Kinshasa : des policiers outillés pour protéger l’enfant

L’atelier de travail sur les compétences clés du policier en matière de protection de l’enfant organisé par le commissariat général de la police au Cephas à Kinshasa appartient désormais au passé. En deux journées, il a permis aux policiers, de développer de nouvelles compétences pour protéger l’enfant.

Ce mardi fin novembre, ambiance particulière au Cephas. Les policiers et autres intervenants au sein du système de protection de l’enfant en Rd Congo venus des provinces de Kinshasa, Sud-Kivu, Nord-Kivu, Haut-Katanga, Ituri et Kongo Central sont visiblement contents. Ils sont dotés des nouvelles compétences. ‘’Je remercie l’IBCR pour cette formation très capitale. Cela aidera à faire le travail de l’enfant en appliquant le savoir, le savoir-faire et le savoir-être’’, lance King Lukusa de la police. ‘’ C’était une formation extrêmement importante. Pour un domaine aussi sensible que spécifique, on ne peut pas parler de protection de l’enfant, de prévention des violences sexuelles sans avoir été formé. Dans la pratique, beaucoup de policiers non formés abusent des enfants dans le traitement de leurs dossiers. Et, dans notre groupe de travail, nous avons traité justement un cas d’un abus d’un enfant qui traverse la frontière sans papier. Nous avons matérialisé les six compétences clés d’un policier’’, se réjouit le colonel Innocent Mbayo, Commandant second chargé des opérations des renseignements dans l’escadron de protection de l’enfant et prévention des violences sexuelles (PEPVS).  L’approche de cette formation concilie le savoir, le savoir- être et le savoir- faire.

 

Protéger l’enfant

En RDC comme dans  plusieurs pays africains, les enfants sont victimes de plusieurs maux : maltraitance, abus, violence et exploitations diverses. Ils sont parfois obligés de travailler dans des secteurs dangereux comme les mines et ce, dans des conditions qui violent leurs droits les plus fondamentaux. ‘’ Nous ne pouvons pas laisser ces enfants continuer à grandir dans un tel contexte qui menace la paix sociale et nous ne pouvons pas non plus les traiter comme des adultes lorsqu’ils tombent sous le coup de la loi’’, défend Ginette Martin  ambassadeure du Canada en RDC. Son pays finance le Bureau international des droits des enfants (IBCR). Cette ONG internationale qui vise l’amélioration du système de protection des enfants en RDC met en oeuvre en collaboration avec l’Unicef, le projet ‘’Batela Mwana’’ (Batela Mwana, protéger l’enfant, Ndlr) pour une durée de 5 ans.

‘’ Pour le Canada, explique l’ambassadeure, ces enfants, comme ceux d’autres pays, doivent jouir d’un environnement sécuritaire serein et doivent être effectivement protégés lorsqu’ils sont victimes de violence ou quand ils transitent dans le système de justice, des commissariats de police et des centres sociaux.’’  

 La police annonce des actions

L’ambassadeure du Canada a saisi l’occasion pour saluer les efforts du gouvernement congolais qui s’emploie à mettre en place la réforme de la Police, notamment en ce qui touche à l’enjeu du renforcement des capacités des policiers dans la protection de l’enfant, pour une meilleure intégration des droits de l’enfant dans la pratique quotidienne des forces de police. ‘’ Nul n’est besoin de rappeler l’importance que représentent nos filles et garçons pour notre société congolaise. Nos institutions, en commençant par la plus haute instance de la République en ont pris la mesure’’, se félicite Charles Bisengimana, le commissaire général de la Police nationale congolaise. Pour lui, deux actions concrètes relèvent de cet atelier. Premièrement, à travers la Direction générale des écoles et formation, la police va développer des modules sur la protection de l’enfant pour intégrer l’approche par compétence. Ce module devra mettre l’accent sur l’acquisition des compétences et leur mise en pratique pour que les recrues en formation initiale et les effectifs des escadrons PEPVS en formation approfondies, soient mieux outillés sur le terrain. Deuxièmement, avec l’appui du secrétariat exécutif du Comité de suivi de la réforme de la Police, l’Inspection générale va développer un guide opérationnel à l’intention des Escadrons PEPVS, afin d’aider les policières et les policiers de ces escadrons à suivre les standards de la protection de l’enfant dans leur pratique quotidienne.

Hubert Nzakimuena, le chargé du projet IBCR s’est réjouit du succès qu’a connu cet atelier.

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.