Bas-Congo : le gouverneur répond à ses détracteurs et fait son bilan

Bas-Congo : le gouverneur répond à ses détracteurs et fait son bilan

Jacques Mbadu, le Gouverneur du Bas-Congo/Photo Diav

L’état de lieu de la province du Bas-Congo et le bilan des actions de l’exécutif provincial viennent d’être faits par Jacques Mbadu, gouverneur. Une façon de briser le silence sur les vives critiques dont il fait l’objet et d’informer les habitants sur sa gestion. C’était au cours d’un point de presse à Matadi.

Le ton du gouverneur est ferme quand il répond aux remontrances qui lui sont faites dans les médias et dans les correspondances dans sa résidence officielle au ciné-palace.  Il est devant plusieurs journalistes du Bas-Congo et de Kinshasa, des membres du gouvernement provincial, des autorités politico-administratives et de nombreux militants des partis du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie(PPRD). ‘’ Au sujet des tracteurs agricoles, aucun dossier ne m’a été présenté à la remise et reprise. Ce sont les services qui m’ont fait savoir qu’il y en avait 177. Je sais maintenant où sont partis ces tracteurs. Je vous donnerai le dossier pour que vous alliez le chercher. Et pendant que je suis là, l’inspecteur provincial de l’agriculture en a distribué 37 à des personnes que lui-même connaît’’, s’étonne-t-il. Le gouverneur poursuit : ‘’ puisse que nous avons dit que nous allons instaurer le week-end agricole, nous avons donné 22 tracteurs à des gens connues. Qui vous dit que les membres du conseil provincial de sécurité, les députés nationaux et provinciaux ainsi que les notables n’ont pas des structures connues ? Moi, je peux certifier qu’ils ont des concessions agricoles. Ils ont d’ailleurs signé un contrat’’.

Il réfute avoir déjà signé un chèque sans provisions. ‘’ Ce sont mes collaborateurs qui le font. Autrefois, c’est Deo Nkusu qui signait. Moi, je donne le pouvoir à d’autres. Est-ce un péché ?’’, demande-t-il à l’assistance.

Revenir à la légalité

Jacques Mbadu ne comprend pas qu’il soit accusé d’avoir mal payé les indemnités de sortie de ses devanciers mais aussi d’avoir remercié  leurs collaborateurs. ‘’ Dans une circulaire portant exécution du budget de l’Etat, le vice-Premier ministre du budget dit que les indemnités de sortie sont calculées sur base du salaire de base’’, fait-il savoir. ‘’ L’article 30 de la libre administration des provinces dit que le cabinet du gouverneur ne peut pas fonctionner avec plus de 10 membres et pas plus de quatre pour celui du ministre. Cela n’exclut pas d’avoir un personnel d’appoint et d’appui. De là à aller jusqu’à 1509 personnes, c’est quand même trop’’, ajoute-il. Son argumentaire repose aussi sur l’arrêté du 28 juillet 2007 de Simon Mbatshi, ancien gouverneur qui dispose en son article 10 : ‘’quand les fonctions du ministre prennent fin, le personnel aussi s’en va’’. Cet article se réfère aussi aux agents de l’Etat affectés au gouvernorat. ‘’ Dire que j’ai chassé tout le monde, c’est faux. Sur les 141 personnes qui sont maintenant au gouvernorat, 60 % sont des anciens’’, s’explique-t-il.

Autre point que soulèvent ceux qui l’attaque : la présence de cinq commissaires généraux dans son gouvernement. Pour lui ‘’ils ne sont pas de ministres. Trois font partie de son cabinet’’. Le point de mire, la construction du stade Lumumba de Matadi est abordé. Le gouverneur signale que l’entreprise Zen Gwey a déjà perçu 100 000 000 de Fc () mais qu’en réalité, l’argent de la construction de ce stade a déjà été versé par le gouvernement central en échange des constructions des maisons à la pépinière de Bandal à Kinshasa.

‘’ C’est un coup d’épée dans l’eau’’

Le propos avec détermination du gouverneur dans sa première partie met près d’1h 30. C’est ce qui justifie la présence d’un petit chat dans sa gorge. ‘’ De l’eau’’, reclame-t-il. Petite interruption mais encore d’autres car, il est par moments interrompus par des applaudissements,des chansons et des insultes des militants du PPRD. ‘’ Voleurs ! Voleurs !’’, lançaient-ils à l’encontre de ceux qui tirent à boulets rouges sur le chef de l’exécutif provincial. Mbadu les cite tous. Ils sont en effet, neuf : Deo Nkusu (ancien gouverneur intérimaire), Pamphile Badu alias chez Tonton (un des politiciens qui a soutenu sa candidature), Fabrice Puela et Adrien Phoba, députés nationaux de l’opposition, Pierrot Mvumbi, Didier Mambueni(président et vice-président de la société civile du kongo central), Venant Wabelo ( membre du forum sauvons le Bas-Congo), Scram Futi (un des anciens collaborateurs du gouverneur), Kasa alias aigle blanc (un habitant qui a soutenu le gouverneur) et. ’Voulez-vous que j’éventre le boa’’, demande-t-il avant de les prévenir : ‘’ Qu’ils se taisent’’. Mais ces derniers s’en moquent. ‘’ Il est aux abois. Je demande au gouverneur de voir sa côte par rapport à l’ovation qu’il a reçue lors de son arrivée.  Il n’a qu’à lire les signes du temps. En citant nommément les gens, il est allé trop bas’’, regrette Venant Wabelo. ‘’ C’est un coup d’épée dans l’eau’’, ricane Didier Mambueni.

Bilan

La deuxième partie du point de presse s’est focalisée sur le bilan du gouvernement provincial. Il repose sur : la rétrocession qui arrive désormais jusqu’aux villages, le remboursement des créances aux banques, le déboursement de 162 000$ pour débloquer le crédit de la Banque Mondiale sur la desserte en eau à Matadi, l’acquisition de 43 transformateurs, l’électrification à venir de Kamba(la cité Sainte des kimbanguistes) grâce à la Banque africaine de développement, la construction prochaine de 44 écoles et de six hôpitaux…

Ce point presse n’a-t-il pas ouvert la boîte à pandore ? ‘’ . ‘’ C’est une autre guerre qu’il a ouvert’’, conclut déjà Wabelo.

Leave a Reply

Your email address will not be published.