|

Bas-Congo : Des hauts cadres de la douane suspendus

Port de Matadi/Infobascongo

La mission des ministres nationaux en séjour à Matadi vient de suspendre 67 cadres   de la direction générale des douanes et accises (Dgda) et leur directeur provincial.  Ils n’ont pas pu réaliser les recettes attendus par le gouvernement central en février.

‘’Vu  le taux d’exécution de recettes produit par la Dgda, le gouvernement  décide de suspendre le directeur provincial ,22 inspecteurs et 45 contrôleurs de la Dgda’’, annonce Patrice Kitebe, ministre délégué auprès du premier ministre chargé des finances. Selon lui, le nombre de tonnes de marchandises enregistrées ne correspond pas avec les recettes réalisées. Pourtant en février, le gouvernement attendait plus de quatre cent cinquante milliards de fc (plus de 450 millions de $), la Dgda n’a produit que 55 % de taux d’exécution. Certaines sources parlent clairement de détournement. Ce que réfute un douanier. ‘’ C’est faux. Ils sont victimes du comportement des autorités de Kinshasa. Nous allons rester solidaire à eux en nous opposant à leur suspension’’, lance-t-il.

La maximisation des recettes figure parmi les objectifs de la délégation de quatre ministres nationaux au port de Matadi.

Pour l’instant,c’est la Direction général des recettes administratives et domaniales qui s’occupe des recettes au guichet unique.

URL simplifié: http://www.infobascongo.net/beta/?p=11640

Posté par on mar 1 2013. Classé sous A la une, Economie. Vous pouvez suivre toute les entrées a travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller directement à la fin et laisser un commentaire. Envoyer un ping n'est pas actuellement autorisé.

17 commentaires pour “Bas-Congo : Des hauts cadres de la douane suspendus”

  1. Mankaka Nsoni

    Combien de fois j’ en ai parlé sur ce blog ?Tout ce que mfumu fidipo vient d’ étaler !
    Certains parmi nous ont a la fâcheuse habitude de s’ en prendre à nos frères ne kongo d’ angola … On avait même avancé l’ idée ô combien idiote de construire un mûr entre le kongo central et l’ angola dans le bût de nous séparer !!!
    C’ est là l’ étalage de toute l’ ignorance sur la sociologie du peuple ne kongo.
    Il serait plus que temps d’ émettre une carte d’ identité ne kongo contenant une puce avec toutes les données importantes :
    Luvila , lignées , kanda etc …
    Ces éléments constituent notre carte d’ identité naturelle . Depuis le règne chaotique du dictateur Mobutu jusqu’ au jour d’ aujourd’ hui tout est fait pour noyer les identités des peuples de ce pays . Nos mbuta zi bantu et les autorités provinciales doivent faire le nécessaire pour que chacun d’ entre nous sache qui il est réellement . Nos enfants doivent savoir leurs luvila , maîtriser leur langue le kikongo …
    Il y a cinq ans de cela mon frère aîné est parti en mission de service à brazzaville , en se rendant au marché de bacongo pour faire ses emplettes une maman d’ un certain âge lui posa quelques questions sur ses origines …. Rien que par notre luvila il fût reconnu comme étant membre à part entière de la même famille que cette grande mère .
    Tout heureuse en clamant très fort à tous ceux qui pouvaient l’ entendre :
    Voilà mon petit fils qui vient de kinshasa nous sommes de la même famille s’ exclama t elle .
    N’ est ce pas une grande joie ? Alors tout ceux qui parle du mal de nos frères ne kongo d’ angola sachent une chose : Nous avons acquit de mauvaises habitudes depuis la deuxième république , en angola la présence de l’ état est effective , on ne tolère pas les magouilles , les “coop” , les pratiques maffieuses , la corruption comme nous les pratiquons chez nous . Du moment que vous vous rendez dans ce pays il faut bien se tenir et respecter les lois en vigueur labas. Vouloir exporter les mauvaises habitudes acquises chez nous ne vous apportera que des ennuis ; que vous soyez ne kongo ou pas nos propres frères d’ angola vous considérerons comme personnage non gratta .
    Comportons nous en vrai ne kongo dans le bukongo tout en ayant dans notre gibecière la connaissance de nos luvila véritable mot de passe entre les ne kongo , l’ ignorer est une vraie source d’ ennuis . Comme la plupart de ceux de nos frères qui furent vendu en esclavage pour amérique .
    Apprenons donc à nos enfants la connaissance de nos luvila , du kikongo de l’ histoire ô combien riche du royaume kongo au lieu de se noyer dans la culture cosmopolite mondialiste qu’ on nous vente tant et qui a pour effet la destruction de notre culture ne kongo .

  2. BIRINWA RAMAZANI

    Quand je traverse le Kongo de Kinshasa à Mbanza Kongo jsuqu’à Lubombo ou Nkayi au Congo en face, je ne présente pas mon nom que d’ailleurs beaucoup n’apprécie du fait de ses consonances estuaires. Ce que je comprends, mais je ne peux rien changer. Alors maman m’a dit : “pourquoi n’utilises-tu pas ton originalité ? Tu verras, mon fils, tu souffriras moins de ton identité.” Depuis ce conseil, à chaque visite à Mbanza Kongo, à Makela, à Moanda, au Cabinda, à Nkayi, j’ai opté par les traditionnels ; Mono, Muan’a ki Nsaku, Mfumu’a Nlaza, Ntekolo’a Kinkenzi”. Je suis vous en sûr partout où je passe, je suis l’oncle, fils, petit fils, le neveu, le papa de tout le monde. J’ai même été contraint d’officier un mariage coutumier d’une de Mfumu’a Kinlaza à Moanda, l’oncle direct de la famille de étant retenu à Matadi. La famille Kongo est grande. Ces valeurs sont encore vivantes dans l’arrière pays, surtout en Angola.

  3. BIRINDWA RAMAZANI

    Coucou ! En revenant, je tombe sur curieux post de Don Mpela. Que dit-il ? Voici ”

    @ VOUS TOUS qui, me semble être devenus des orphelins du passé”, donc à tous les kongo Zoba sauf lui. Vous avez la nostalgie du passé ? Quel passé, pendant qu’il réfère à la théorie de Démocratie de Montesquieu ? Montesquieu? Le francçais d’un Perse à Paris. Mais ça date de l’année dernière ça ! Ben oui, l’année dernière ce n’est pas encore le passé. Comprends-tu ? L’année dernière, ce n’est pas encore le passé et on peut s’y référer.

  4. Philippe, le munkongo peut mieux s’identifier par le clan (luvila) et se situe selon sa tribu (kanda). (1) ndibu (sont dans les secteur de : boko, kivulu, kuilu-ngongo, gombe-sud, songololo) ; (2) ntandu dans le mandimba ; (3) mulefu dans le sona-bata, kasangulu ; (4) manianga dans le luozi ; (5) Yombe dans le bas-fleuve, (6) ngombe dans Ngombe matadi et ntimansi, (7) zungi vers zongo, (8) Woyo à gauche de muanda (kifuku, kingalasi, kitona, ..), (9) solhongo à droite de muanda (nsiamfumu, yema..).
    Alors il est difficile d’identifier le mukongo avec le muzombo car nous avons le même clan. Une fois chez le woyo en 2005 pour acheter le vin de palme (nsamba) j’étais obligé de se présenter étant Mfumu anzinga au village Kifuku, on m’emmenant à un vieux de nzinga qui m’avait reçu comme fils…

  5. Mfumu Tutidiatiya

    @ Mfumu Fidipo (Philippe), merci de nous remémorer notre civilisation perdue par la modernité sans en laisser aucune trace, afin presque pour ne pas exagérer. Mais en réalité, quels sont les nkongo de génération qui se souviennent encore de mvila. Or le luvila, dans le kongo, est la vraie identité unificatrice de tous les ne kongo, mais comme nous sommes les dérivés et les bâtards de la mondialisation depuis 1482, nous ne nous sommes pas donné les armes capables d’assurer notre protection culturelle. On nous vent de la démocratie comme valeur, mais Kimpa Vita avait déjà initié en son temps ce processus, un des processus de la politique. Pouvons-nous revenir, du moins nous référer à nos fondamentaux ? Ça c’est la vraie question. Celle de savoir comment on peut, dans ce magma de la modernité, intégrer et s’approprier de notre culture positive antérieure. Tous les éléments ne répondront peut-être pas évidemment, mais quand même. Les pays qui nous vendent cette modernité parlent de l’exception française, l’exception belge, l’exception américaine ou allemande. N’avons-nous donc pas des exceptions pour nous déterminer à partir de nos propres fondamentaux.
    Ntomene tonda pour parler de Ngombe-Matadi où j’ai grandi il 25 ans.
    Toma sala tata Fidipo.

  6. A vous tous mes frères et soeurs,

    Savez-vous que la situation géographique dans le pays kongo ne définit pas un mukongo ? Ou encore savez-vous que le village, la collectivité , la zone, la sous-région ne définit pas un mukongo ?
    Ce qui définit un mukongo c’est tout simplement son clan appelé en kikongo Luvila OU nvila. Donc, quelqu’un de madimba du clan mpanzu est de la même lignée que quelqu’un de mbata-kile qui appartienet aussi au clan mpanzu.
    un nsaku ne gombe-matadi est de la même lignée qu’un autre du clan nsaku dont le village se trouve à sekebanza. Un vitanimi de popokabaka est de la même lingée qu’un autre vitanimi dont le village est à Nkundi dans le manianga.
    Une personne de clan Nlaza de soyo, de mbanza-kongo ou encore de Uige en Angola, est de la même lignée qu’un autre Nlaza de Kipaku, de Lukula, de Cabinda, de kasi ou même de pointe-noire.
    C’est vous dire que vos discusions n’ont aucun sens du tout. Car le kongo est un peuple, une ethnie et une tribu. Donc un mukongo est un mukongo. Un point et barre.
    Savez-vous les tribus n’existent chez les bakongo? Quand on demande à un mukongo s’il vient d’où ? La réponse qu’il donne est en rapport avec la situation géographique, par rapport à la localisation de son village.
    Par exemple, na za muisi ngombe,. na za mbana manteke, na za mutombe, na za muntandu, na za muzombo, na za munsasalvador, na mu wumbu. Dans toutes ces apelations, il n,y a aucun nom d’une tribu. Toutes ces appelations sont en rapport soit avec la situation géographique, soit avec son village soit avec le nom d’un chef.
    Je m’explique. Lorsqu’une persone dit qu’il est muisi ngombe ( en réalité il veut tout simplement dire qu’il est de ngombe -matadi). En francais, je suis originaire de ngombe-matadi ou en lingala aza mutu ya ngombe-matadi ou na za muesi ngombe tout court. Où est le nom de la tribu là dedans? Car ngombe-matadi c’est seulement le nom d’un village
    Ou encore na za muisi kasi. na za mutu ya kasi. je suis originaire de kasi ou mon village est proche de la grande sité de kasi. Dites-moi où est le nom de la tribu dedans ?
    Ou encore na za muyombe. C’est juste une appelation par rapport à la forêt du mayumbé. Ou muzombo , c’est rapport au nom du chef traditionnel zombo qui a regné à une certaine époque à Makela. Dites-moi où sont les noms des tribu ?
    Ou encore na za munsasalvador, c’est toujours par rapport à la ville de mbanza-kongo qui avait porté à une certaine époque le nom san salvador (saint-sauveur en francais). Et le mukongo dont le village est dans les environs se dit munsansala, qui vient de san salvador? Dites-moi où est le nom de la tribu là dedans ?
    Et ainsi de suite…………….. …………………………………………………………………….

    Bref, les entités administratives dans l’espace Kongo n’ont rien avoir avec notre identité Kongo. Laissez donc ce genre de débat aux autres provinces. Nous sommes purs et le matriaca est un système par excellence qui a su conserver la purété de la race Kongo depuis les nuits. Soyez donc fiers d’être mukongo.

    Ingetat Ingeta ingetaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

  7. Don Pepe Mpela

    @ VOUS TOUS qui, me semble être devenus des orphelins du passé. Nulle part, on injurie les ethnies Kongo et ceux qui se croient être irréprochables parce qu’ils sont du PPRD ou ils sont avec la famille de Kabila ou Lembe. NON! Je dis et redis que dans ce contexte -ci * Mukongo zoba*. Pour cause :
    1. Mukoko du budget qui informatise le système de paiement de quelques contribuables Congolais : est-il de l’Est, du Nord, du Kivu ou du Cataractes ? Avant lui, combien d’économistes la RDC voire Kabila, l’homme de 12 bougies sont passés ? Qu’ont-ils fait ? Lifuta nini ba pesi Ba Kongo ? Mukinza.
    2. La Rdc est riche puis limitée par neuf pays. Ce qui suppose que nous avons 9 entrées où les recettes peuvent répondre aux exigences de Kinshasa. A-t-on appris que ce ministre a effectué un voyage vers la province Orientale pour agir comme il l’a fait à Matadi ? On me dira que c’est un début. je répondrai, il fallait commencer par le plus loin pour atterrir de ci-près.
    3. Le Kongo Central a combien d ‘universités et Hautes école ? Combien des diplômés notre province produit-elle par an ? Et les diplômés Kongo qui viennent d’ailleurs, combien sont -ils ? Le patronat Congolais, a-t-il par ses nouvelles recrues des Kongo ? Combien des jeunes et diplômés Kongo ont été reçu par la BCC, lorsqu’ils sont allés solliciter des crédits pour se lancer dans la création des entreprises ? Kima mosi ve. Mais, je vous avoue que des amis et anciens collègues du Katanga, nsuki zi ntu. Et ces sommes ne sont pas au pays. Ils font la folie en Occident parce qu’ils se disent être au mangeoire.
    4. Les recettes d’ailleurs sont investies pour le bien de la provinces. Pourquoi les recettes du Kongo Central prennent des directions inconnues ?
    A la suite de ces 4 points, je pose encore ma question. Ba kongo kele ba nani e ? Car, si au Katanga ou ailleurs, les autorités provinciales refusent que les envoyés de Kinshasa descendent pour succès aux mamelles provinciales, qu’est-ce qui vous manque ? Nous qui sommes à distances, savons que les dignitaires Katangais refusent la décentralisation pendant que tous disent en coeur ” * Tuta bi kata. ou mieux paka ciseaux” pour ne pas dire fédéralisme. Qu’est-ce qui fait que les ministres de toutes les équipes qui ont vécues depuis la venue de Kabila, ne sont jamais inquiétés à la sortie de leur exercice ? Savez-vous que le Kongo Central prend en charges les indemnités de sorties de ces fouteurs ? Le pétrole de Moanda que ‘Angola pille comme si la RDC était sa colonie. Savez-vous que c’est ce deal qui maintient l’autre là au pouvoir ?
    Bon, faites ce que vous voulez mais, le geste de ce ministre que vous le voulez ou pas, c’est une * buzoberie de ba Kongo *. Ceux qui pensent qu’ils ne le sont pas, qu’ils nous prouve le contraire comme le font les Arabes. Combien de fois allons-nous ouvrier nos bons yeux nus le Kongo ? Demains, vous resterez des locataires éternels dans des maisons de Ngizila. Croyez-vous qu’ils sont venus avec ces sous en venant de l’Est, du Nord ou je ne sais où ? Ils pillent au Kongo Central, ils construisent à Kinshasa et à Matadi et demain, vous logerez chez eux comme locataires. Zoba nani ? Yo mu Kongo , to ngizila mutu azo soutenir mupaya ? Bref, tant que les Kongo ne marcheront pas, vos ministres reviendront et en feront plus que ce qu’ils ont fait. Pasi na pasi. Suka wapi e ?

  8. André Jacques lelo je n’approuve pas ton point de vue au sujet des analyses que nous faisons sur le net selon vous sont dirigés contre nos frères du bas-fleuve .
    Soyez pragmatique et revenons à l’histoire de ce pays ou les leaders comme NZEZA NLANDU,KINGOTOLO,YIMBU,Abbé LOYA étaient tous unies autour du leader de l’ABAKO KASAVUBU pour le combat qui a mené à l’indépendance de notre pays.
    Mr DIEYA MBAKI du district de la LUKAYA a quitté le gouvernorat ça fait 15 ans aujourd’hui et c’est devenue une chasse gardé de vous du bas-fleuve;vous ne voulez aucun compromis à ce sujet pour voir les autres diriger.
    Les MBASHI,MBADU et NKUSU sont tous une farine issue d’un meme sac sans vision claire de la gestion de la RES PUBLICA .
    Je vous cite quelques noms qui peuvent mieux diriger la province KIAKUAMA GILBERT,Pasteur JACQUES BAKULU de BOMA,NDOMBI MABOTI,MASAMBA des écoles MASAMBA ,Prof NSUKA de l’UPN ,Mr KIKOKA ancien président de la CSJ et autres Ne MUANDA NSEMI.
    C’est votre règne dans la province et nous attendons voir comment allez vous transformer la province avec notre grand soutiens.

    • Mon Frère Nono! je ne sais pas si tu as réellement compris mes propos du 4 mars dernier, ceux que tu as cité comme leaders de l’Abako avaient en ce temps là confié la responsabilité du mouvement Abako à Mr Joseph Kasa Vubu et ils ne pouvaient que s’unir autour de lui! l’Abako a été créé par les ressortissants de la Lukaya, si ma mémoire ne me trompe pas c’était l’Abbé Loya le concepteur puis la première responsabilité du mouvement a été confiée à Mr Nzeza Landu enfin Mr Joseph Kasa Vubu, alors, qui a trahi Mr Joseph Kasa Vubu! Les gouvernables Kiakuama etc… méritent de piloter le Kongo central, oui! pourquoi le le font-ils pas! Ils attendent quoi pour y parvenir;moi je les soutient! Alors restons unis autour des intérêts de notre province!

  9. Mankaka Nsoni

    Mfumu Lelo Nvemba ,
    Attention à ce que vous écrivez . Ici il n’ est pas question de Bas fleuve , ni Cataractes , ni Lukaya !
    Celui qui fait fi à ces divisions ne connaît pas le fondement des ” MAKUKU MATATU ” qui est le pilier même des ne kongo dans leurs ensemble dans toute l’ espace Ne kongo : C-à-d du nord ouest de l’ angola en passant par le kongo central , Cabinda , sud du Congo Brazza et sud du gabon .
    Celui qui divise les Ne kongo est un ignare !
    Comme disait Nfumu NAMBO l’ autre fois :” Nous sommes un seul peuple mais nous ne pouvons pas tous habiter le même village ” !!! Qui dit mieux ?
    Ce n’ est pas parce que l’ on critique les errements de Mbadu et compagnies que cela veut dire ceux du bas fleve sont visés . Non non et non !
    Je crois que si vous parcourrez les archives de ce site vous verrez de quelle manière on s’ est occuppé de Nkusu et les autres …
    Et moi qui vous écrit suis kinois pur jus , mes géniteurs étaient de la Lukaya à l’ époque les cataractes . Mon épouse est native de Tshela et pourtant nous parlons aussi politique mais jamais cet histoire de Bas fleuve , lukaya et Cataractes n’ a entravé nos bavardages .
    Nous nous considerons Ne kongo point et barre .
    Croyez moi même si c’ était mon propre grand frère à la place de Mbadu ou Nkusu je ne le ménagerais jamais . Ici il est question des intêrets du peuple ne kongo sans ambiguité , ni division ou je ne sais quoi .
    Marchons tous ensembles la main dans la main comme nos bambuta l’ ont fait à l’ époque du vrai Abako des mbuta Kasanvubu , mbuta Nkanza mbuta Kingotolo , Mbuta Mpinzi , mbuta Mwanda Vital , mbuta Nzeza Nlandu , mbuta Diomi etc …D’ ailleurs c’ est la raison pour laquelle j’ exhorte les ne kongo à retourner tous dans l’ Abako ou du moins ce qu’ il en reste ,nous saurons la redynamiser .
    Mais vous vous y opposez personnellement arguant toute une série des raisons qui ne tiennent pas débout .
    Alors Mbadu ou autre , tant que l’ amateurisme , l’ incurie , la corruption ,les pratiques mafieuses seront édifiés en mode de gouvernance et que les intêrets du peuple ne kongo ne sont pas pris en compte eh bien nous ne laisserons rien passer que cela plaise ou pas c’ est comme ça si vous aimez réellement le kongo central .
    Merci de votre compréhension mfumu Lelo !

  10. André-Jacques Lelo Mvemba

    Bien Aimés de la province du Kongo Central
    Nous lisons avec intérêts tous vos critiques, suggestions ou même propositions sur le net et nous avons raison de le faire, sauf que la plupart de ces critiques sont acides pour les ressortissants du Bas-Fleuve, qui écrivent souvent de cette manière, ce sont les ressortissants du cataractes et de la Lukaya! le Kongo Central est un et indivisible, nous ne devons pas nous entretuer de cette manière, nous devons avoir le respect envers nous mêmes sinon comment peut-on combattre les Mingisila avec nos propres turpitudes, nous devons commencer d’abord à nous aimer, à nous respecter et enfin les bonnes choses viendront, c’est cela le paradoxe au Kongo Central et surtout n’oublions pas au milieu des armes, les lois sont silencieuses (Cicéron), ouvrons l’œil est le bon s’il vous plait!

  11. ALKIS/ Nambo

    O TEMPS O TEMPS !
    En ce temps là quand on descendait du train à Matadi venant de Léoipoldville,aussi bien à l’époque des Belges qu’à celle courte du Président Joseph Kasa-Vubu et avant de prendre la vedette vers Boma et Moanda , l’on utilisait une passerelle…
    Et qu’est-ce qu’on voyait ?
    De vrais gabelous Noirs, Bakongo, proprement de tout blanc vêtus. et leur chapeau casques d’autorité de Bula-Matadi, sévères maios courtois comme pouvaient l’être les Bakongo de cette époque là..;..
    Les Belges avaient tellement confiance à ces Bakongo-là qu’ils les laissèrent manipuler, marchandises et argent sans perdition et la Colonie pouvaien se construire prospère à partir de Matadi.
    Et tout cela continua pendant la petite courte période de Joseph Kasa-Vubu pendant laquelle, malgré les sécessions et les rebellions , le taux de croissance à partir du Kongo Central suivait toujours le mouvement haussier….
    Et quand Tata Mobutu arrive au pouvoir quel vertige n’avait-il pas devant les caisses pleines de l’Etat laissées par Joseph Kasa-Vubu ?
    Ah la belle époque où profitant de tout cet argent, après les meetings politiques au stade Tata Raphaël, le président Mobutu pouvaient offrir à boire gratuitement à tous les Kinois dans des bars de Léopoldville…Et après ?
    Après , je n’étais plus au pays, moi, mais les échos m’apportèrent les nouvelles que les finances de la RDC (Zaïre) commçaient à naviguere en mer houleuse, surtout après l’eviction pour toujours d’Albert NDELE du comande des finances du pays…..
    Et depuis lors les mauvaises habitudes étaient prises.
    A mbe mbongo nsala mu nsala…. , mais hélas ,en RDC ce ne sont
    pluisd ceux des individue et des provinces qui bossent et qui font entrer de l’argent au pays qui s’enrichissent,
    Quand on vole au même endroit il arrivera un jour où qu’il n ‘y aura plus rien à volers à cet endroit.
    La RDC est menacée de devenir un jour, un pays où il n ‘y aura plus rien à voler !

  12. MANASETUMONA

    Je suis nkongo oune kongo. Je refuse radicalement être de “Zoba” parce que j’appartiens au grand peuple Kongo. Accepter ce qualificatif ou cet épithète c’est une démission et reniement de moi même. Jamais de mémoire de notre histoire muti séculaires nos ancêtres aient eu renoncé e se renié. Lorsqu’ils commençaient à se renier, très vite ils s’étaient donné aux portugais par les intermédiaires des capucains et vint ensuite la colonisation portugaise et l’affaiblissement du Grand Royaume. Lorsqu’ils avaient commencé à renoncer et à se renier, sur l’ordre des catholiques, ils avaient abandonné leur sœur, leur fille Kimpa Vita pour l’amener au bûcher et nous connaissons la suite. Jamais, étant digne Mfumu’a Nlaza issu du sang royal Kongo et digne fils spirituel de Nsaku, je n’accréditerai ce qui semble entrer dans la mémoire collective de bakoongo et qui donne les portes largement ouvertes aux autres de se considérer maître chez nous et de nous. Je dis bien et je répète jamais mille fois jamais.Nkoongo je resterai et avec toutes mes valeurs qui ont fait de ce pays vaillant et valeureux afin qu’il vive et continue d’exister. Je ne m’abaisserai devant ces genres de considérations minorant notre peuple. Prendre ces considérations pour comptant, c’est donner raison à tout ce qui veulent voir les ne kongo ainsi pour mieux les éloigner des affaires du pays parce que réellement incompétents. Honnis soient tous bakongo qui les épousent.

  13. Mankaka Nsoni

    Et dire que ce sont des muanetu , des mina sema et des ressortissants des milles collines qui noyautent cette boîte ou le ne kongo n’ a pas droit au chapitre … Ni même nos gouverneurs affiliés au pprd car ils doivent obéir aux injonctions du parti .
    Tout doit prendre la direction de kinshasa tout ceci illustre bien l’ ampleur de la saignée financière que subisse le kongo central .
    Et si on nous dit que nous sommes les zoba des mazoba et qu’ il faut dénoncer ça , il y en a qui disent qu’ il faut se taire et adopter une autre stratégie . Je me demande bien laquelle .
    Mbadu lorsque vous vous affiliez dans ce parti qui ne nous veut que du mal et que vous criez à qui veut l’ entendre vous allez travailler pour le bien être des ne kongo et du kongo central , vous mentez !
    Car vous y allez poings et pieds liés , car vous devez obéir à la ” discipline ” de votre parti . C’ est pourquoi je me pose toujours la question : Que sont les motivations qui vous poussent à adhérer dans cette association des malfaiteurs .
    Mbadu si réellement vous êtes ” indépendant” battez vous pour l’instauration du conféderalisme, ayez le courage d’organiser un referendum en ce sens pour sortir le kongo central du goulot d’ étranglement ou le maintiennent les mingizila dans le seul but de freiner le rayonnement , le développement de notre terre et le bien être des ne kongo. Si vous ne le faites pas jamais vous ne réussirez dans la mission que vous vous êtes assigné .
    Et pendant qu’ il en est encore temps prenez le devant commencez par nommer des ne kongo à ces postes vacants le plus rapidement possible pour couper l’ herbe sous les pieds des rapaces tapis à kinshasa .
    Ayez ce courage faites le et prenez les ne kongo à temoins.

  14. Don Pepe Mpela

    Et les Né-Kongo qui refusent qu’on les appelle * Mu Kongo Zoba*, ne comprennent toujours pas que c’est le Kongo Central qui nourri ce pays ! Depuis quand un ministre délégué doit aller vérifier les comptes dans une province ? Et dire qu’il a un vice-ministre ? Le pire c’est qu’il y a aussi un ministre provincial à qui on peut solliciter une priorité pour diligenter une enquête si réellement ces recettes seraient en désaccords avec les exigences fiscales de l’exercice en cours. Pourquoi refuse-t-on les Kongo perlent fédéralisme ? Je pense, vous avez un des éléments fondamentaux de ce refus de la part de vos fraudeurs-tricheurs et les voilà aujourd’hui témoin de la guerre entre les M23. Demain, je pense on ne nous parlera pas de M12 ou de M12.
    Au fait les Kongo savent qui est le patron de la Dgda ? Originaire d’où ? Car, les informations à notre possession cd nous de la diaspora, ce patron aurait des origines douteuses. Comme toujours, ni vu, ni connu. Il a était seul. Pas des collègues de classe, pas de voisins du quartier. Seulement, il est devenu un bon matin patron de la Dgda. Et Mbadu dans tous ça, il a mal à la gorge ?
    Ce qui vous attend, c’est de constater que demain, on vous enverra des cadres soit disant venus de l’Est alors qu’ils sont du M23 ou des R….. Les administrateurs des zones occupées puis administrées par le M23 à l’Est, pensez-vous qu’après la signature des accords à Addis Abeba, resterons des chômeurs ? Voilà comment Matata, le patron d’un gouvernement des doués est en train de vous faire goûter la sauce de la vraie paix. Kongo, qu’as-tu fait pour subir un tel traitement ? Qu’attends-tu pour te révolter ? Pitié.

  15. MANASETUMONA

    Oh la la la ! Le Congo, notre pays, fonctionne la tête en bas et les jambes en haut comme dans la gymnastique que nous pratiquions dans les écoles catholiques des années 50. Les ministres du gouvernement central qui débarquent à Matadi comme les chefs de bande des quartiers de Chicago, All Capone ne ferait pas mieux, exigeant les recettes… Dans notre pays, on verrait la police de la brigade des fraudes qui enquêteraient ou les juges chargés de ces questions. Lorsque les telles pratiques sont sur le marché, le soupçon surgit vite comme de la fumée qui jaillit dont les tisons ne sont pas encore enflammés. Messieurs, appliquez les lois du pays et respectez la division du travail et les services compétents. A moins que vous jugiez que les personnes que vous aviez mises en postes ne sont pas si compétentes, mais dans ce cas à qui la faute ? Si vous soupçonnez qu’ils auraient détourné les 45%, alors traduisez devant les tribunaux compétents, eux et leurs complices. Les douanes sont les services des finances qui alimentent les caisses des budgets de l’Etat. Et quand on a été un jour dédouaner à Matadi ou à Boma, les tracasseries des agents que l’on doit subir et avec les dessous des tables à tous les niveaux, il y a lieu à craindre que le pays perd énormément au profit des poches des individus. Organisez le pays et gouvernez-le, messieurs.

  16. Pourquoi cette délégation n’a pas commencer par KASUMBALESA ? seulement par le Bas-congo .Nous comprenons que c’est notre province qui fait vivre le grand congo et pourtan, on peut encore capitaliser d’autres ressources ou on laisse faire la fraude et contrebande.KINKOTO KITOMINA MUNTU MBUA .

Poster une réponse


Commentaire récent

  • Diakiese Nzakimwena: Beaucoup de leçons à tirer de l’emprisonnement de Didier Mambweni. Deo Nkusu que...
  • NGIMBI VANGU SIMONT: Bonsoir Mr Etienne Lutete président de la société civile de bascongo je vous rémercier beaucoup...
  • BIRINDWA RAMAZANI: Triste réalité de notre pays. Où vont les recettes du pays ? Et la politique sociale et urbaine ?...
  • makoba: vaux mieux un démon que vous connaissez que un sein que vous ne connaissez pas merci jacques de lai montrer...
  • Kimpwanza Dia Kongo: Mon Dieu Tshela la ville natale de mon épouse … Voyez vous ce qui arrive lorsqu’ on...