RDC: les frais de fonctionnement de janvier des écoles primaires seront payés

RDC: les frais de fonctionnement de janvier des écoles primaires seront payés

A quelques jours de la reprise des cours en RDC, des syndicalistes s’insurgent contre le non paiement des frais de fonctionnement de janvier des écoles primaires. De l’argent qui devait servir pour préparer la rentrée. Ils se réservent de demander aux enseignants de reprendre le travail. L’inspecteur général des finances de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) promet une solution.

L’intersyndicale et le syndicat du ministère de l’EPST était face à l’inspecteur général des finances de l’ EPST Ilengedi. Pendant qu’il leur a fait savoir que ces frais de fonctionnement ne seront pas libérés parce qu’en janvier, les écoles primaires n’ont pas fonctionné, ces syndicalistes lui ont démontré que dans ces frais se trouvaient d’autres rubriques.
En effet, ces syndicalistes sont allés s’entretenir avec l’inspecteur parce que la tension montait déjà.
D’autres syndicalistes était sur le qui-vive. C’est le cas de Simon Nsilulu du Kongo central.  »Les fonds seraient en train de traîner entre Equity bank et la banque centrale. Ça c’est une confiscation illégale des frais de l’État pour des raisons incomprises parce que c’est la TMB qui paie les frais de fonctionnement et les enseignants. Si rien n’est fait d’ici samedi, le gouvernement mettra les enseignants dans une situation de ne pas reprendre les cours ce lundi  », prevenait-il. Le syndicaliste enchaine : »La reprise des cours risquent d’être incertaine parce que les écoles primaires et les bureaux gestionnaires n’ont jamais reçu les frais de fonctionnement du mois de janvier alors qu’lls devaient servir aux écoles et aux bureaux gestionnaires pour préparer la rentrée et prévoir les mesures barrières. D’aucun ignore que parmi les enfants qui sont restés plus de deux mois à la maison certains ont été encadrés, les autres ne l’ont pas été. Les mettre tous ensemble le jour de la rentrée sans pourtant prévoir les mesures barrières, ça serait un grand danger. »
A l’en croire, cet argent a été libéré par le gouvernement depuis le 20 janvier.
Mais face aux explications de l’intersyndicale et du syndicat du ministère de l’EPST, l’inspecteur Ilengedi a promis de décanter la situation dès le 19 février.

Leave a Reply

Your email address will not be published.