Interview : Fely Samuna: « Nous voulons participer au développement de notre province »

Interview : Fely Samuna: « Nous voulons participer au développement de notre province »

Lancée à Matadi le 13 novembre dernier, la Chambre de commerce et d’industrie du Kongo central (CCIKC) a organisé les 14 et 15 novembre, à Mbuela Lodge, à Kisantu, son premier forum économique « kimvuama kia Kongo central ». Objectif: identifier les goulots d’étranglement du développement de la province et y apporter des solutions. Nous en parlons avec Fely Samuna, président de la CCIKC.

Infobascongo (IBC): Le premier forum économique du Kongo central a connu une forte affluence. Comment l’expliquez-vous?

Fely Samuna (FS): Cette affluence nous interpelle. Ça signifie qu’il y avait une demande et notre initiative a rencontré cette demande. Mais l’important est maintenant de ne pas décevoir cette demande en concrétisant tout ce que nous nous sommes fixés comme objectif.

IBC: Que faut-il attendre de ce forum?

FS: Le forum s’articulait sur quatre thèmes: quel modèle de financement et quel type d’investissement pour un développement durable? Cap vers l’industrialisation des mines du Kongo central. Quel modèle d’agroécologie et d’écotourisme pour le Kongo central et enfin quelles infrastructures pour la construction d’un espace économique de croissance? Alors, les quatre panels composés d’experts d’ici et d’ailleurs ont identifié les problèmes qui bloquent le développement de la province et ont fait des propositions et recommandations afin d’y apporter des solutions. Nous allons les analyser et voir ce qui est réalisable à moyen terme pour tout mettre en action. L’ambition est là mais il nous faut travailler avec les autorités administratives pour leur montrer ce dont le forum a accouché. Sachez aussi que le forum économique du Kongo central sera annuel pour nous permettre de faire le bilan de ce qui a été dit, ce qui a été concrétisé parce que l’on doit être comptables par rapport à nos adhérants, nos sympathisants et la population.

IBC: Lors de l’ouverture du forum, vous avez présenté deux projets au public: la technopole de Moanda et la base logistique de Kasangulu. En quoi consistent-ils?

FS: Les deux projets sont éminemment fédérateurs. Le premier dénommé « Wunu » (aujourd’hui en Kikongo), consiste à créer un espace de savoir, de science, une cité de la science du type Silicon Valley. Pour ce projet, on aura besoin d’un côté des scientifiques dans le plus grand entendement du terme, de l’autre côté des entreprises qui vont cohabiter pour que les propositions des scientifiques soient testées par les entreprises pour voir si c’est réalisable et au milieu nous avons l’humain qui doit apprendre de cet espace, les jeunes notamment et nous avons choisi Moanda du fait de la présence du point d’atterrage de la fibre optique. Nous militons également pour la création d’une base logistique à Kasangulu pour que les produits agricoles du Kongo central y trouvent un point de vente pour tout le monde. Car Kasangulu est proche de kinshasa et il y a une possibilité de 12 à 15 millions d’âmes à nourrir. Et pour ces projets comme tant d’autres, nous attendons du pouvoir qu’il mette en place un cadre législatif, fiscal, reglementaire et attractif parce que l’État doit prélever des taxes et impôts pour tout ce qui est lié à la communauté. Et si la marchandise s’écoule plus vite, les prix des produits vont baisser. Il nous faut donc en plus deux terrains susceptibles d’accueillir ces deux projets.

IBC: Quid de la chambre de commerce et d’industrie du Kongo central?

En la créant, nous
voulons participer au développement de la RDC et de notre province, en apportant non seulement des investissements bruts mais aussi ceux qui ont un impact sur le social, car il n’y a pas développement sans capital humain. Trouver le travail pour les jeunes et accompagner les vieux vers une retraite apaisée et pour cela, il faut créer de la richesse. Et, la CCIKC va apporter une panoplie de services et de produits en terme d’accompagnement, des formations et des facilités. Bref, elle va favoriser les échanges et orienter les investissements vers les secteurs porteurs. Que la population du Kongo central s’apprête à voir très prochainement des hommes d’affaires venir investir massivement. Nous nous sommes entre autres fixés l’objectif de créer en 5 ans 2000 entreprises soient 400 par an. C’est ambitieux mais possible. Il faut oser entreprendre et capter les opportunités qui sont légion. Notez aussi que tout le monde de quelque horizon que ce soit peut adhérer à la CCIKC même si les membres fondateurs sont originaires du Kongo central.

IBC: Comment comptez-vous sauver le Kongo central de la concurrence des produits étrangers qui sont vendus souvent au rabais. Nous pensons au sucre, farine, jus, etc…?

FS: Nous ne sommes pas un pays ostracisé mais ouvert. Donc, n’importe qui de nos neuf pays voisins peut vendre ici. Et, tant que nous ne produirons pas, nous serons obligés de consommer des produits importés. Nous devons donc produire pour créer de l’emploi, ce qui aura un effet d’entraînement sur le pouvoir d’achat et la croissance.

IBC: Il y a un projet de 100 millions de dollars de la Banque mondiale pour les PME. Matadi est pris en compte. Une chambre de commerce comment peut-elle être utile pour que des projets du genre profitent aux habitants ?

FS: Ce sont des subventions et non de crédits que Banque mondiale apporte. Il faut alors transformer cet argent pour permettre un investissement sur le secteur de son choix et la CCIKC va accompagner les entreprises notamment à bien faire leur business plan, à bien gérer cet argent et s’ils ont des préoccupations, ils peuvent s’intéresser aux experts de la CCIKC.

2 Responses to "Interview : Fely Samuna: « Nous voulons participer au développement de notre province »"

Leave a Reply

Your email address will not be published.