RD Congo: les dirigeants de l’éducation envoyés hors de leur province

RD Congo: les dirigeants de l’éducation envoyés hors de leur province

(Syfia Grands Lacs/ RD Congo) Pour lutter contre le favoritisme et la corruption dans l’enseignement, le gouvernement de la RDC a décidé, dès la rentrée scolaire de septembre, d’envoyer loin de leur milieu d’origine la plupart des inspecteurs et des dirigeants d’écoles. Une mesure salutaire pour améliorer la réussite scolaire appréciée de tous.

 

une salle de classe sans bancs

une salle de classe sans bancs

Pour cette rentrée scolaire, la conférence des gouverneurs des provinces de la RD Congo a décidé de permuter « les agents publics de l’État, cadres de commandement, au sein ou en dehors de leurs provinces d’origine de manière à réduire le clientélisme qui affaiblit leur rendement ». Pour Clément Lunkebila, Inspecteur principal adjoint chargé des examens et concours à la Division provinciale de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), maintenu à son poste au Bas-Congo, « cette permutation des différents responsables éducatifs va mettre un terme aux luttes internes entre individus qui ont longtemps travaillé dans un même coin et motiver les nouveaux venus à mieux travailler pour se faire accepter par la base… Cela entraînera à coup sûr des innovations importantes à travers le pays. Même si, ajoute-t-il « il aurait été souhaitable que ces permutations se fassent d’abord au sein des mêmes provinces pour minimiser les coûts liés au déplacement des familles ».  

 Décourager le favoritisme

Enseignante d’école primaire à Luozi (plus de 200 km au nord-est de Matadi), Jeanne Nkuedolo, espère que ce changement des dirigeants scolaires va être profitable et énumère les travers dans lesquels ils excellaient : « Plus ils sont trop restés en place, plus ils ont commencé à tremper dans la médiocrité et la corruption, sans compter l’excès de zèle qu’affichaient leurs collaborateurs immédiats ». Dans certaines décisions sur le bon déroulement du service, « le sentiment était souvent de mise en faveur de ceux de leur obédience, au détriment d’autres agents ».

Pour André Biankondela, secrétaire administratif à l’EPSP/Bas-Congo, permuter les dirigeants n’est pas une mauvaise idée, mais « il y aura un contraste. Car seuls les administratifs sont concernés par cette mesure pendant que les responsables d’écoles conventionnées resteront en place ». En outre, avance-t-il, « ces mutations d’une province à une autre mettront à mal certains nouveaux qui passeront une partie de leur temps à étudier le milieu avant de s’atteler au travail. C’est une pesanteur administrative alors que l’heure n’est plus au tâtonnement ».

 Obligation de résultats

La plupart des inspecteurs de l’EPSP du Bas-Congo soutiennent que ces permutations vont booster le système éducatif du pays, car se trouvant loin des leurs, les agents auront une obligation de résultats. « Ces nouvelles affectations nous enchantent car elles viennent mettre fin à plusieurs antivaleurs qui gangrènent le secteur éducatif par le fait de trop se familiariser dans un milieu », soutient l’un d’eux.

Pour Bethiel Mavingidi, enseignant à la retraite, cette initiative va renforcer « les échanges d’expériences entre les provinces et permettre que toutes émettent sur une même longueur d’ondes ». Même attitude chez les parents d’élèves. Evelyne Nsiku, l’une d’eux à Matadi,  estime que « c’est normal qu’il y ait permutation des dirigeants. Car, même au sein de l’administration publique, nos maris ne prestaient que rarement au-delà de six ans au sein d’une même entité pour éviter des connivences ».   

Promoteur d’une école privée à Matadi, Jean-Paul Digata remarque cependant : « Nous avions des liens solides avec l’équipe dirigeante scolaire provinciale qui nous quitte, mais nous ne pouvons rien devant une mesure administrative légale », affirme-t-il, un brin nostalgique. L’administration, c’est la continuité dit-on. Nous ne pouvons que souhaiter aux partants comme aux entrants de fructueux mandats ».   

Emmanuel Lukeba

Leave a Reply

Your email address will not be published.