Bas-Congo : des habitants célèbrent la victoire du ticket Jacques Mbadu-Atou Matubuana

Bas-Congo : des habitants célèbrent la victoire du ticket Jacques Mbadu-Atou Matubuana

Les membres de la CENI comptent les bulletins de vote/Infobascongo

Election du gouverneur du Bas-Congo et de son vice : Les députés provinciaux portent leur choix sur le tandem indépendant Jacques Mbadu-Atou Matubuana. Il vient de battre le ticket Deo Nkusu-Jean-Marie Mulato de la Majorité présidentielle (MP). Des partisans du vainqueur sont en fête et parfois se moquent de la partie adverse

Dans certains coins de la province, les habitants sont en fête.  Ils le sont davantage à Boma à 120 km de Matadi, fief du vainqueur Jacques Mbadu. A Matadi, bastion de Deo Nkusu, la liesse est partagée. Cependant, quelques quolibets sont lancés à l’encontre de Deo Nkusu. ‘’ Kisalu me manisa’’, se rient certains gens perchés sur les portières des taxis  (Kisalu me manisa, le travail est fini. Expression opposée au slogan de Deo Nkusu Kisalu me banda, Ndlr). A Matadi,ils sont relayés par des médias  qui balancent des chansons de moquerie. Le personnel de l’assemblée boit à flots au bar Maya à Kinkanda.

Albert Fabrice Puela, député national qui, sans cesse, a tiré à boulets rouges contre  Deo Nkusu, brandit un carton rouge dans les rues.

Les résultats provisoires de la Commission électorale nationale indépendante donnent 17 voix à Jacques Mbadu et Atou Matubuana. ‘’ Je rends grâce à Dieu car sans lui, nous n’aurons pas pu réaliser ces résultats. Je remercie le chef de l’Etat pour l’élan démocratique qu’il insuffle dans le pays et les députés pour leur maturité. Nous travaillerons pour l’intérêt du peuple’’, assure Atou Matubuana. Jacques Mbadu a dirigé la province pendant quatre mois (octobre 2006 à fin janvier 2007).

Le ticket Nkusu-Mulato perd avec 11 voix. Pendant que ce dernier croyait dur comme fer  renverser la tendance du premier tour, il perd une voix. ‘’ C’est un vote sanction pour une histoire d’argent. Les députés ont voté contre le programme qu’ils avaient eux-mêmes voté en 2006. Ils ont joué avec le sort de plus de 3 millions d’habitants au profit de leurs intérêts’’, se désole Patrick Bengo, conseiller politique du gouverneur intérimaire .

Leave a Reply

Your email address will not be published.