Forum économique du Kongo central : les routes de desserte agricole, facteur de croissance

Forum économique du Kongo central : les routes de desserte agricole, facteur de croissance

Le premier forum économique du Kongo central « Kimvuama kia Kongo » de la chambre de commerce et d’industrie du Kongo central (CCIKC), a tiré ses rideaux à Mbuela Lodge, à Kisantu . Parmi les défis à relever a figuré la construction d’un espace économique de croissance au Kongo central. Comment s’y prendre? Le quatrième panel a examiné la problématique et proposer des solutions qui passent notamment par des infrastructures dont les routes de desserte agricole.

Dans ce panel, il y a des connaisseurs des infrastructures. Jean Kimbembe Mazunga est l’un d’eux. L’ex conseiller de l’ancien président de la République Joseph Kabila est conférencier, membre de la commission infrastructures et nouvelles villes de la CCIKC. « Il faut identifier les sites de production, réaliser l’accès à ces sites et les relier aux centres de commercialisation, de consommation et de transit de ses produits notamment agricoles », propose Kimbembe Mazunga, pour dit-il,  »construire un espace économique de croissance au Kongo central ». « Il faut permettre aux compatriotes vivant au Kongo central de travailler, d’accéder à ces lieux de travail et de ramener leurs produits vers les centres de consommation pour en tirer des dividendes ».
Pour l’ingénieur civil Kimbembe, « cette responsabilité revient à la CCIKC et à l’autorité publique ». « La CCIKC, explique-t-il, a la mission de créer des synergies entre l’État, l’autorité provinciale et des potentiels investisseurs ».

Du potentiel à la richesse

Pour le panel 4, il faut montrer qu’au Kongo central, il y a du potentiel et des ressources à convertir en richesse et des dividendes à en tirer.
Pour une superficie de 53 920 km2, le Kongo central dispose d’un réseau routier de 16 934 km. Mais la province n’a que de 673 km de routes asphaltées dont la RN1 avec 365 km. « C’est un atout majeur pour nous, car la RN1 permet à un producteur de quitter Moanda et d’atteindre Kinshasa le même jour pour écouler sa marchandise », vantait Pierre Kabangu le 13 novembre dernier lors du lancement des activités de la CCIKC à Matadi.
« La seule RN1 ne suffit pas pour construire un espace économique de croissance au Kongo central, estime Jean Kimbembe. Le producteur qui habite Luozi n’a pas besoin de la RN1 ni celui qui habite Lemfu. Ils ont besoin des routes de pénétration. »
« Le gisement de sable asphaltique de Mavuma abandonné à ce jour, explique-t-il, peut être utilisé pour la construction de ces routes de desserte agricole en lieu et place de l’argile qui est facilement charriée par les eaux de pluie. »

Rechercher des bailleurs

Les propositions et recommandations du quatrième panel seront regroupées en vue de les orienter vers les potentiels bailleurs en synergie avec la CCIKC afin d’apporter des solutions aux problèmes qui bloquent le développement du Kongo central. Trois autres panels ont fait le même exercice: quel modèle de financement pour un développement durable? Cap vers l’industrialisation des mines du Kongo central, Quel modèle d’agroécologie et d’écotourisme pour le Kongo central?

Leave a Reply

Your email address will not be published.