Les réseaux sociaux affluent de messages depuis la mort de Valérie Malonda

Les réseaux sociaux affluent de messages depuis la mort de Valérie Malonda

La nuit du lundi 1 février a été agitée sur les réseaux sociaux à l’annonce du décès de Valérie Malonda, députée provinciale du Kongo central, à Kinshasa des suites de maladie. Doutes, regrets et questionnement.

Elle était devenue une image de l’Assemblée provinciale si bien que l’annonce de sa mort inopinée enflamme la toile. Dieudonné Mwaka, président de l’Union nationale de la presse, section du Kongo central s’interroge :  »Cette nouvelle triste est une blague de mauvais goût ou une réalité? » Que non ! L’élue de Matadi s’en est allée. Jean-Claude Mvuemba l’annonce dans un message balancé sur les réseaux sociaux. Président de l’Assemblée provinciale, c’est une des voies autorisées.  »Le cœur serré, les yeux remplis de larmes ce soir, je vous annonce avec beaucoup d’amertume le décès d’une collègue et amie, l’honorable Malonda Nimi Valérie, députée de Matadi qui vient de nous quitter ce soir  ».

Battante

Question : qu’est-ce qui s’est passé ?  »Hier encore, notre espérance était intacte. Au cours de cette derrière bataille engagée contre la maladie, nous cherchions à accompagner la famille qui avait décidé le transfert de la Clinique Ngaliema à un autre centre hospitalier de la capitale pour des soins plus appropriés. Et, ce soir, nous apprenons que notre battante de l’Assemblée provinciale du Kongo Central est retournée auprès de l’Éternel notre Dieu », explique-t-il.  » Battante, le journaliste Michel Lutete, c’est aussi comme ça qu’il qualifie Valérie.  »C’est une nouvelle qui est tombée comme un couperet. Valérie Malonda « maman sociale » a réellement été une femme courageuse engagée dans un combat politique qui l’a hissée au rang de députée provinciale. Que la terre de nos ancêtres lui soit douce et légère. »

Qu’est-ce qui se passe ?

Valérie Malonda grossit le nombre de députés provinciaux du Kongo central qui, en seulement deux ans de legislature, sont allés dans l’au-delà.
 »Que se passe-t-il à l’Assemblée provinciale? Le décompte macabre se poursuit. C’est trop triste », regrette Crispin Mbadu, député national élu de Tshela.
Albert-Fabrice Puela, député national, lui aussi élu de Matadi, s’interroge:  »Est-ce la suite de la macabre comptabilité à l’Assemblée provinciale du Kongo central? Mais c’est quoi cette succession malheureuse? », avant de réncherir, il y a moins de 50 jours que l’honorable Masumbu Baya André nous quittait sous la délectation d’un conseiller de l’autorité provinciale. Son garde du corps lui, sans la moindre raison, venait d’être assassiné, poignardé, sans que personne ne s’en émeuve et sans la moindre explication….
Maman Malonda vous dérangeait-elle aussi à ce point?
Cette mort me laisse sans voix. Nous n’avions pas les mêmes convictions mais je lui souhaitais la vie comme je la souhaite à ceux qui pensent avoir le droit de vie et de mort dans la province ».

Famille perturbée

Dans la famille de l’illustre disparue, c’est le désarroi.  »Ah ma jolie et douce tante, la maman de ses enfants. Comment expliquer? Tu étais si forte pour pouvoir t’occuper de papa. Qu’est-ce qui t’a pris? Comment ça peut se faire ? Maman Valérie Malonda, mon honorable Valère Malonda, maman, tu as brisé nos cœurs », pleure Jessica Makamizile.
Papa, c’est Aloïs Lubela, époux de la regrettée députée, ministre provincial du Budget et plan. Des sources dignes de foi, lui aussi est malade. Sur les réseaux sociaux, les gens croisent les doigts pour qu’il recouvre la santé.

Leave a Reply

Your email address will not be published.