|

Bas-Congo : A l’école des nouvelles procédures nationales de passation des marchés publics

Ouverture ce mardi de la session de formation sur les nouvelles procédures nationales de passation des marchés publics en la salle stone palace, en ville basse, à Matadi, chef-lieu du Bas-Congo. L’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) qui assure cette session veut voir les participants mener à bien leurs activités d’administration et de contrôle des marchés publics en province.

Formation des cadres et agents des organes de gestion et de contrôle des marchés publics de la province/Photo Infobascongo

Formation des cadres et agents des organes de gestion et de contrôle des marchés publics de la province/Photo Infobascongo

’Le marché public absorbe 60% des dépenses publiques. Cette session est très capitale pour un meilleur encadrement de la quotité de la dépense pour le développement économique et social. Car les nouvelles procédures sont caractérisées par la transparence. Il faut que le grand public sache comment les ressources sont affectées, en quoi consiste un investissement. Au cas contraire, les dépenses affectées  seraient mal réalisées.’’, a dit Stanylas  Bujakera, directeur général de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP).

Cette première session est destinée aux cadres et agents des organes de gestion et de contrôle des marchés publics de la province. Pendant deux semaines, 13 modules vont être décortiqués à savoir les méthodes, les processus de passation des marchés publics, le contrat et le contentieux des marchés publics. ‘’J’ai appris sur l’état ces notions. Aujourd’hui, j’ai l’occasion  de connaître les contours techniques et juridiques de cette passation des marchés publics dans sa phase de reforme.’’, lance content Didier Mabiala, un participant.

Formation des cadres et agents des organes de gestion et de contrôle des marchés publics de la province/Photo Infobascongo

Formation des cadres et agents des organes de gestion et de contrôle des marchés publics de la province/Photo Infobascongo

En avril 2010, le chef de l’Etat Joseph Kabila a promulgué la loi numéro 10/010 relative aux marchés publics. Ce qui a permis à la Rd Congo de s’adapter à une gestion moderne de ce secteur.  Cette loi a reconnu aux provinces le droit de prendre les édits. Le 1er juin 2013, le gouverneur de province Jacques Mbadu a promulgué l’édit fixant les règles spécifiques relatives aux marchés publics d’intérêt provincial.  Cet édit prévoit les structures nécessaires à l’accomplissement de toute opération d’acquisition par la province de biens et services.

’Cette session va nous permettre de renforcer nos capacités dans un domaine plus complexe mais porteur d’espoir pour la sauvegarde de nos ressources. En effet une bonne gestion de ce secteur va permettre à la province d’éviter le coulage des recettes.’’, a déclaré Odette Gema, ministre provincial de l’Economie et Budget.

Cette cérémonie d’ouverture a été présidée par Atou Matubuana, vice-gouverneur.

URL simplifié: http://www.infobascongo.net/beta/?p=14962

Posté par on avr 22 2014. Classé sous A la une, Economie. Vous pouvez suivre toute les entrées a travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller directement à la fin et laisser un commentaire. Envoyer un ping n'est pas actuellement autorisé.

2 commentaires pour “Bas-Congo : A l’école des nouvelles procédures nationales de passation des marchés publics”

  1. Don Pépé Mpela

    Juste un mauvais cas de ce genre de marché public. En province qu’Equateur dont l’Assemblée provinciale venait d’être suspendue, comme vous le savez tous, la province a fait l’objet de désordre qui a suivi des élection du genre Ngoy Mulunda. Au finish, il fallait un PPRDiste pour calmer les esprits. Aux dires des originaires de la province, la décision pris lors du conseil des ministres n’a rien à avoir avec les vrais enjeux. C’est une histoire des marchés public que le vice-gouverneur qui assume l’intérim depuis que le titulaire est malade, offre les différents marchés aux amis et proches dont les noms viennent de Kinshasa. On cite ça et là, le SG du PPRD et le ministre de l’intérieur. En lieu et place de perdre à la province de se taille une voie pour son développement, voilà deux no originaire qui puisent des sous chaque mois. le pire c’est que ces deux là ne sont pas de là malgré leur fonction. Le cas de l’Equateur n’est le seul. Au Kongo Central, je me réserve de vous livrer l’info. Mais, un jour et ua moment venu, nous vous balancerons tout. Toujours est-il qu’au pays Kongo, il faille des preuves pour clouer le bec de tous les ATalaku qui. Pourquoi ne pas innover en créant une commission où siégera les délégués de nos trois sous-régions. Je ne pense pas que le corrompu sera à mesure de corrompre toute une commission de neuf personnes par exemple. Alors que tout le monde voit et comprend qu’il y a péril en la demeure, mais on veut continuer à assumer la même formule. Oyo Koloka te ?

  2. NKOSI SIKELELE

    C’est de mentalité, la plupart des marchés publics sont mal passés. Les gagnants sont préparés en avance avec un effet de retour, conséquence, fuite ou coulage de recettes du trésor public.

Poster une réponse


Commentaire récent

  • Kimpwanza Dia Kongo: Je ne comprend toujours pas ces Ne kongo qui ont cette mauvaise habitude de vouloir diviser les...
  • Daniel Ndosala: Rempli de joies de voir ke ma province natale a tout un site bien organise. Au congo on verra tout...
  • Germano Wabavukila: Ne soyons pas trop simpliste dans nos analyses. Nous les Ne kongo de la RDC, d’ Angola et...
  • Nkomi Mbuta: Mpangi Mpela , Là vous faites preuves de manque de discernement . La RDC quoi qu’ on dise est un...
  • Nationalistes Kongo: LA SOLUTION? C’EST L’AUTODETERMINATION DU PEUPLE DU KONGO CENTRAL.