» Kongo dia mpa » contribue pour l’inhumation sous peu de militants de BDM, gardés 9 mois à la morgue de Kimpese

 » Kongo dia mpa » contribue pour l’inhumation sous peu de militants de BDM, gardés 9 mois à la morgue de Kimpese

Après 9 mois à la morgue de l’IME Kimpese, au Kongo central, les militants de Bundu dia mayala (BDM) ex. BDK, victimes des affrontements avec la police, en voie d’être inhumés. L’ASBL  » Kongo Dia mpa  » met un point d’honneur à leur enterrement.

Dans un atelier de menuiserie à Kimpese, 15 cercueils sont en train d’être fabriqués.  » Kongo dia mpa  » a financé leur fabrication pour l’enterrement des militants de BDM qui pourrait intervenir le 30 janvier prochain.  » La solidarité kongo commence par le fait d’assister les nôtres qui sont dans le malheur. Ainsi, ce geste de participation entre dans la ligne droite de notre fondement qui est: ce que possède un individu ne nous intéresse pas, mais ce qui nous tient à coeur, c’est ce qu’un individu peut faire pour les autres  ». Nous n’avons pas hésité à organiser une collecte conforment à notre adage kongo: Kinzu kia mante kia fulukila mu fioti fioti  », explique Dieudonné Kizika, le secrétaire territoirial de cette ASBL (
Kinzu kia mante kia fulukila mu fioti fioti, l’union fait la force,Ndlr)
Nsimba Zazembua est le grand-frère d’une des victimes. Il sait que finalement ils vont faire son deuil.  » Comme la coutume kongo le veut bien, si vous perdez une personne, elle doit être enterrée. Il y a 9 mois que sa femme est restée enfermée dans la maison. Elle souffre car, elle ne peut pas mener une activité pour la survie. C’est très dur  » , rappelle-t-il.

Inhumation programmée le 30 janvier

Dans la nuit du 21 Au 22 avril 2020, il y a eu altercation entre la police et des militants de BDM qui selon plusieurs sources étaient en prière au km5, à Lufu, en territoire de Songololo. Les mêmes sources signalent qu’ils détenaient un calibre 12 et des gourdins. D’autres personnes les ont accusés des velléités xénophobes. Il est connu maintenant que 15 morts avaient été enregistrés au lieu de 14. Ces morts avaient suscité une vague d’indignations.  » Il y a eu massacre des adeptes de BDM par les éléments de la police  », accusait Me Nelly Muinga, élue de Songololo.
Depuis tout ce temps, ils sont gardés dans la morgue de Kimpese.
Leurs familles et BDM ont décidé de les enterrer le 30 janvier.

Leave a Reply

Your email address will not be published.