Le social,revendiqué par les agents de la Société commerciale des transports et des ports

Le social,revendiqué par les agents de la Société commerciale des transports et des ports

Les agents de la SCTP écoute le syndicaliste de la CDT non loin du port/Infobascongo

Les agents de la Société commerciale des transports et des ports(Sctp),port de Matadi observent un arrêt de travail depuis ce matin. Ils revendiquent l’amélioration des conditions sociales.

Depuis 4 heures,des agents de la Sctp sont aux entrées principales du port international de Matadi. Ils informent leurs collègues de l’arrêt de travail qu’ils doivent observer. Une stratégie qu’ils ont arrêtés pour éviter que l’action échoue. Tous d’un commun accord se sont retrouvés vers 8 heures à l’entrée principale du port. ‘’ Si nous voulons que nos conditions sociales changent,c’est maintenant où jamais’’,enflamme un agent.

Début février,l’intersyndicale de la Sctp a écrit à leur hiérarchie pour réclamer l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Il s’agit :’’ du Smig payé au taux de 560 fc au lieu de 910 fc ;des avantages sociaux ne répondant pas au coût de la vie(logement :11 000 fc(12$),la révision à la hausse de la prime d’exploitation pour les ports maritimes et le chemin de fer ;l’inquiétude soi-disant,sécuritaires du port mises sans aucune information aux travailleurs ainsi que la menace de la sous-traitance’’. ‘’ Nous vous lançons un ultimatum de six jours’’,concluait l’intersyndicale.

Protocole non respecté

Mi-février,un protocole d’accord a été conclu entre l’employeur et la délégation syndicale nationale. Il a été convenu que :’’  les négociations entre les deux parties auront lieu en début mars, toutes les entités de la Sctp seront représentées par la partie syndicale,dans l’entre-temps l’employeur aura à préparer l’état des lieux global de la société et sa ventilation par département à présenter aux assises et avant la tenue de ces dernières,la partie syndicale est appelée à veiller à l paix sociale de la société’’.

Malheureusement,ces assises ne se sont jamais tenues. Au contraire,Tito Umba,l’administrateur directeur général adjoint ai,dans sa correspondance du 16 mars,mis en place sur pied un programme de rencontres entre l’employeur et les délégations syndicales . Objectif selon lui ‘’permettre à l’ensemble des partenaires sociaux d’avoir une bonne lecture de la situation de la société’’. ‘’ Je suis étonné de  votre démarche actuelle qui me paraît contraire au protocole d’accord et,de là ,la question de savoir si ces dispositifs arrêtés par vous sont mûris et peuvent mener à bon port’’.

Arrêt de travail maintenu

‘’Il nous distrait avec des programmes bidons’’,signale Gérard Pambu ,secrétaire confédéral urbain de la confédération syndicale des travailleurs. ‘’ Sa stratégie,c’est de mettre les syndicalistes dans des conditions d’aisance pour qu’ils oublient leur rôle. Il leur donne 100$ de jeton de présence à chaque réunion et vont régulièrement en mission’’,ajoute Gérard. Le maire de Matadi et le gouverneur qui sont venus les calmer ont été chahutés. Les agents refusent leur proposition de constituer une délégation qui se rende à Kin s’entretenir avec leur hiérarchie.

Aux dernières nouvelles,ils ont acceptés. Cependant,l’arrêt de travail est maintenu selon les agents. Jean-Paul Dikenda,le directeur des départements des ports maritimes vient de signer un communiqué. Il souligne que cette grève est illégale et demande à tous les agents de se présenter à leur poste sinon,ils seront sanctionnés sévèrement.

 

Par Rosianne Nduli,stagiaire

Leave a Reply

Your email address will not be published.