Les habitants de la commune de Matadi se préparent à accueillir la police de proximité

Les habitants de la commune de Matadi se préparent à accueillir la police de proximité

forums d’informations/photo infobascongo

La police de proximité arrive sous peu dans la commune de Matadi à Matadi, chef-lieu du Bas-Congo au sud-ouest de Kinshasa. Pour permettre aux habitants de mieux l’accueillir et de collaborer avec elle, la société civile et le Réseau de la société civile pour la réforme du secteur de sécurité et de justice(Rrssj)organisent des forums d’informations. Ce jeudi, c’est le tour des habitants de la ville haute à la paillote.

A la paillote en ville haute, une cinquantaine d’habitants suivent attentivement Adèle Ndongala. Cette formatrice explique le rôle de la population et de la société civile dans les fora des quartiers ainsi que dans les conseils locaux de sécurité. ‘’ C’est un cadre où vous devez exprimer sans tabous vos besoins sur la sécurité de vos quartiers ’’, explique Adèle Ndongala, formatrice et membre du Rrssj.  ’’ Vous devez maîtriser le rôle de la police de proximité pour les aider en bien faire leur travail en dénoncent l’insécurité, car les policiers ne sont pas de dieux pour connaître tout ce qui se passe chez vous’’, insiste Germain Mvumbi, coordonnateur provincial de la composante de la redevabilité externe.

Une trentaine d’habitants suivent attentivement Adèle Ndongala/Photo infobascongo

Commissaire principal, Jérémie Nkanku planche sur  les ‘’ 3 P et 3 R ‘’ de la police de proximité. Ils s’agit de : la proximité police-population ; prévention par la police ; partenariat avec la police ; résolution des problèmes, redevabilité et respect des droits humains. ‘’ A Nzanza, c’est déjà une réalité. La police de proximité se distingue ‘’, rassure-t-il. ‘’ Nous sommes contents de cette police. Va-t-elle respecter ces principes ?’’, se demande Félix Nkanga du quartier Nkala-Nkala.

Trois cents policiers de Matadi suivent depuis début novembre 2012, une formation au centre de Mvula- Matadi en territoire de Sekebanza. Ils terminent ce 19 avril.

Ces sensibilisations se font par le Rrssj . Elles sont appuyées par la composante redevabilité externe du programme redevabilité du secteur de sécurité et reforme de la police  avec le financement de la coopération britannique.

Leave a Reply

Your email address will not be published.