José Sele Yalaghuli:. » Les contrevérités,les écarts et dérives d’interprétation qui émanent de ce courrier (IGF) méritent d’être recadrés… »

José Sele Yalaghuli:. » Les contrevérités,les écarts et dérives d’interprétation qui émanent de ce courrier (IGF) méritent d’être recadrés… »

Après la lettre de l’Inspection générale des finances (IGF) adressée au président de la République sur  »la situation préoccupante des finances publiques et les mesures de suppression des illégales prises par le Conseil des ministres, José Sele,le ministre des Finances réagit. Il a lui aussi écrit à Félix Tshisekedi sur ce qu’il appelle  »des contrevérités à recadrer ».

José Sele est formel: » L’analyse de la situation des finances publiques relève,depuis fin avril 2020 à ce jour,que le financement monétaire du déficit est nul. Ce qui explique la stabilité du taux de change établie entre 2010 et 2017 franc congolais de dollar américain au marché parallèle depuis juillet 2020,en raison des faits décalés.’‘ La lettre de l’Inspecteur général des finances sur base du rapport des inspecteurs généraux des finances chargés de suivi du compte général du trésor à la Banque centrale relevait  » qu’il se dégageait une augmentation inquiétante des dépenses hors rémunérations alors que depuis trois mois,les recettes publiques sont constantes ». Le ministre des Finances soutient relever  »une confusion entretenu entre le compte général du trésor qui constitue un stock et l’exécution du plan de la trésorerie de l’Etat qui renvoie à un flux ». Le rapport de l’IGF mentionne aussi qu’il se dégageait au 5 novembre 2020,un non-paiement des rémunérations du personnel pris en charge par le budget de l’Etat en dépit des recettes réalisées en octobre 2020.  » A fin septembre 2020,toutes les paies des agents et fonctionnaires de l’État ont été effectuées », explique Sele au président de la République.

 » Nous attendons cette réunion de l’Ecofin »

Par ailleurs, le ministre réagit aussi  » au manque d’application des mesures de suppressions des exonérations illégales par la Direction générale des impôts (DGI) et par la Direction générale des recettes administratives, domaniales, judiciaires et de participation (DGRAD) évoqué par l’IGF. »  » Ce rapport tant vanté n’a pas jamais été porté à la connaissance du ministre des finances pour permettre à ce dernier d’apporter la réaction contradictoire et statuer en connaissance de cause », précise le ministre.  » Lors du Conseil des ministres du 25 septembre 2020,il a été recommandé que le rapport exhaustif présenté par le ministère des finances soit versé à la commission économique et financière(Ecofin) en vue d’en dégager des éléments pouvant être en phase avec celui intérimaire de l’IGF ».  » A ce jour,nous attendons cette réunion », relève l’argentier national qui signale à Félix Tshisekedi que  » les contrevérités, les écarts et dérives d’interprétation qui émanent de ce courrier méritent d’être recadrés pour un travail professionnel, sérieux et objectif pour éviter de discréditer l’action gouvernementale… »

Leave a Reply

Your email address will not be published.