RDC: des membres de Bundu dia Mayala quittent la prison de Ndolo

RDC: des membres de Bundu dia Mayala quittent la prison de Ndolo

Après plusieurs tractations, les membres de Bundu dia Mayala (BDM) qui croupissaient à la prison militaire de Ndolo, à Kinshasa recouvrent la liberté.

Députée élue de Songololo Nelly Muinga assiste à la sortie de 46 adeptes du parti politique de Ne Muanda Nsemi. Beaucoup ont la peau sur les os à cause des conditions carcérales rudes. Mais l’essentiel est fait.  »D’ici mardi, ils pourront sortir car le mot d’ordre du président de la République a déjà été donné », répondait-elle aux préoccupations des membres de BDM, le 30 janvier dernier aux funérailles de 15 membres de ce mouvement politico-religieux, au Km5, à Songololo, au Kongo central. Ils avaient été tués par les forces de l’ordre fin avril 2020 pendant qu’ils étaient en prière.
C’est seulement quelques jours après, en mai que, 46 membres ont été arrêtés au palais Royal au cours d’une opération menée par la police.
De la prison du Bandundu,ils ont été transférés à la prison militaire de Ndolo.  »Nous sollicitons l’implication personnelle du président de la République Félix Tshisekedi afin que nos membres condamnés injustement et détenus illégalement à Ndolo, à Makala et Mbanza-ngungu soient remis en liberté dans un bref délai étant donné qu’ils sont malades des suites de la malnutrition et infections de toutes sortes », demandait Ne Wapusu, le vice-président de BDM.

Vœu exaucé

L’élue de Songololo y a mis du sien.  »Nous remercions le président de la République qui tient à restaurer la paix et la confiance dans le pays, particulièrement la paix sociale pour le Kongo Central, gage du développement. Nous remercions également le ministre des Droits humains qui s’est personnellement impliqué afin que nos frères sortent en dignité. Nous n’oublions pas l’Alliance des démocrates fatshistes qui a investi ses énergies pour cela. Notre message pour nos frères est que le Chef de l’État veut qu’ils l’aident dans sa vision du développement du pays, qu’ils rentrent dans leurs villages, car ils sont des forces sur lesquelles il compte pour le travail de la terre », a-t-elle indiqué.
Il reste encore des membres de BDM à Makala, Mbanza-Ngungu, Boma, Matadi et Tshela. Les démarches de Nelly Muinga se poursuivent.

Leave a Reply

Your email address will not be published.