Kongo central : remaniement : de dix ministres, il en reste six

Kongo central : remaniement : de dix ministres, il en reste six

Le gouverneur de province Jacques Mbadu vient de signer une série d’arrêté. Il en a réduit l’effectif à cause entre autre ‘‘des raisons politiques et des difficultés pécuniaires qu’éprouve la province.’’ Ainsi, son gouvernement compte désormais six ministres dont aucune femme. La lecture de cet arrêté portant nomination des membres du gouvernement provincial a été faite hier.

Le Gouvernement du Bas-Congo/Infobascongo

Le Gouvernement du Bas-Congo/Infobascongo

Ancien directeur du cabinet, Maurice Vodikulwakidi fait la lecture de cet arrêté à la Radio Télévision nationale congolaise. Adolphe Sambu garde son poste du ministre provincial du Budget, Economie et la Fonction Publique. Félicien Mbedi fait son entrée. Il assume le poste du ministre provincial de l’Administration Provinciale et de l’Ordre Publique, de la Décentralisation, des Affaires coutumières et de la Justice. Florian Massaki change de portefeuille. Il est désigné ministre de la Santé, Education, Culture et Arts, Sports et Loisirs, Mobilisation des masses populaires et de mouvement des jeunes, Presse, Médias et porte-parole adjoint du gouvernement provincial. Michael Lukoki, ce nouveau membre du gouvernement assume le poste de ministre des Mines, Energie, Transports, Travaux Publics. Pierre Kabangu conserve son poste de ministre en charge de l’Agriculture, Pêche, Elévage et Développement Rural, Environnement, Conservation de la nature et Tourisme. Il devient porte-parole  du gouvernement provincial. Maurice Vodikulwakidi est nommé ministre près le gouverneur de province en charge des Finances et de l’Administration du gouvernorat.

Le nombre de ministre passe donc de dix à six. Sept quittent et trois font leur entrée. L’arrêté signale aussi que Leonard Fuka, ancien ministre de l’Administration Provinciale et de l’Ordre Publique, de la Décentralisation, des Affaires coutumières a lui-même sollicité de réintégrer l’Assemblée Provinciale. ‘’Après quatre ans de cohabitation pacifique avec l’Assemblée provinciale, le deuxième semestre de la quatrième année de notre mandat n’a pas été de tout repos à cause des manipulations politiciennes et de l’immaturité de la classe politique tant à Kinshasa que du Kongo central et dans cette dernière se trouvent malheureusement certains de nos proches collaborateurs. Au cas où cette tentative de déstabilisation avait réussi, ses auteurs se seraient proclamés héros, mais devant cet échec, ceux-ci et leurs complices sont qualifiés de rebelles et traités tels quels avec les conséquences qui s’imposent’’, signale l’arrêté.

’Les avantages financiers et matériels accordés aux animateurs de différentes institutions provinciales et à nos collaborateurs n’ont pas résisté devant l’ampleur de la crise financière qui a vu non seulement l’enveloppe provinciale rabattue d’environ 50% depuis avril 2016, mais en sus, les recettes additionnelles devant provenir de la Direction générale des recettes n’ont pas pu amortir le choc financier que la province a subi’’, poursuit l’arrêté.

Quant aux postes de directeur de cabinet et directeur de cabinet adjoint, ils sont supprimés. Anne-Marie Tsasa, ancienne ministre de la Justice remplace Eli Ngoma Binda au poste de Secrétaire général du gouvernement provincial. Léon Ngoy assume le poste de secrétaire général adjoint en remplacement de Simon Mboso.

’Cette restructuration va aussi se poursuivre au niveau des services commis aux Frontières dont le laxisme dans la collecte des recettes est notamment à la base des mesures de redimensionnement sus évoquées’’, promet cet arrêté.

Ceux qui ont quitté recevront leurs arriérés de traitements et leurs six mois d’indemnités de sortie avant la fin de l’année en court.

One Response to "Kongo central : remaniement : de dix ministres, il en reste six"

  1. Elie  2 mai 2017 at 13:48

    Malheurs aux ministres sortant, mais toute-foi, supporter le choc. car dans peu de temps la population va s’occuper du gouverneur. a propos de ces promesse non réalisable. tels que , le stade lumumba, l’eau, Electricité, les routes ect..

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.