Matadi : une formation pour prévenir les infractions de presse et les fautes à éviter en période électorale

Matadi : une formation pour prévenir les infractions de presse et les fautes à éviter en période électorale

Des journalistes, des acteurs publics et ceux de la société civile apprennent sur les infractions de presse et les fautes à éviter en période électorale, en la salle Victoria, à Matadi, chef-lieu du Kongo Central. Organisé  avec l’appui de l’UNESCO, ce séminaire atelier vise à les informer sur les infractions commises lors de leurs interventions dans les médias en vue de les épargner des poursuites judiciaires.

Les participants à l'atelier sur les infractions de presse/infobascongo

Les participants à l’atelier sur les infractions de presse/infobascongo

’Lors des élections, les journalistes sont très sollicités par les acteurs politiques. Il faudra qu’ils soient à l’abri de tout ce qui est infraction commise par voie de presse’’, a déclaré Jean Ndombasi, journaliste à la Radio communautaire de Muanda. Et Aaron Matumona, secrétaire exécutif urbain du Parti du peuple pour la reconstruction (PPRD) d’ajouter ‘’Le thème choisi est très important. Il nous arrive parfois d’afficher un comportement ou de prononcer un discours dégradant lors des émissions  ne sachant pas que nous commettons des infractions. Cette mise à niveau nous aidera à avoir un débat fructueux pour le développement et la paix dans notre province’’

Pendant deux jours, les 44 participants seront outillés sur plusieurs matières entre autre les infractions de presse, la régulation des médias pendant la période électorale, la complexité des droits à la liberté d’expression.’’ Les infractions de presse ne sont pas seulement commises  par les journalistes mais également par toute personne qui sollicite les médias. Soyons suffisamment informés au risque de glisser sans le savoir’’, prévient Me Charles Mushizi.

’Tenez toujours compte de restriction liée à la liberté d’expression’’, insiste Joseph Potopoto, chargé de communication à l’UNESCO.

Coordonnateur du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC), antenne du Kongo Central, Etienne Kusengumuna a rappelé aux journalistes leur rôle en période électorale. ‘’La campagne électorale se fait avec des règles. Vous ne devez pas dépendre des politiciens surtout en termes de moyens financiers de peur que vous déformiez l’information. Le  contrôle de l’information devient leur leitmotiv. Les défis à relever sont l’équité, l’objectivité, l’impartialité, l’indépendance’’, a-t-il fait savoir.

Des dérapages enregistrés

Selon l’UNESCO, lors des échéances électorales passées, au moins 40% d’acteurs sociopolitiques ont été sanctionnés tandis qu’environ 60% des dites sanctions ont concerné les médias, leurs responsables ainsi que les journalistes.’’ Au regard de milliers de dérapages enregistrés après le monitoring fait par le  CSAC, la Haute autorité des médias, l’observatoire des médias congolais, la sensibilisation pour une meilleure couverture des prochaines élections s’avère cruciale.’’, a dit Abdourahamane Diallo, représentant de l’UNESCO-RDC.

Pour Dieudonné Muaka, président provincial de l’union nationale de la Presse du Congo, ces assises permettront aux membres de sa corporation de redorer l’image de la province par une presse d’excellence. Secrétaire exécutif de la CENI, Bernadine Kitondo, estime que le journaliste est un observateur dans le processus électoral. ‘’Il peut déceler les fautes liées aux élections, apporter la correction. Leur travail contribue ainsi à préserver l’intégrité des élections’’, reconnait-elle.

Ce séminaire-atelier a été ouvert par Thérèse-louise Mambu, ministre, représentant le gouverneur de province.

Leave a Reply

Your email address will not be published.