La Parole à l’Or Mbongo: »à tous ceux qui vivent de la guerre d’arrêter »

La Parole à l’Or Mbongo: »à tous ceux qui vivent de la guerre d’arrêter »

L’Or Mbongo Lemba est depuis cinq ans ambassadrice de lutte anti -mines des Nations unies en Rd Congo. Cette artiste musicienne chrétienne a mené des campagnes de sensibilisations dans son pays sur les risques de ces engins de morts causant plusieurs victimes. Malheureusement, le financement tombe au compte goutte…

Infobascongo : Depuis le 4 avril 2009 vous avez été investie ambassadrice de lutte anti-mines. Cinq ans après quel est votre bilan ?

L’Or Mbongo : Premièrement, en tant que servante de Dieu, croyant que tout est possible à celui qui croit, rien n’est impossible à Dieu. Avec la sensibilisation que nous faisons, de plus en plus la population s’intéresse à ce sujet. Elle s’approprie ce message de la lutte anti- mines. Nous constatons que les risques  ont diminué par rapport aux années précédentes. Les victimes sont nombreuses,du moins, le nombre va décroissant pendant ces deux ans. C’est le résultat de nos séances de sensibilisation. Les gens ont compris qu’ils peuvent rencontrer un métal ou un fer en cours de route et ne pas le toucher. Ils savent aujourd’hui respecter le marquage pour ceux qui vivent les zones à risque. Nous croyons que le message passe et avec le plaidoyer, nous essayons de venir en aide aux victimes tant soi peu. J’ai suivi une formation, je suis descendue sur le terrain. Nous étions à Goma, Bukavu, Kisangani,…nous avons eu le temps de visiter les victimes.

IBC : Le sol du Bas-Congo, votre province est aussi jonché des mines et des restes d’explosifs de guerre. Quelle action menez-vous contre ces engins de la mort ?

LOM : La seule action que nous avons mené au Bas-Congo, c’était de faire parvenir aux autorités et à l’organisation qui s’occupe des problèmes de déminage les doléances. Nous avons été contactés au sujet de la présence des mines anti -personnels au niveau du quartier SEP Congo, à Matadi.  L’équipe est descendue sur place et je crois que la chose a été faite. La personne qui nous a contactée était dans la joie de voir que l’ambassadrice a fait quelque chose. Avec le plaidoyer en tout cas, Dieu voulant, le Bas-Congo nous verra aussi dans ce cadre. Nous allons organiser les séances de sensibilisation.

IBC : Mines et restes d’explosifs sont notamment le résultat de la guerre. En acceptant le titre d’ambassadrice anti-mines, quel message aviez-vous voulu véhiculer ?

L'Or Mbongo,artiste musicienne chrétienne/Photo Infobascongo

L’Or Mbongo,artiste musicienne chrétienne/Photo Infobascongo

L’Or : Dire aux gens, à la population, au monde, à tous ceux qui vivent de la guerre d’arrêter. A ceux qui fabriquent ces engins, de penser aux âmes, aux vies humaines. Je l’ai chanté d’ailleurs. Ces mines et ces restes d’explosifs de guerre sont des armes qui ne différencient pas l’innocent et la personne qui l’utilise. Tout le monde peut être victimes de ces armes de guerre. Nous vulgarisons ce message nuit et jour : ‘’arrêtez, arrêtez’’ ! Mes paroles peuvent être simples comme vous le sentez, je crois que le Saint- Esprit qui est en moi va vous convaincre d’arrêter. Car vous causez la mort à plusieurs. Vous ne combattez pas seulement vos ennemis mais la population que vous êtes censé conduire ou gouverner. Et si cette population mourrait aujourd’hui devant qui vous serez gouvernants ? Donc, c’est vraiment le moment de voir la vie autrement, voir le pouvoir autrement et arrêtez avec les engins de guerre.

IBC : Des groupes armés continuent à causer la désolation des populations particulièrement à l’Est de la RDC. Quel rôle le musicien chrétien peut-il jouer pour que la situation change ?

L’Or : Nous sommes des hommes et des femmes de masse. Et nous avons la notoriété. Un musicien chrétien a un mot à dire. Ce que nous faisons ce n’est pas seulement pour égayer les hommes dans leurs états mais c’est aussi pour informer, pour mettre en garde, …. Les gens peuvent facilement nous écouter. Nous devons profiter pour faire passer un message qui soit utile pour la société. Je suis en train de parler. Je chante pour sensibiliser la population.

IBC : Quelles sont les difficultés ?

L’Or : Nous ne sommes pas soutenus. Nous essayons de frapper les portes par ci par là. Et parfois les répercussions sont négatives parfois on n’est pas en mesure de réaliser tout le projet de l’année. Mais comme nous aimons, nous travaillons juste avec la sensibilisation. Quand il y aura des moyens nous allons entrer vraiment en action. . Nous le faisons avec notre cœur. Parfois le soutien nous arrive de façon très lente. Mais nous continuons la lutte.

IBC : Comment voyez-vous l’avenir de la RDC ?

L’Or : Moi, je suis de ceux qui croient toujours que le positif est possible. En tout cas, je ne vois pas la RDC en train de reculer, je le vois en train d’émerger. Même si cette émergence vient petit à petit, je crois que pour atteindre 100 il faut commencer par 1. Nous voyons les investisseurs venir en RDC sans crainte. La construction des infrastructures nous rassurent. Nos prières sont exaucées par le Seigneur. Dieu aidant nous allons y arriver. Nous serons parmi les pays développés du monde.

IBC : Parlons à présent, de la survie des artistes. Bien que ce que vous faites soit d’abord pour la gloire de Dieu, il est évident que vous dépensez beaucoup d’argent et que vous devez vivre. Que dire de la piraterie des œuvres musicales ?

L’Or : La piraterie bat son plein dans notre pays. Les artistes ne sont pas payés. Le droit d’auteur n’en parlons pas. Nous demandons à nos gouvernants, nos élus de s’impliquer pour que les artistes se retrouvent sur la liste des salariés mensuels. En tant qu’artiste, je sais que même si je n’ai pas une production quelque part, à la fin du mois, je peux être payée. Mêmement pour mon mari, un auteur compositeur, il peut gagner son salaire. La population peux aussi nous aider en refusant les cassettes, les DVD piratés. Vraiment, les gens nous rendent un très mauvais service. Nous nous sommes dits que nous n’allons pas baisser les bras,nous allons continuer à travailler. Mais aux pirates, sachez que vous faites manger à vos enfants le fruit du vol. Vous hypothéquez leur avenir sans le savoir. Dieu qui est le juste juge va trancher l’affaire. ‘’Horacle’’, c’est le titre de mon nouvel album. Il est déjà piraté sans qu’il ne soit lancé sur le marché. Mes deux clips d’annonce sont aussi piratés. Je demande à la population de ne pas acheter les produits piratés.

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.