Alpha Condé,le nouveau président de l’Union africaine

Alpha Condé,le nouveau président de l’Union africaine

Le 28 ème sommet des chefs d’Etats et des gouvernements de l’Union africaine(UA) qui se tient en son siège à Addis-Abeba en Ethiopie ,vient d’élire le président Guinéen Apha Condé à la tête de cette institution panafricaine. Le nouveau président s’est notamment adressé à un invité de marque présent à la cérémonie: Antonio Guterres,le nouveau Secrétaire Général de l’ONU.

Alpha condéSouriant,Alpha Condé donne trois coup de marteau sur la table et salut son prédécesseur Idris Deby sous les applaudissements. Ce marteau,il s’en servira désormais pour diriger les débats lors des rencontres de l’UA. Il a été élu lors de la rencontre à huis clos des chefs d’États et des gouvernements.

Le nouveau président de l’UA africaine qui dit reconnait que le combat pour l’équité et l’égalité du nouveau secrétaire général de l’ONU est connu de tous compte sur lui.  »L’Afrique compte sur votre engagement et votre détermination à contribuer à corriger de nombreuses injustices, et notamment son absence au Conseil de sécurité comme membre permanent, ou encore la faible représentation de ses cadres dans les instances des Nations Unies »,a-t-il plaidé. Et de poursuivre: »Pour l’heure, nous nous félicitons de votre initiative de mettre au cœur de votre action la quête de la paix, en accordant une attention particulière à la diplomatie préventive. »

Soutien de l’ONU

 »L’ONU renforcera son soutien pour promouvoir davantage la bonne gouvernance et renforcer le lien entre la paix, la sécurité et le développement. J’ai l’intention de travailler avec l’Union africaine pour présenter au Conseil de sécurité des propositions concrètes sur un financement prévisible, fiable et durable des opérations de paix de l’Union africaine »,promet le secrétaire général de l’ON,U.

Ce lundi,il est prévu l’élection du président ou de la présidente de la commission de l’UA. Il(elle) remplacera Dlamini-Zuma qui n’a pas voulu briguer un second mandant.

Par notre envoyé spécial

Alphonse Nekwa Makwala

Leave a Reply

Your email address will not be published.