|

Matadi : Dibuaya Muamba, policier meurtrier condamné à mort

Condamné à la peine de mort pour meurtre et pour dissipation de munition de guerre, c’est la tarification du tribunal militaire de garnison de Matadi à l’encontre du policier  Dibuaya Muamba alias Mpozo Ntedika. Il a siégé hier en audience foraine à la cour de l’école primaire Tuzolana au quartier Baobab à Nzanza. Le condamné a tué par balle un jeune garçon le jour de la bonne année.

Audience foraine à Matadi/Infobascongo

Audience foraine à Matadi/Infobascongo

Aussitôt le verdict prononcé par Guy Nyembo, le président du tribunal de garnison de Matadi, Dibuaya voit sa tenue de policier enlevée dans une forte brutalité des militaires. Menotté, il est conduit à la prison centrale du Camp Molayi à Matadi sous les huées des habitants. Il doit aussi payer 200 000$. ‘’Dans l’arsenal judiciaire congolais, la peine de mort n’est pas encore abolie. Mais nous allons nous concerter pour voir si c’est nécessaire d’interjeter appel. Dans l’ensemble, le tribunal a rendu un jugement juste et équitable’’, reconnaît Nzita Vangu, avocat de la partie défenderesse. Pour Jean-Marc Nzeyidio, le maire’’c’est une leçon pour les policiers qui se méconduisent. Ils subiront le même sort’’.

La nuit de 1er janvier au 2 janvier, Dibuaya a tiré sur Merlin Basiba, un jeune de 25 ans après une altercation. En fuite, il s’est réfugié chez son grand-père et son oncle. Poursuivis eux aussi, ils sont acquittés.

Des problèmes au sein de la police

Cette audience a été révélatrice de certains problèmes qui se posent au sein de la police. Le condamné de père muluba (originaire du Kasaï)  et de mère mukongo (originaire du Bas-Congo) prestait sous le nom de Mpozo Ntedika. ‘’C’est mon nom de service. Mes chefs hiérarchiques me l’ont attribué car le concerné est déjà décédé. J’ai accepté dans l’espoir d’utiliser son numéro matricule à l’avenir. Je suis à la police, il y a cinq mois. J’avoue que je n’ai pas suffisamment appris à manier l’arme’’, a-t-il fait savoir. Ce qui a révolté certains policiers. ‘’C’est en vain que nous nous donnons la peine d’aller à Mvula-Matadi. Je suis dans la police depuis maintenant 25 ans. L’inspection nous  forme régulièrement mais elle ne nous a jamais envoyé dans un poste d’attache pour gagner un peu de sou. Voilà comment ces autorités privilégient leurs enfants’’, maugréait l’un d’eux. Ils disent que certains policiers commis à des postes sont favorisés par leur hiérarchie à qui  elle rétribue de l’argent. Et un autre de se plaindre :’’Pourquoi devait-on lui donner une arme à peine arriver dans la police pendant que nous nous en manquons après avoir mis longtemps ?’’.

URL simplifié: http://www.infobascongo.net/beta/?p=14361

Posté par on jan 7 2014. Classé sous A la une, Société. Vous pouvez suivre toute les entrées a travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller directement à la fin et laisser un commentaire. Envoyer un ping n'est pas actuellement autorisé.

5 commentaires pour “Matadi : Dibuaya Muamba, policier meurtrier condamné à mort”

  1. Rodgers Fils Lungoyi

    Ce triste d’ accompagner tous ces citations de nos compatriotes, pourquoi tous ce choses en RDC…..

  2. J’ai toujours pensé que la symbiose de mentalité ne se fera jamais au congo, raison de plus pour un les tenants du fédéralisme. 8T5A

  3. Tata Mankaka Nsoni disait souvent :
    “Il ne faut pas mélanger les bonnes oranges et les oranges pourries sinon ces dernières vont contaminer les autres” .
    C’ est ce qui nous arrive aux Kongo central . Nous acceptons et accueillons tout le ramassis de la RDC , on se mélange avec tout ce beau monde et on voit ce que cela nous rapporte .
    On entre chez nous comme dans un moulin on change d’ identité avec un nom d’ emprunt et on s’ autoproclame Ne kongo !
    Ce n’ est pas la première fois que cela arrive , on a vu un ngala venir acheter un terrain à Madimba et crier à tous ceux qui pouvaient l’ entendre que “désormais je suis un Ne kongo et je ne rentrerais plus jamais à l’ equateur “. Sic !
    Ce monsieur et tous ceux qui se croient des nôtres se détrompent . On ne devient pas Ne kongo , on naît Ne kongo !
    Je comprend pourquoi on ne veut plus des cartes d’ identité dans ce pays pour faciliter les infiltrations des non originaires . Sachez monsieurs le moment venu vous serez obligé de nous montrer vos villages , d’ exhiber vos luvila vos lignées depuis la nuit des temps ainsi que les endroits ou sont enterré vos ancêtres !
    Le changement va arriver et nous nettoierons le pays Kongo !
    Je donne le même conseil que mbuta Mafuana : Filles Ne kongo abstenez vous de prendre pour époux les mingizilas , nous n’ avons pas les même coutumes !
    Le baluba n’a aucun respect pour la femme qu’il considère comme un objet et fini toujours par la répudier si elle n’ est pas muluba pour prendre une de sa tribu .
    Le bangala une fois accepté dans une famille il s’ imagine que ses belles soeurs sont devenues ses bureaux et commence à leur faire des avances .
    Le fait qu’ on soient tous ensemble dans ce pays qu’ il faut accepter n’ importe qui sous prétexte que nous sommes tous congolais ! Donc méfiance .
    “Chacun chez sois et les vaches seront mieux gardé” dit on !

  4. Don Pépé Mpela

    L’exemple est venu d’en haut. des jumeaux qui n’ont jamais portés les noms selon nos us et coutumes, Ils ont portés d’autres noms dans d’autres cieux. Une fois en RDC, ils deviennent de Kabila ! Ce policier criminel, pouvait aussi le dire haut et fort quand bien même qu’ils soit né des parents congolais de deux provinces différentes. Pourquoi alors porter le nom d’un défunt ? Le pire c’est que c sont ses chefs qui lui ont attribué ! Ngoo! A sa place, je dirai que j’ai entendu la voix d’une personne qui me disait fait ceci si non, je veux t’en porter . Kie kiekie.
    Chers mpangi, le problème de la RDC, c’est l’imposture de tous ceux qui se disent avoir été élus ou réélus!
    Lorsque les preneurs d’otages Katangais à la RTNC disaient je cite* nous sommes venus vous libérer de l’esclavagisme rwandais* et plus loin on apprendra que dans le Katanga, c’est puisque celui qui est à la tête de la police nationale est rwandais. Les policiers congolais s’étonnent que leur chefs offrent d’occasions à leurs enfants. Ceci n’est qu’un cas parmi tant d’autres dans la vie nationale. Et les Kongo continuent à succès le doigts. ..Nyembo, il n’y a pas eu un autre nom pour la justice au pays Kongo? Je vous avoue qu’au bout de 5 mois ce policier sera muté à Kinshasa ou au Katanga. C’est un business de la modernité en RDC. Somo !

  5. Ces baluba qu’ est ce qu’ ils viennent chercher chez nous ??? Il n’ont plus des diamants chez eux ?Je conseille aux filles Ne kongo de n’ est pas épouser ces mingizila . Il faut renvoyer tous ces gens chez eux !

Poster une réponse


Commentaire récent

  • sandra koko: cette mesure ne devait concerner que les civils pas les militaires
  • MANASETUMONA: C’est le genre de politiciens initiés sous Mobutu par les danses dans les stades à la gloire du...
  • NKOSI SIKELELE: Les Bakongo n’ont plus des personnes de cœur qui ont le souci de ses sœurs et frères, comme fut le...
  • NKOSI SIKELELE: Les Bakongo n’ont plus des personnes de cœur qui ont le souci de ses sœurs et frères, comme fut le...
  • Florent Kuelo: ce Mr est un grand menteur J’ose croire qu il n’a jamais lu un contrat petrolier, il ne...