Kinshasa:un guide opérationnel devant régir les escadrons de protection de l’enfant et prévention de violences sexuelles sous examen

Kinshasa:un guide opérationnel devant régir les escadrons de protection de l’enfant et prévention de violences sexuelles sous examen

Comment approcher un enfant en situation de vulnérabilité ? Comment interpeler, arrêter et traiter un enfant en conflit avec la loi ou encore comment traiter des cas impliquant un enfant témoin d’une action criminelle ? C’est en fait cela, en peu de mots, le contenu du guide opérationnel pour les escadrons de protection de l’enfant et de prévention de violences sexuelles dit « Guide des Escadrons PEPVS ».

Des commandants des escadrons PEPVS de presque toutes les provinces de la RDC sont arrivés dans la capitale Kinshasa où ils ont consacré, le jeudi 23 février, une journée entière à étudier le contenu dudit guide.
« L’élaboration de ce document est un processus qui a commencé il y a longtemps, avec une analyse de la situation pour comprendre quelles sont les difficultés et défis auxquels les policiers sont confrontés lorsqu’il s’agit de traiter les dossiers des enfants », a indiqué le commissaire supérieur Bodeli Dombi David, commandant d’une des unités spécialisées qui s’occupe de la protection de l’enfant et prévention de la violence sexuelle à Bukavu dans le Sud-Kivu.
Ce guide bénéficie de l’appui du Bureau international des droits des enfants (IBCR) dans son élaboration.
Le chargé de Projet de l’IBCR explique que « ce guide est un ouvrage qui va aider de manière pratique les policiers de ces escadrons dans leur travail au jour le jour auprès des enfants pour les aligner sur les standards internationaux et les bonnes pratiques ».
Le souci majeur de l’IBCR, précise Hubert Nzakimwena, est qu’à terme, on arrive à un meilleur accompagnement des enfants. « Un enfant quelle que soit sa situation, victime ou témoin de faits criminels, en conflit avec la loi ou tout simplement en situation difficile, un enfant abandonné, ou un enfant en situation de rue, quand il arrive au niveau des escadrons, qu’il soit accompagné de manière efficace et que le référencement se fasse vers le bon service pour que la situation de cet enfant, en bout de course, s’améliore pour qu’enfin il puisse réinsérer la société et contribuer au développement du pays… »
A Kin Plaza Arjaan, le magnifique cadre où s’est tenue la rencontre, ils étaient quasiment tous là, les commandants des escadrons PEPVS des provinces. Pas seulement. Quelques membres de la Société civile, spécialisés dans la protection sociale des enfants, ont également pris part à cet atelier. Notamment le Réseau des éducateurs des enfants et jeunes de la rue, REEJER. Ainsi côté Escadrons PEPVS, on a noté la présence des commandants des escadrons de Lubumbashi, Goma, Bukavu, Bunia, Kindu, Matadi, Kananga, Mbuji-Mayi…
Guide bientôt dans le cursus des écoles de la police
Tous se sont imprégnés du document et après quand il sera validé par la Direction générale des écoles et formations (DGEF), et le Commissaire général au final, on pourra en ce moment là descendre sur terrain pour vulgariser ce guide auprès des hommes des troupes.
« Ce guide fera également partie du cursus de formation des futurs officiers de la police nationale congolaise », a confié le chargé de Projet de l’ICBR. Une perspective qui réjouit la chargée de Programme du REEJER, Djokaba Marguerite. « Je suis très ravie de cette formation de l’IBCR. Petit à petit nous évoluons dans la conception d’un outil dont la vulgarisation, la standardisation permettra à ce que la police ait les informations techniques importantes à sa portée pour des interventions efficaces. Parce que nous dans la protection de l’enfance seule sur le terrain nous ne pouvons pas puisque c’est plus la protection sociale à notre niveau. Et nous avons besoin franchement des partenaires comme la police, un partenaire incontournable, un partenaire de taille qui en face des enfants en situation particulièrement difficile en situation de rue qui intervient en premier lieu. Si la police est bien informée, ce sera une manière de faciliter la tâche à nous de la société civile et aussi assurer efficacement la protection des enfants », affirme-t-elle.
Le Commissaire supérieur Bodeli embouche la même trompette. « Nous sommes dans un processus d’élaboration d’un guide opérationnel qui doit régir toutes les unités spécialisées de protection de l’enfant et prévention de violences sexuelles. Parce qu’il a été constaté qu’il y a un dysfonctionnement, des écarts dans nos méthodes et procédures quant à la prise en charge des enfants, qu’il soit victime ou qu’il soit en situation difficile, ou en conflit avec la loi », explique-t-il. Pour le commandant escadrons PEPVS Bukavu, la présence de tous ces responsables à la réunion de Kinshasa est d’une importance capitale. « Les commandants qui sont là ce sont des commandants qui sont avec les hommes des troupes. Ils sont eux-mêmes sur terrain, ils mènent des enquêtes, décident des interpellations ou d’autres choses. Et donc Donc ce sont des commandants de ces gens et c’est très important qu’il soit là. Parce que juste lorsqu’ils seront dans leurs unités, ils feront la restitution. Ils vont donner des directives claires quant au respect du guide », assure le Commissaire Bodeli.
S’aligner sur les standards internationaux
Avec ce document, il y a lieu d’espérer que la prise en charge des enfants congolais par les Escadrons PEPVS puisse enfin s’aligner sur les standards internationaux.
Voilà pourquoi à la fin de cette réunion de travail, les organisateurs attendaient des participants ceci : « un, qu’ils connaissent le guide des Escadrons PEPVS, deux, qu’ils formulent des recommandations relatives au contenu et au processus de mise en œuvre du Guide opérationnel sur le terrain ».
En un mot comme en cent, les participants doit savoir c’est quoi les droits et la protection des enfants, et par suite utiliser les outils que contient ce guide pour la meilleure prise en charge des enfants congolais.
Le Général et Directeur de la DGEF, a remercié l’IBCR pour cette initiative et exhorté davantage les participants à accorder une importance capitale aux travaux de cet atelier.
On rappelle que le projet vise le renforcement des capacités des policiers, du personnel judiciaire et des travailleurs sociaux œuvrant au sein du système de protection de l’enfant en RDC, en particulier à l’égard des enfants en conflit avec la loi et des enfants victimes ou témoins d’actes criminels.
Il est mis en œuvre par le Bureau international des droits des enfants (IBCR) pour une durée de 5 ans à compter de juillet 2015 et pour un montant de 8226 190$ CAN (dont 756 190 $ CAN de fonds propres de l’IBCR).

« Quel que soit l’endroit où l’on se trouve dans le monde, que la communauté à laquelle on appartient soit riche ou pauvre, urbaine ou rurale, en paix ou en proie à un conflit armé, vieillissante ou multiethnique, qu’elle soit familière avec les nouvelles technologies ou dépourvue de services publics, chaque enfant évolue au sein d’un système de protection », souligne l’IBCR.
Par Didier KEBONGO

Leave a Reply

Your email address will not be published.