Message du président de la République: des Congolais réagissent

Message du président de la République: des Congolais réagissent

Le président de la République, Felix Tshisekedi dans son message télévisé de 6 minutes du 22 octobre dernier, a annoncé, des consultations pour résoudre les divergences qui plombent la coalition CACH-FCC. Cette adresse continue d’alimenter les conversations des Congolais.

Babel Babomba, président de la Croisade Kongo

‘’La réalité est que le président est très affaibli, mais surtout très coincé par ses adversaires-partenaires de la coalition FCC-CACH. Et pour reprendre un peu de sa vigueur, il a grandement besoin de s’en émanciper. Malheureusement, l’exercice n’est pas aussi facile qu’on se l’imagine. La seule issue qui lui reste, c’est le retour à GENVAL avec à la différence du format originel, une partie du FCC qui aura accepté sa main tendue dans le cadre de cette union sacrée pour la nation annoncée. Ce qui conduirait toujours à réduire son pouvoir vu que son parti ne représente que moins de 10% de membres au sein de deux chambres du Parlement. Mais beaucoup de partenaires risquent d’être quelque peu méfiants au regard des expériences du passé. Ce qui risque de compliquer davantage sa situation. Malheureusement, les militants de son parti ont une perception différente de la réalité que vit le président. Que Dieu bénisse le Congo!’’

Donatien Ngoma est un notable de Boma, acteur politique et promoteur de la Radio Télé Boma

 » C’est un message d’un chef. Il a fait son autorité. Ceux qui se disent hors la loi doivent de soumettre donc voilà. Moi je pense que c’est un message important et ça nous concerne tous. C’est notre président si non ca serait insensé de ne pas admettre un message du chef. Le message est clair. Il va faire des consultations mais est-ce qu’il faut en arriver là. Voyons à quoi vont aboutir ses consultations puisqu’il nous donnera la suite. Toutefois, c’est lui qui a le mot suprême »


Jean Thomas khasa, acteur politique de Boma

Le mariage FCC-CACH n’a pas sa raison d’être. Le président doit rompre cette alliance-là. Mettre hors d’état de nuire tous ceux qui s’accrochent à lui et qui l’empêchent de décoller et bouster son programme. Maintenant qu’il vient s’installer les juges constitutionnels, il doit aller loin. Mettre en place un gouvernement responsable qui va travailler en franche collaboration avec lui pour le bien-être de la population. Le gouvernement passé a son bilan, lui aussi aura à justifier le sien .

Pascal Kamuvueteke, analyste politique et professeur de philosophie (Mbanza-Ngungu)

Ce discours m’a conforté dans mon appréhension de l’attitude politique du chef de l’Etat depuis le début de son refus de se livrer à la politique politicienne, à faire la politique comme un effort de transformation de la communauté pour sa survie et son développement. C’est la politique vue d’une façon positive. Dans ce discours, il adopte une grande attitude de responsabilité et une attitude grave. Il prend la mesure de la situation et considère en tant que garant du bon fonctionnement des de l’Etat, qu’il doit s’assumer et trancher sur une sorte de récréation qui veut s’inviter sur l’échiquier politique. Comme il a dit dans son discours que les gens ne semblent plus faire la politique pour résoudre le problème du pays mais simplement pour s’assurer de leur survie de la politique devenu comme une activité mercantile et que tout acte politique est mesuré à l’aune de notre maintien dans les sphères politiques. En même temps, le discours du chef de l’Etat a fait voir qu’il refuse de décider de manière épidermique. Il veut se donner le temps de pouvoir écouter le souverain primaire à travers les personnes par lesquelles il peut s’exprimer. Il se donne le temps de pouvoir consulter, ce n’est pas un dialogue. C’est un bon discours. Il n’ y a pas d’hypocrisie. Il est né dans la politique, il est trempé mentalement. Quand je le vois agir, je vois la sagesse de Kasa-vubu, le nationalisme de Mzee Kabila et même l’économie du discours de Joseph Kabila. Il ne parle pas beaucoup, il mesure ce qu’il dit.

Leave a Reply

Your email address will not be published.