|

Matadi : Magali Lungungu, élève militaire fière de l’être

 

Magali,élève officier à l'académie militaire de Kananga/Infobascongo

Magali,élève officier à l’académie militaire de Kananga/Infobascongo

Au Bas-Congo, au sud-ouest de Kinshasa, où les filles particulièrement  n’aiment pas intégrer l’armée à cause des préjugés, Magali Lungungu, une jeune fille de Matadi sort de l’ordinaire. Elève à l’académie militaire de Kananga au Kasaï-Occidental à la faveur du premier recrutement, elle invite les habitants surtout les femmes à servir sous le drapeau.

Ce matin d’août, quatorze élèves officiers militaires du Bas-Congo de l’académie militaire de Kananga sont reçus par le gouverneur. Magalie Lungungu, 24 ans, est la seule femme du groupe.

Moulue dans  sa tenue kaki militaire pimpant neuf et coiffée d’un béret, Magalie Lungungu est toute souriante. ‘’C’est le désir de servir mon pays sous le drapeau qui m’a poussé à adhérer aux Forces armées de la République Démocratique du Congo, confie-t-elle. C’était mon rêve d’enfance et surtout que j’enviais mon Oncle qui est Colonel.’’

C’est en 2011 quand le gouvernement congolais a invité les jeunes à intégrer l’armée que cette fille, deuxième d’une famille de quatre enfants se fait enrôler. Après avoir satisfait au test de recrutement, elle subit la pression de sa famille mais aussi de ses amies. ‘’ Beaucoup me disaient pourquoi une si belle fille veut-elle intégrer l’armée ?’’, se souvient-elle. ‘’ Sans ambition, j’aurai abandonné’’, poursuit-elle.

 Courage salué

Aujourd’hui Magali est en 3ème graduat. Pour en arriver là, elle a fait preuve de détermination. ‘’Nous étions envoyés en forêt, sans communication deux mois durant. Nous étions soumis à quelques exercices pour nous  enlever l’esprit civil. Ce n’était pas facile. Beaucoup d’entre nous ont abandonné ’’, relate-t-elle. “Dans la vie, il ne faut jamais aimer la facilité’’, conseille-t-elle. Dans une province où les filles particulièrement n’aiment pas servir sous le drapeau, pour éviter ‘’d’être abusées par leurs chefs’’, l’élève officier apporte une nouvelle lumière. ‘’C’est faux car dans l’armée nous sommes tous soumis au commandement. C’est ce qui nous régit. La femme doit avoir une personnalité qu’elle soit civile ou militaire’’, argumente-t-elle. Du coup, elle force l’admiration. ‘’Elle a brisé le tabou, elle a compris que l’armée n’est pas un fourre –tout. Nous voulons que les filles soient plus informées pour mettre fin aux préjugés’’, fait savoir  Irène Kakolo, auditeur militaire de garnison de Matadi. Elle est la première femme qui assume cette fonction à Matadi. ‘’ Elle a compris que les femmes dans l’armée ne sont pas des cuisinières moins encore les concubines des chefs’’, encourage Kingudi, auditeur supérieur de l’auditorat militaire. ‘’ J’ai toujours cru que l’armée est réservée aux personnes ratées. Mais à partir du témoignage de cette fille, je comprends que les études sont importantes pour devenir officier militaire’’, lance Gabriel Mpuati, habitant de Matadi.

 ‘’Je rêve de devenir général…’’

Bien qu’elle soit l’unique fille du Bas-Congo dans sa promotion, elle se contente de voir une autre fille de cette province intégrer l’académie militaire. Cependant, son appel, ce n’est pas seulement à l’endroit des filles. ’’Dans quelques années, il y aura des affectations. A cette allure, le Bas Congo verra des personnes d’autres provinces assumer de haute responsabilité. Il faut que des jeunes de la province adhèrent à l’armée pour ne pas crier à l’injustice à l’encontre des originaires de cette province’’, conseille-t-elle. Son message commence à porter du fruit. ‘’Si ma fille unique veut intégrer l’armée, je ne peux pas refuser. Nous avons aussi besoin des femmes pour emboîter les pas à Magali ‘’. Dans l’entre-temps, Magali veut aller loin. ‘’Je rêve de devenir général comme les trois générales récemment nommées par le chef de l’Etat’’.

 

Rosianne Nduli, Bénita Sambu,Michel Bahunguka et Hélène Sodi

 

URL simplifié: http://www.infobascongo.net/beta/?p=13421

Posté par on sept 2 2013. Classé sous A la une, Portrait. Vous pouvez suivre toute les entrées a travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller directement à la fin et laisser un commentaire. Envoyer un ping n'est pas actuellement autorisé.

5 commentaires pour “Matadi : Magali Lungungu, élève militaire fière de l’être”

  1. Bravo, mademoiselle!
    Mes vacances en Israël m’a ouvert les yeux sur le service militaire pour un pays qui veut protéger son peuple, sa richesse et ses frontières. Impressionnant de voir ces jeunes filles en treillis, armées sillonner toute la ville de Jérusalem. Il parait que le service soit obligatoire là bas, alors bravo déjà pour l’engagement volontaire que tu fais preuve, espérons que les autres vont suivre l’exemple pour excellence de la RDC

  2. allez de l avant maman ,félicitation. La femme a des compétances

  3. madame ou mademoiselle future générale..
    Si vous pourriez aller pousuivre votre formation militaire en Israél alors vous deviendriez “officier supérieur ou générale , dans un délai raisonnable .Si vous alliez étudier dans une académie militaire belge ou chinoise alors vous deviendriez un piètre officier supérieur. Ces 2 pays ne forment pas , ils déforment nos militaires congolais en leur dispensant une formation militaire qui ne tient pas compte des réalites spécifiques de la RDC. .
    Les experts congolais en matière militaire pourront mieux vous éclairer que moi..
    Dans notre pays, pour devenir officier supérieur(hors une nomination politique ou une promotion “canapé”, il faut féaliser des prouesses intellectuelles ou des prouesses militaires au cours de sa carrière militaire.Pensez-y,votre carrière sera parsemée d’embûches et d’épines !.
    Si tel est vraiment votre projet alors il va falloir prouver vos capacités et vos
    prouesses intellectuelles.
    Bonne chance et je vous souhaite un très bon parcours professionnel !
    Corneille dans le “Cid” écrivait : aux âmes bien nées , la valeur n’attend point le nombre d’années…

  4. Don Pépé Mpela

    Félicitation à cette Kongo de la nouvelle citoyenneté pour une modernité RDC. Si l’Ecole de Formation des Officiers devenue à ce jour Académie militaire pour les futurs officiers, j’aurai aimé que l’étudiante Kongo dise aux jeunes que l’Académie étant un centre de formation supérieure, la formation en RDC reçu les jeunes de deux sexes. Et aussi, sortir d’une académie militaire, c’est comme tout autre jeune RDC qui fini à l’ISP ou tout autre haute école supérieure une fois son diplôme d’état en main.
    Imaginons que le Sénégal, vient de nommer une dame au poste de premier ministre. Croyons-nous que celle-là est différente de la Congolaise en tant que créature divine ? C’est aux Congolais et à leur parents de quitter voire d’abandonner des barrières imaginaires. Dés la maternelle jusqu’aux Universités, les inscriptions sont offertes à tout le monde. De même dans l’armée ou dans la police nationale. Celle ou celui qui se sent capable d’y faire profession serait la bienvenue. En Egypte, pays laïc et arabe, il y a des femmes qui servent dans l’armée. Mais, sic’est elle qui sera la première générale Kongo dans ce pays là, mon souhait serait de chasser d’abord les fraudeurs et tricheurs. Kisalu ya mbote mama étudiante du Kananga.

    • madame ou mademoiselle future générale..
      Si vous pourriez aller pousuivre votre formation militaire en Israél alors vous deviendriez “officier supérieur ou générale , dans un délai raisonnable .Si vous alliez étudier dans une académie militaire belge ou chinoise alors vous deviendriez un piètre officier supérieur. Ces 2 pays ne forment pas , ils déforment nos militaires congolais en leur dispensant une formation militaire qui ne tient pas compte des réalites spécifiques de la RDC. .
      Les experts congolais en matière militaire pourront mieux vous éclairer que moi..
      Dans notre pays, pour devenir officier supérieur(hors une nomination politique ou une promotion “canapé”, il faut féaliser des prouesses intellectuelles ou des prouesses militaires au cours de sa carrière militaire.Pensez-y,votre carrière sera parsemée d’embûches et d’épines !.
      Si tel est vraiment votre projet alors il va falloir prouver vos capacités et vos
      prouesses intellectuelles.
      Bonne chance et je vous souhaite un très bon parcours professionnel !
      Corneille dans le “Cid” écrivait : aux âmes bien nées , la valeur …

Poster une réponse


Commentaire récent

  • Diakiese Nzakimwena: Beaucoup de leçons à tirer de l’emprisonnement de Didier Mambweni. Deo Nkusu que...
  • NGIMBI VANGU SIMONT: Bonsoir Mr Etienne Lutete président de la société civile de bascongo je vous rémercier beaucoup...
  • BIRINDWA RAMAZANI: Triste réalité de notre pays. Où vont les recettes du pays ? Et la politique sociale et urbaine ?...
  • makoba: vaux mieux un démon que vous connaissez que un sein que vous ne connaissez pas merci jacques de lai montrer...
  • Kimpwanza Dia Kongo: Mon Dieu Tshela la ville natale de mon épouse … Voyez vous ce qui arrive lorsqu’ on...