Moanda : Vicky Ngalula revendeuse de carburant fière de l’être

Moanda : Vicky Ngalula revendeuse de carburant fière de l’être

A la cité pétrolifère de Moanda, Vicky Ngalula, appelée affectueusement ‘’mamou’’ (maman, Ndlr) s’est adonnée à la revente de carburant. Ce travail considéré comme l’apanage des hommes,elle l’exerce sans gêne. Cela lui permet de faire vivre sa famille.Portrait.

Vicky,revendeuse du carburant à Moanda/Infobascongo

Vicky,revendeuse du carburant à Moanda/Infobascongo

Sur la route principale de Moanda à la station SODEP, Vicky Ngalula, unique femme-Kadhafi (Kadhafi, revendeur du carburant, Ndlr) sert ses clients. Elle exerce ce commerce depuis maintenant cinq ans. ‘’Ce qui m’a stimulé à vendre du carburant, ce n’est ni la pauvreté, ni la faim mais la sagesse »,précise-t-elle.

Vendre du carburant exige du sang froid et la prudence aussi.  Les Kadhafi ne sont pas exemptés des poursuites judiciaires. Vicky Ngalula en sait quelque chose. Prudente et de bonne moralité,elle bénéficie aujourd’hui  de la confiance de ses clients. ‘’C’est important de distinguer le vrai carburant du faux ! Car beaucoup ont été devant la barre à cause de l’ignorance. J’ai failli être victime autrefois. Mais aujourd’hui je sais qu’il faut au préalable toucher du carburant.  Faire passer l’air, le vrai carburant laisse la main sèche après un laps de temps’’,explique-t-elle.

A cause des exigences de la revente du carburant, il est rare de voir les femmes s’adonner à cette activité. ‘’Mamou ne tient pas compte de son sexe pour exercer cette activité. Elle est unique. D’ailleurs, les gens la trouvent extraordinaire. Elle attire beaucoup des clients’’, rapporte Jhon Kapanga, habitant de Moanda. ‘’C’est vraiment difficile. Il faut être apte et souple. Parfois, je fais face aux injures, à la bousculade de certains acheteurs qui, selon eux, cette activité lucrative est l’apanage des hommes. Je suis comme une militaire. Je me suis engagée. Je ne suis pas découragée, je n’ai pas honte puisque je poursuis un objectif’’,dit-elle.

Grâce aux relations bilatérales  entre la Rd Congo et l’Angola.,elle se rend régulièrement à Yatch, poste frontalier entre Banana (à Moanda) et Soyo (ville de la province de Do Zaïre, en Angola)  s’approvisionner comme tous les détaillants en carburant.  ‘’ J’achète quatre à cinq fûts cela dépend des jours’’,informe-t-elle.

Intellectuelle et mère

En dépit de ses difficultés, Mamou s’accroche à ce commerce qu’elle dit rentable. Mariée à Célestin Tshoya,fonctionnaire, chef de service anti- incendie à la Régie des Voies Aériennes, elle a quatre enfants. ‘’ L’argent que je gagne me permet de seconder mon mari ’’, se félicite Vicky.

Après son diplôme d’Etat (baccalauréat) en pédagogie, elle poursuit une formation en hôtellerie. Pendant près de dix ans, elle travaille comme hôtesse de l’air. Métier qu’elle abandonnera, à cause des avions non conformes à la navigation aérienne. ‘’Je tenais à préserver ma vie. Mes collègues sont mortes dans des crashs’’, se souvient- elle. Elle  s’inscrit plus tard à l’Institut des sciences pédagogiques pour étudier le français linguistique. Elle arrête avec les études deux ans après pour réjojndre son mari à Moanda. Elle ne regrette pas le travail qu’elle fait car,elle est aujourd’hui autonome.

One Response to "Moanda : Vicky Ngalula revendeuse de carburant fière de l’être"

  1. LUIZI  15 décembre 2016 at 12:32

    Félicitations !!! mamou. Aujourd’hui il n’y a plus de « métiers » d’hommes ou de femmes. Toute personne courageuse doit pouvoir exercer le travail qui lui convient ou dont elle a envie d’exercer si ça lui permet de vivre et de faire vivre sa famille. Mamou est courageuse, bravo, continuez….

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.