Matadi : les agents et cadres de la SCTP à leur poste bien que non satisfaits

Matadi : les agents et cadres de la SCTP à leur poste bien que non satisfaits

Reprise des activités portuaires à la Société Commerciale des transports et de ports (SCTP/ ex Onatra) de Matadi, à 365 km de Kinshasa à l’issue d’un protocole d’accord signé entre les syndicalistes et les autorités. Cependant, ce compromis nourrit encore de doute.

L'entrée du port de Matadi pendant la grève.

L’entrée du port de Matadi pendant la grève.

A l’entrée du port de Matadi, le passage est dégagé. Les deux containers  utilisés pour barricader cette entrée ont été  déplacés. Les cadres et agents de la SCTP sont à leurS posteS dès ce matin. ‘’Je reprends le travail mais je ne suis toujours pas satisfait’’, confie un agent.                                                                                  La reprise du travail dans cette entreprise publique est  effective au terme de la lecture du protocole d’accord signé hier à la primature entre la délégation syndicale et les autorités gouvernementales. Les deux parties se sont convenues de ‘’l’irréversibilité de la réforme de la SCTP, l’implication de toutes les parties prenantes au processus, l’élaboration conjointe du chronogramme de la réforme, la poursuite du dialogue et la reprise normale du travail’’ C’était au cours d’une réunion entre Atou Matubuana, vice-gouverneur, Bob Bavuidi, Ministre provincial des Transports, Anne Marie Niati, maire adjoint, Dickens Dikenda, directeur du port, la police et les syndicalistes de la SCTP.                                                           Des accords qui ne rencontrent pas l’assentiment des cadres et agents. ‘’Les politiciens ont un langage, nous  nous avons le nôtre. Ils disent qu’ils ne vont pas privatiser l’entreprise. Mais lorsque vous voyez le tableau qu’ils ont fait à travers le service d’étude, ils vous disent clairement que sur 1800 agents du port maritime, ils ne retiendront que 100. Et quand vous retenez 100 travailleurs sur plus de 1000, c’est pratiquement envoyer tout le monde dans la rue ; puisqu’il n y a pas de travail, ils vont aller où et faire quoi’’,s’intérroge Georges Keto, président provincial de l’intersyndical-SCTP Kongo Central. ‘’Je demande aux agents d’être extrêmement vigilants’’, conseille-t-il.

Un manque à gagner

Selon une source, la SCTP est en plein processus de privatisation dans le cadre de la réforme des entreprises publiques,ce, sur décision du gouvernement central. Le Groupe Bolloré, une firme française évoluant dans le secteur portuaire en est le soumissionnaire.  Mécontente d’être tenue à l’écart du processus, la délégation syndicale de la SCTP a déclenché une grève hier sur toute l’étendue du pays. Pour les autorités, cet arrêt de travail est un manque à gagner pour la province. ‘’Vous savez que la SCTP produit plus d’un million de dollars USD par jour sans compter les autres services qui travaillent au port. C’est quand même une bonne masse d’argent qui vient de s’échapper’’, regrette Atou Matubuana, vice-gouverneur.

 

One Response to "Matadi : les agents et cadres de la SCTP à leur poste bien que non satisfaits"

  1. isabelle  15 novembre 2015 at 17:00

    Coucou, comme rarement je le fais, je passais beaucoup de temps sur internet et un ami m’a parlé de votre site par texto. J’ai passé un très charmant moment à vous parcourir. Je laisse un avis uniquement sur ce papier car je trouve qu’il s’agit du dernier article publié mais il semble que le logo ne soit pas correctement en place. Ce n’est pas ceci qui va m’empêcher de revenir souvent et pour ne pas l’omettre j’ai foutu votre site dans mes favoris. Bien à vous.

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.