Rd Congo : l’UNC pose des conditions pour participer aux concertations nationales

Rd Congo : l’UNC pose des conditions pour participer aux concertations nationales

Vital Kamerhe au 1er congo de l'Unc/radiookapi.net

Vital Kamerhe /radiookapi.net

Ouverture ce samedi à Kinshasa du conclave de l’opposition congolaise. Vital Kamhere, le président de l’Union pour la nation congolaise(UNC) signale que son parti ne participera pas aux concertations nationales si elles ne respectent pas l’accord-cadre signé à Addis-Abeba et la résolution 2098 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Il s’insurge aussi contre le projet de la révision de la constitution.

 ‘’l’UNC, mon parti, confirme la déclaration qu’elle a signée le 1er juillet 2013 avec d’autres forces et personnalités de l’Opposition pour affirmer, haut et fort, qu’elle ne participerait au dialogue national que si celui-ci se conformait à l’Accord-cadre d’Addis-Abeba ainsi qu’à la Résolution 2098 et s’il était préparé par un comité paritaire chargé d’en définir, notamment, l’ordre du jour, les mécanismes internationaux de facilitation et de médiation et ceux du suivi de mise en œuvre des résolutions qui en découleraient’’, prévient Vital Kamerhe.

Pour lui, l’ordonnance du président de la République qui crée et organise les concertations nationales s’écarte de ces cadres mais aussi de l’exposé des motifs du  rapport lui adressé par les présidents des deux chambres législatives. ‘’Elle cache mal, la volonté du pouvoir de régenter ce forum en s’assurant une représentation plus que majoritaire’’’. Et de renchérir : ‘’ nous ne ferons donc pas route ensemble avec ceux qui, dans leur liberté, penseraient le contraire. Pour mon parti, la consigne donnée à tous et à chacun est, l’expression, je l’emprunte au président Etienne Tshisekedi wa Mulumba : « le peuple d’abord » ‘’. Ces concertations nationales pourraient se tenir en août.  

 ‘’Touche pas à ma Constitution ! »

Pour le président de l’UNC ‘’ les concertations nationales visent la révision constitutionnelle et donc, une nouvelle transition pour empêcher l’alternance démocratique en 2016’’’.  Il s’insurge contre le livre ‘’ Entre la révision constitutionnelle et l’inanition de la nation ‘’, du professeur en droit  Evariste Boshab, secrétaire général du PPRD, parti au pouvoir. Pour lui, cité par Vital, si l’on révise la Constitution, tous les maux qui rongent la Rd Congo vont disparaître. ‘’Je ne vois aucune adéquation entre la révision constitutionnelle et la survie de la nation. Au contraire, cette révision constitutionnelle, la deuxième en l’espace de 5 ans, viendrait consacrer les funérailles de notre nation, aujourd’hui fortement secouée’’’, refute-t-il. Et de conclure : ‘’Touche pas à ma Constitution ! Voilà le slogan que nous devons scander à partir d’aujourd’hui pour réveiller les consciences et sensibiliser notre peuple sur le danger réel qui le guette ‘’.

Leave a Reply

Your email address will not be published.