|

Rd Congo :Un sursis aux ports du Bas-Congo grâce à la pression

Arrêté interministériel sur la mesure d’exécution du décret portant réglementation de l’importation des véhicules d’occasion en Rd Congo : un sursis de deux mois vient d’être accordé ce mercredi. Cela est la résultante de la pression des déclarants, débrouillards , importateurs et députés.

Deux mois encore pour importer des véhicules d’occasion en Rd Congo de plus de dix ans. La nouvelle vient d’être annoncée au port de Boma, le 2ème du pays par Jacques Mbadu, le gouverneur. Le Premier ministre a pris cette décision hier.  Une forte pression a été exercée par les déclarants, débrouillards et importateurs. ‘’ Nous vivons tous de ces véhicules. Prendre une telle décision pendant qu’il n’y a pas de solution de rechange, c’est suicidaire ‘’, se plaint Mbuyi Tshipamba, un revendeur des moteurs de véhicules et accessoires. ‘’ Il devait commencer par créer des emplois et doter les villes des moyens de transport en commun avant de prendre une telle décision’’, s’enrage une vendeuse des cafetières et couverts de seconde main.

Fin décembre, le gouvernement a pris un arrêté interministériel portant mesure d’exécution du décret n°12 /041 du 02 octobre 2012 portant réglementation de l’importation des véhicules d’occasion en Rd Congo. En son article 2, il dispose : ‘’ sont concernés par les dispositions du décret, les automobiles(corbillards, ambulances…) et les poids lourds dont la date de la première mise en circulation se situe en deçà de 10 ans et  les véhicules utilitaires dont la date de la première mise en circulation se situe en deçà de sept ans’’.

Forte pression

A cause de la pression, le gouvernement avait donné un sursis de six mois. Mais, les importateurs ont encore acheté des véhicules. Le compte-rendu du gouvernement avait annoncé leur destruction. Deux congolais de la diaspora sont  internés à l’hôpital  général de Boma. Ils n’ont pas supporté le retour de l’Eurocargo. L’un a trois voitures, l’autre en a sept. En fin de semaine, les députés nationaux du Bas-Congo ont rencontré Augustin Matata, le Premier ministre pour lui demander retirer l’arrêté interministériel. Ce qu’il a refusé. Mais il avait promis un sursis.

A Boma, les personnes déçues par la décision attendaient la sortie des bus pour le transport en commun commandés par le gouvernement pour les détruire. Cela a notamment vite milité pour ce sursis allant du 17 avril au 17 juin. Pourtant, le navire qui a , à son bord la dernière cargaison de véhicules interdits, a déjà levé l’encre.

Cependant, l’inquiétude continue de gagner du terrain. ‘’ Après les deux mois, que deviendrons-nous parce que finalement, je sens que la décision sera prise’’, se désole un déclarant.

 

URL simplifié: http://www.infobascongo.net/beta/?p=11991

Posté par on avr 17 2013. Classé sous A la une, Economie. Vous pouvez suivre toute les entrées a travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller directement à la fin et laisser un commentaire. Envoyer un ping n'est pas actuellement autorisé.

5 commentaires pour “Rd Congo :Un sursis aux ports du Bas-Congo grâce à la pression”

  1. André-Jacques Lelo Mvemba

    Le Gouverneur doit ramer à contre courant pour éradiquer certains maux devenus chronique dans nos mentalités, voilà tout!

  2. Don Pepe Mpela

    @ cher Nono, Ghandi disait * un homme débout est plus fort que 40 hommes endormis*. Levons-nous comme un seul homme et nous allons les foutre tous dehors. Ils vous chosifient depuis des années pendant qu’ils font fuir leurs familles. Vous trouvez ça normal ? Il faille mettre fin à cette aventure. De toutes les façons vos *malanda ngombe* ne savaient pas pourquoi l’actuelle constitution fut rédigée à LIège en Belgique. Toutes les lois qui y sont , une fois qu’on les applique, je vous informe que nombreux parmi eux se retrouveront à la place de Diomi Ndongala à Makala. Ils sont soit de faux en titre, soit des vrais -faux et ne veulent pas que les lois votées, soient d’application.
    Tata Nono, avec le fédéralisme, bien qu’il y ait des matières nationales qui primeront sur les matières provinciales, seuls les souverains primaires sauront avec l’aide des leaders Kongo, comment nos ports et autre richesses seront auto gérés que pour le bien de la province et des Citoyens Kongo. Pourquoi Matata ne sait pas prendre une décision pour Kasumbalesa au Katanga même à la frontière avec le Rwanda ? Certes mes propos sont durs à l’égard de vos imposteurs et nous continuerons à la faire. Que celles et ceux pensent rejoindre ce pouvoir qui vous tuent à petit feu, le fassent. Ils sont libres. Mais, ceux parmi vos dirigeants qui viendront mentir aux yeux des partenaires occidentaux en passant par la Suisse, posez alors la question au ministre Mende qui n’a pas pu tenir sa conférence au siège de l’ONU à Genève. Le ministre a fui par TGV pour Bruxelles via Paris. Je ne me vante pas mais, nos enfants ont grandi et ont tout compris. Ils sont nés là, travaillent dans les tous le services et ils sont amis à ces gens qui gèrent tout. Donc, muntu katini n’kueno ko. Les Congolais de l’étranger sont déterminés à mettre fin à l’aventure de vos faussaires. Et cela avec l’aide de toute la population nationale. Le processus sera long, mais, ces gestionnaires criminels devront se rendre à Makala pour les uns et je ne sais où pour les autres. Ils ne sont pas plus Congolais que vous, nos parents voire nos enfants. Ils pensent que Kabila trichera ou fraudera encore en 2016 ? Seront-ils capables de vous créer la semaine de 4 jeudis ? Restons débout chers Kongo afin que nous soyons plus fort que les M23 qui vous assassinent avec les recettes venues de nos ports. Ces politiciens passeront, les Kongo et le Congo Central resteront. Lèves-toi, peuple Kongo et reprends ta marche pour ta libération.

  3. Des propos durs de Don MPELA aux dirigeants actuels. bika kuani mambu yina .
    Ils savent ceux qu’il font et laissons faire .Nzadi yi yenda ya mosi…………….

  4. Deux possibles solutions:
    1) Faire partir Matata de son poste a travers la pression
    2) Pratiquer une discrimination tarifaire entre les vehicules de plus de 10 ans payent un tariff eleve a la douane et les vehicules de moins de 10 ans qui payent 50% moins que les vehicules de plus de 10 ans. Cette derniere solution est la plus pratique.

  5. Don Pepe Mpela

    Encore et encore que des amateurs voire des jaloux qui se moquent de notre peuple qui vous gouvernent chers compatriotes. La RDC est un pays pauvre, non industriel et même nulle part. Les gens vivent par miracle. Votre premier ministre peut-il vous dire ce qui justifie cette décision ? Le transport en commun pour ne pas dire public : Où sont les bus promis par votre fraudeurs de président ?
    Voici le non dit ce cette décision. La Diaspora congolaise qui vous nourri depuis que Kabila est aux affaires, a présenté un rapport où l’absence d’efforts de la part de vos dirigeants en matière de transport public a été détaillée. Qu’il s’agisse des avions voire des véhicules. Un rapport bien accueilli. Une démarche a été initié afin qu’on privatise ce secteur mais avec des cotisations de la diaspora occidentale. Kabila et Cie ont senti leur mort venir, ils ont pris cette décision en catastrophe pour, soit punir la diaspora, soit appauvrir les Congolais davantage. Ils sont jaloux de constater que des immigrés congolais jouent le rôle de l’Etat en RDC. Soins et santé, salaires des enseignants et même de certaines familles des militaires, transport, éducation, nourriture, …la diaspora joue le rôle de du FMI voire de la BM. pendant que Kabila et Cie vous pondent des rebellions.
    Que des jaloux qui se moquent de vous. Où les enfants en RDC ou ailleurs ?
    Car, imaginons un pays comme la Suisse, les véhicules de plus de 15 ans circulent encore pourquoi pas en RDC ? Dites-nos si la RDC a déjà fabriqué une voiture ? Pour prendre ce genre de mesures, il faut être soit villageois soit moins informé comme Matata. L’essentiel dans l’importation c’est la fiche technique qui accompagne l’engin roulant. Il faut un comité des mécaniciens et des technicines pour résoudre cette crise afin de soutenir le transport en commun. Sans quoi, vous ne serez que des piétons à vie.
    Imaginons que la mesure est avancée de 60 jours. Or, les transporteurs ont en principe 30 jours pour amener la marchandise ( camions) au port. Il faut compter 15 à 21 jours pour arriver à Boma. De qui se moque-t-on ?
    Vos novices qui copient n’importe quoi, pensent réussir dans cette décision. Les ports de la RDC ne sont pas gérés par des pays étrangers comme c’est le cas en Angola. De toutes les façons, nous de la diaspora savons qu’à la fuite de Kabila, la première mesure à lever sera celle-ci. Ces gens vous tuent à petit feu chers compatriotes. Savez-vous à qui appartiennent ces gros camions transporteurs qui font la nationale N0 1 ? A la soeur de l’autre là. Vous vous rendez compte ? Et on veut que vous allez tous quémander chez eux. Katuka dit ! Fédéralisme Ingeta et on saura faire voter cette décision aux Né Kongo, Keti kabwaku ? I buna aa. Ba vingila kaka. Ntangu mambu ilweki.

Poster une réponse


Commentaire récent

  • Don Pépé Mpela: Ce n’est même pas une leçon, un début d ece qui nous attend tous entant que Né Kongo. Ce...
  • Don Pépé Mpela: Et Mbadu fait quoi ? Le maire de Tshela, le budget provincial est allé aussi à Kingakati ou à...
  • Mavungu: Que cela vous serve de leçon ! Dans l’ avenir faites un effort de collaborer avec tous les Ne kongo...
  • NGIMBI VANGU SIMONT: Bonsoir JEAN MARIE MULATU je voudrai savoir ou les bankongos entier ou tu as fait tons études...
  • NKOSI SIKELELE: Nous sommes souvent distrait dans beaucoup d’évènements nous les congolais. Quand Kinshasa...