Cambriolage d’un shop par des hommes armés à Matadi

Cambriolage d’un shop par des hommes armés à Matadi

Quatre hommes armés ont fait irruption dimanche 3 janvier en début de soirée, dans un shop à Kinkanda, à Matadi, au Kongo central, à côté de l’agence Transco. Ils ont emporté de l’argent et des téléphones du propriétaire et des clients du shop et autres biens. Ils se sont ensuite volatilisés après avoir tirés des coups de balle et blessé un gardien à la jambe

De la détente à la peur de leur vie, le vendeur du shop et les quatre clients présents lors de l’attaque sont passés par toutes les émotions. La scène est digne d’un film hollywoodien.
Il est 19 heures dimanche 3 janvier. Les avenues ne sont pas bondées. Dans le shop détendus, quatre clients prennent de la boisson. Subitement quatre hommes cagoulés dont un en tenue de police avec une kalashnikov en mains et un autre avec un revolver, font irruption.

Ils somment les cinq occupants du shop de se coucher par terre sous peine d’être tués. Mais le vendeur n’en fait qu’à sa tête.
 » Je ne comprenais pas ce qui se passait. Puis, celui qui avait un revolver m’a giflé et je suis tombé par terre « , explique ce dernier.
La suite est un classique.
Les cambrioleurs emportent des téléphones et de l’argent mais aussi le sac de l’unique cliente.
 » Ils menaçaient de tuer quiconque se lèverait, ajoute le vendeur et on n’a pu rien faire face à eux. En sortant, ils ont refermé la porte. C’est alors que les clients ont crié oh voleur ».
Les assaillants ont alors tiré pour dissuader toute intervention. Dans la foulée, un agent de sécurité de l’agence Transco est touché à la jambe. Une balle perfore le flanc d’un bus de la société. Les quelques passants s’éloignent pour se mettre à l’abri.
Ce qui permet aux assaillants de prendre la fuite.

Répit de courte durée

Cette attaque intervient à seulement 48 heures du nouvel an célébré dans un contexte particulier de couvre-feu de 21h à 5h, dû au Coronavirus.
Depuis son instauration le 18 décembre dernier, la population de Matadi a retrouvé la quiétude. Les cas d’attaques armées, de cambriolage ou de vol ont sensiblement reculés. Mais, le répit est de courte durée. Les bandits n’hésitent pas à attaquer dans les heures d’affluence.  » Ils savent qu’après 21 heures, ils n’ont aucune chance de trouver des commerces ouverts « , explique un Matadien rencontré sur le lieu du cambriolage.
 » Cette attaque est sans doute le fait d’une bande organisée, fait observer un chauffeur taxi assurant la liaison Kinkanda Mvuadu. Il affirme avoir transporté le dimanche de Makaku au rond point Rtnc un groupe de quatre hommes qui transportait de gros sacs et se félicitaient du butin ( téléphone et argent ) lors d’une autre opération menée plus tôt.

La police elle, s’active pour retrouver la bande.

Leave a Reply

Your email address will not be published.