|

Matadi : Dibuaya Muamba, policier meurtrier condamné à mort

Condamné à la peine de mort pour meurtre et pour dissipation de munition de guerre, c’est la tarification du tribunal militaire de garnison de Matadi à l’encontre du policier  Dibuaya Muamba alias Mpozo Ntedika. Il a siégé hier en audience foraine à la cour de l’école primaire Tuzolana au quartier Baobab à Nzanza. Le condamné a tué par balle un jeune garçon le jour de la bonne année.

Audience foraine à Matadi/Infobascongo

Audience foraine à Matadi/Infobascongo

Aussitôt le verdict prononcé par Guy Nyembo, le président du tribunal de garnison de Matadi, Dibuaya voit sa tenue de policier enlevée dans une forte brutalité des militaires. Menotté, il est conduit à la prison centrale du Camp Molayi à Matadi sous les huées des habitants. Il doit aussi payer 200 000$. ‘’Dans l’arsenal judiciaire congolais, la peine de mort n’est pas encore abolie. Mais nous allons nous concerter pour voir si c’est nécessaire d’interjeter appel. Dans l’ensemble, le tribunal a rendu un jugement juste et équitable’’, reconnaît Nzita Vangu, avocat de la partie défenderesse. Pour Jean-Marc Nzeyidio, le maire’’c’est une leçon pour les policiers qui se méconduisent. Ils subiront le même sort’’.

La nuit de 1er janvier au 2 janvier, Dibuaya a tiré sur Merlin Basiba, un jeune de 25 ans après une altercation. En fuite, il s’est réfugié chez son grand-père et son oncle. Poursuivis eux aussi, ils sont acquittés.

Des problèmes au sein de la police

Cette audience a été révélatrice de certains problèmes qui se posent au sein de la police. Le condamné de père muluba (originaire du Kasaï)  et de mère mukongo (originaire du Bas-Congo) prestait sous le nom de Mpozo Ntedika. ‘’C’est mon nom de service. Mes chefs hiérarchiques me l’ont attribué car le concerné est déjà décédé. J’ai accepté dans l’espoir d’utiliser son numéro matricule à l’avenir. Je suis à la police, il y a cinq mois. J’avoue que je n’ai pas suffisamment appris à manier l’arme’’, a-t-il fait savoir. Ce qui a révolté certains policiers. ‘’C’est en vain que nous nous donnons la peine d’aller à Mvula-Matadi. Je suis dans la police depuis maintenant 25 ans. L’inspection nous  forme régulièrement mais elle ne nous a jamais envoyé dans un poste d’attache pour gagner un peu de sou. Voilà comment ces autorités privilégient leurs enfants’’, maugréait l’un d’eux. Ils disent que certains policiers commis à des postes sont favorisés par leur hiérarchie à qui  elle rétribue de l’argent. Et un autre de se plaindre :’’Pourquoi devait-on lui donner une arme à peine arriver dans la police pendant que nous nous en manquons après avoir mis longtemps ?’’.

URL simplifié: http://www.infobascongo.net/beta/?p=14361

Posté par on jan 7 2014. Classé sous A la une, Société. Vous pouvez suivre toute les entrées a travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller directement à la fin et laisser un commentaire. Envoyer un ping n'est pas actuellement autorisé.

Poster une réponse


Commentaire récent