RDC: ‘’ Batela Mwana ‘’,un projet réussi

RDC: ‘’ Batela Mwana ‘’,un projet réussi

Après cinq ans d’activités, le projet de renforcement des capacités des policiers, du personnel de justice et des travailleurs sociaux en matière de protection d’enfants appelé ‘’ Batela Mwana ‘’ est arrivé à son terme. Le dernier atelier organisé par le Bureau international des droits des enfants(IBCR) le 25 novembre a notamment relevé les succès récolté.

Par Victodie Madiavula

Pour la fin d’un projet à succès, les différentes parties sont visiblement heureuses. Les acteurs du projet reçoivent des certificats. Le juge Serge Kashama est dans ce projet depuis 2015, alors président du tribunal pour enfants de Kinshasa. ‘’ Nous avons suivi des formations dans, nous avons été des formateurs mais rien ne le certifiait. Aujourd’hui, nous sommes certifiés. Ce sont des acquis qui vont demeurer au-delà du fin du projet ‘’, reconnait-il.   Parmi les résultats : Le mode opératoire. Il porte sur la trajectoire et l’accompagnement d’un enfant en conflit avec la loi au sein du Tribunal pour enfants(TPE). On y relève, les rôles et responsabilités notamment du juge, assistant social et membre du comité de médiation.

Lire aussi :Cinq ans de bons résultats de ‘’Batela Mwana’’ en RDC: les parties prenantes au projet plaident pour sa pérennisation

Les cinq ans du projet a été fait des formations, des descentes sur le terrain…Serge Kashama se souvient encore du début du projet. ‘’ Nous avons vu défiler plusieurs opérateurs dans le domaine de l’enfant. Nous nous sommes demandés ce que IBCR allait apporter. Ça été une bonne surprise de voir qu’il a mis de la manière et de la profondeur,témoigne-t-il. De la manière, c’est à l’exemple de cet atelier où nous avons le niveau décisionnel (la politique) qui rencontre le niveau conceptuel et le niveau opérationnel(terrain). C’est une bonne manière de faire. La manière, c’est aussi partir de tout ce qui existait. Il y a la loi portant protection de l’enfant que chaque juge appliquait à sa manière. Aujourd’hui, les juges ont des repères . »

Plaidoyer

Les enfants bénéficiaires sont eux descendus sur le terrain pour juger le niveau d’appropriation du projet. Ils étaient au TPE de Kinshasa-Gombe,à la Police de protection de l’enfant et des violences sexuelles de Kinshasa et à la sous-division des affaires sociales de Kinshasa. Il appert que les policiers, juges et assistants sociaux connaissent à majorité  »Batela Mwana »,le mode opératoire etc(Batela Mwana, protéger l’enfant,Ndlr) . Ces enfants plaident pour l’accroissement du nombre des policiers, assistants sociaux et pour leur dotation en moyens.  » Le ministère des Affaires sociales fera un effort pour répondre à vos besoins »,promet Antoinette Dinga la ministre qui comme la directrice des opérations et des programmes de l’IBCR Cathy Launey Alcala a remercié Affaires Canada, l’ambassadeur du Canada en RDC et toutes qui ont concouru aux succès du projet.

Encadré

Bilan élogieux

En RDC, des résultats intéressants sont à mettre dans l’actif de ‘’ Batela Mwana ‘’, projet piloté par le Bureau international des droits des enfants (IBCR) en partenariat avec Affaires mondiales canada de 2015 à 2020.

Résultats du projet en lien avec les trousses de formation 

· 13.602 professionnel.l.e.s   dont 1326 femmes  ayant été formés sur base de ces cours et des outils des trousses de formation développées ont désormais intégré les compétences-clés nécessaires pour une protection accrue des enfants, et afin d’adapter leurs pratiques aux normes internationales.

En lien avec les modes opératoires :

· 973 intervenant.e.s, dont 297 femmes, ont été sensibilisés sur les modes opératoires en intégrant les bonnes pratiques dans l’exercice de leur fonction en faveur des filles et des garçons. A travers les quatre modes opératoires développés, validés et rendus obligatoires à l’échelle nationale pour les trois secteurs visés par le projet, les trajectoires de l’enfant définies, les rôles, responsabilités des actrices et acteurs de protection ont permis de garantir à l’enfant une meilleure protection et un accompagnement respectueux de ses droits ;

· La valorisation des métiers et le renforcement de la collaboration par l’institutionnalisation d’un dialogue permanent et constructif entres les actrices et acteurs.

· La promotion du travail en synergie et l’instauration d’un dialogue constructif entre actrices et acteurs intervenants dans l’accompagnement des enfants par le biais des groupes de travail justice pour enfants fonctionnels.

· Des   interventions sexospécifiques en faveur des filles et des garçons qui interagissent avec les professionnel.l.e.s.

· La conception et implantation d’un logiciel de collecte et de gestion des données des filles et des garçons de la police au sein du Département et des escadrons PEPVS accompagnés par le projet centralisant les données en lien avec l’accompagnement des enfants de tout profil en contact avec ses unités spécialisées ;

· La dotation et l’utilisation d’une trentaine d’outils adaptés dans l’ensemble des secteurs d’intervention du projet, lesquels outils tiennent compte du respect des droits des enfants.

·  105 Assistant.e.s sociaux, ont été affectés dans les escadrons PEPVS et tribunaux pour enfants, grâce au plaidoyer mené par le projet avec les membres du GTM, garantissant alors un meilleur accompagnement de l’enfant et le respect de ses droits.

Leave a Reply

Your email address will not be published.