La reforme de Jacques Mbadu à la Direction générale des recettes du Kongo Central fait peur

La reforme de Jacques Mbadu à la Direction générale des recettes du Kongo Central fait peur

Face à un budget en régression voté pour l’exercice 2016, Jacques Mbadu, le gouverneur du Kongo Central vient d’informer à l’Assemblée provinciale qu’il veut maximiser les recettes à la nouvelle Direction générale des recettes du Kongo Central (GGRKC ex Repere). Il préconise pour ce faire, un recrutement. Les agents de l’ancienne régie, la peur au ventre, promettent de protester violement.
Le budget voté par les députés provinciaux à l’unanimité accuse une régression de 22,74% (210 877 130 421 des FC soit 234.307.922,69$). A en croire la Commission économique et financière, ‘’cela est dû à la baisse sur le plan national des cours des matières premières’’. ‘’Au prochain conseil des ministres, nous devons mettre sur pied la commission gouvernementale pour la réforme de la DGRKC. Nous voulons l’expertise des commissions économique et financières mais aussi politique administrative et judiciaire. Nous devons maximiser les recettes’’, décide le gouverneur.
En effet, la Régie provinciale d’encadrement et de recouvrement des recettes a été créée le 19 juillet 2007 par Simon-Floribert Mbatshi, ancien gouverneur. ‘’Nous avons toujours pris en charge plusieurs dépenses de la Repere. Elle doit justifier la rétrocession de 5%. Dans la circulaire de l’exécution budgétaire signée, il est prévu une rétrocession de 20%, 5% pour les services d’assiettes et 15% pour la Repere. Avec la DGRKC, nous devons mettre en application cette disposition au niveau de la réconciliation des chiffres pour que les choses avancent. Dans notre entendement, il ne faut plus que le gouvernement continu à payer la Repere. Ces agents accusent des retards de paiement. Ce qui est faux. Ils sont d’ailleurs à leur dernier mois, il faut que nous nous séparions à l’amiable. D’ici la fin de l’année, nous devons lancer le recrutement’’, fait savoir Mbadu.
‘’…Nous ne nous laisserons pas faire’’
Après ce discours devant les députés provinciaux, les agents de la Repere par peur de perdre leur emploi se sont déchaînés. ‘’Je suis parmi les 179 agents de la Repere qui ont réussi au test de recrutement, il y a cinq ans. Me révoquer, c’est inacceptable’’, se plaint un agent signalant qu’il est père de famille. Son collègue poursuit : ‘’ Suivre des formations de mise à niveau, nous sommes d’accord .Mais parler de la révocation, jamais ! Nous ne nous laisserons pas faire.’’ ‘’Nous allons recourir à tous les moyens possibles pour s’opposer à la déclaration du gouverneur. Nous attendons le compte rendu du Conseil des ministres de ce vendredi’’, conclut un autre.

Leave a Reply

Your email address will not be published.