean-Claude Mvuemba.  Sur fond, le député Blaise Lufua braille : ‘’Non président, nous ne sommes pas vos enfants !’’ Cette phrase, il le répète sans cesse. ‘’Vous êtes des minables’’, rétorque le président Matusila. ‘’C’est toi le minable. Il faut quitter les affaires’’, flanque à son tour Lufua. Entre les deux camps, un policier bien armé. Matusila s’en prend aussi à Jean-Claude Mvemba qui déjà vociférait. ‘’Tu as passé 12 ans inutilement à l’Assemblée nationale, tu n’as rien compris.’‘’ Je vous ai envoyé mes productions parlementaires à vous et à votre fils’’, répondait Jean-Claude Mvuemba. Une véritable indignation.  »Ce ne sont pas de propos à diffuser, estime le député Mambo. C’est sous le coup de la colère. C’est vraiment impensable qu’il y a des procédures pour faire partir des membres du bureau. C’est un ainé dans la province. Il ne faut pas chercher à l’humilier par des voies frauduleuses parce que vous avez intérêt à soutenir un monsieur. »

Campagne lancée

La tension était déjà envisageable. Tôt le matin, les alentours de l’Assemblée provinciale sont sécurisés par un important dispositif policier. Les entrées et sorties sont contrôlées.

Anatole Matusila et les membres du Bureau eux, s’entretiennent avec le conseil provincial de sécurité puis avec les chefs de service de l’Assemblée provinciale. C’est pendant cette rencontre que le groupe de 25 députés arrive, l’un après l’autre. Le dispositif sécuritaire se renforce au fil des heures. Le commissaire provincial intérimaire et le commissaire adjoint de la police, chargé de la police judiciaire font leur entrée dans l’enceinte de l’hémicycle. Les policiers commis à la sécurité de l’Assemblée provinciale sont désarmés. Une voiture Mitsubishi Lancer s’introduit dans l’enceinte. Du matériel de soudure y est déchargé.

Les verrous placés sur les portes de l’hémicycle scellées la veille, sont dans la foulée cassés à l’aide d’une scie à métaux mais la salle n’est pas investie. Les 25 députés lancent donc la campagne au rez-de-chaussée. Matusila remonté veut quitter le siège de l’Assemblée, mais d’autres membres du bureau l’en empêchent. Il rejoint finalement son bureau. Après le lancement de la campagne par le député Blaise Lufua, et les interventions de Jean-Claude Mvuemba et Samuel Nimi, le groupe de 25 quitte l’Assemblée en promettent y revenir mardi 6 octobre pour l’élection du président et de son vice.  »Cet énième épisode est la preuve que l’état de droit que prône la président de la République est un chimère au Kongo central. C’est une honte »,conclut le député José Mambwini.

Lire aussi:Kongo central: début de campagne électorale pour l’élection du président et vice-président de l’Assemblée provinciale

One Response to "Des insultes à l’Assemblée provinciale du Kongo central"

Leave a Reply

Your email address will not be published.