Rd Congo : ‘’…tout ce qui se fait sans les paysans et contre les paysans’’

Rd Congo : ‘’…tout ce qui se fait sans les paysans et contre les paysans’’

’Les grands enjeux de la réforme agricole et foncière’’ au centre de la concertation entre les représentants des différentes structures paysannes à portée nationale  à Kabinda center à Kinshasa. L’atelier vise la formation de ces structures en vue de leur participation au processus de décision, la création d’une dynamique de rapprochement entre elles et les autorités locales. La campagne agricole 2012-2013 a fortement alimenté le débat. Ils estiment que les paysans n’ont pas été pris en compte.

Concertation des représentations des structures paysannes à portée nationale à Kabinda center à Kinshasa/Infobascongo

Concertation des représentations des structures paysannes à portée nationale à Kabinda center à Kinshasa/Infobascongo

‘’Vingt -trois millions de dollars ont été débloqués pour la campagne agricole 2012-2013. Il est prévu pour la plupart des provinces 5 millions de dollars et elles ont déjà perçu comme avance 1 500 000$.  Le gouvernement a relancé ce système après 20 ans de rupture pour la promotion de l’agriculture familiale ‘’, informe Marcel Kapambwe, conseiller du ministre national de l’Agriculture. Il a relevé certaines faiblesses qui ont émaillé cette campagne et les stratégies mises en place pour mieux lancer celle de 2013-2014. Cependant, les participants ont, sans ambages, fait savoir que le gouvernement a échoué. ‘’Nous n’avons jamais entendu parler d’une campagne agricole’’, lance un représentant d’une grande structure paysanne du Bandundu. ‘’Chez nous à Kinshasa sur 167 organisations paysannes seules deux ont reçu des outils aratoires. Ce sont des politiciens qui ont bénéficié de cette campagne agricole pour préparer leur propagande’’, dénonce un participant.

 Au sujet de cette campagne agricole, au Bas-Congo, le ministre de l’Agriculture, l’inspecteur de l’agriculture et le coordonnateur du service de mécanisation agricole croupissent en prison, à en croire des participants.

Campagne agricole sans les paysans

Dans les échanges des représentants de Kinshasa, Bas-Congo, Bandundu, Kasaï-Occidental et Nord-Kivu, il s’est dégagé que seule les organisations paysannes de cette dernière (Nord-Kivu) ont réellement perçu de l’argent de la campagne agricole. Pour Etienne Mbakulirahe, secrétaire exécutif de la Fédération des organisations des producteurs agricoles du congo(FOPAC), sa structure a reçu 511 000$. ‘’Cela nous a permis de distribuer 218 tonnes de semence de la pomme de terre dans les territoires de Masisi et Nyiragongo et de lutter contre le wilt bactérien du bananier’’, se réjouit-il. Pour lui ‘’c’est grâce au rapprochement entre sa structure et le gouvernement provincial mais aussi à la bonne foi des autorités du Nord-Kivu que cette campagne est un succès’’. ‘’Il faut que les autres organisations cessent de dormir. Structurez-vous et allez vers vos gouverneurs pour leur présenter votre cahier de charges’’, conseille Kapambwe. Ce que ne comprend pas Flavien Futi, coordonnateur provincial du Bas-Congo de la Confédération paysanne du congo(Copaco), principale regroupement des paysans. ‘’Nous sommes déjà à notre niveau structurés. Il faut que le gouvernement fasse aussi sa part, estime-t-il. RCN doit organiser des rencontres du genre pour nous permettre de parler sincèrement de nos difficultés aux autorités. Car, tout ce qui se fait sans les paysans et contre les paysans.’’

En prévision des états généraux de l’agriculture, Kapambwe a présenté aux participants un document relevant 12 points importants auxquels ils doivent réfléchir et porter des amendements. ‘’C’est une occasion pour vous d’être pris en compte’’, encourage le conseiller du ministre.

Espérance Nzuzi,responsable d'une structure paysanne de Lukula au Bas-Congo pose une question/Infobascongo

Espérance Nzuzi,responsable d’une structure paysanne de Lukula au Bas-Congo pose une question/Infobascongo

A propos des enjeux de la réforme agricole et foncière, Paulin Osit, expert au ministère de l’agriculture a expliqué les efforts déjà fournis notamment sur les productions des décrets, arrêtés interministériels et ministériels, édits…

Désir de se rapprocher

Cet atelier met aussi un accent sur le rapprochement des organisations paysannes. ‘’C’est une très bonne chose car tous, nous travaillons pour l’intérêt des paysans. Ensemble, nous serons forts’’, estime Francine Ntala, chargée de plaidoyer à la Faîtière des organisations paysannes du Bandundu(Fopaband). Grande force en Rd Congo, les mouvements paysans se regardent souvent en chiens de faïence. RCN Justice et Démocratie dans son projet d’Appui aux organisations paysannes pour un développement durable de l’agriculture (ANE-AL), financé par l’Union européenne souhaite leur structuration. ‘’Je suis content de voir ces grandes structures ensemble. Et, cet atelier ouvre la voie à d’autres qui doivent être réalisés en provinces’ ’, lance satisfait, Jonh Mbongo, chargé de projet.

Les représentants de wwf-Rd Congo ont entretenu les participants sur l’expérience de leur structure en lien avec le processus Reed et sur les comités locaux de développement. Ce mardi dernier jour de l’atelier, le programme prévoit notamment des échanges sur la protection des terres des communautés locales et l’implication des chefs coutumiers.

Leave a Reply

Your email address will not be published.