Bas Congo : Non à la craie blanche, une décision portée au parlement

Bas Congo : Non à la craie blanche, une décision portée au parlement

 

une salle de classe vide/ Photo Infobascongo

une salle de classe vide/ Photo Infobascongo

Par manque de résolution à leurs revendications, les enseignants des écoles  publiques  ont refusé de toucher une fois de plus à la craie. Ils ont tenu  une réunion avec l’honorable Fabrice Puela au sein de l’école primaire de Fatima à Matadi, à 365 Km de Kinshasa. L’assemblée nationale est la dernière démarche pour contraindre les autorités à répondre à leurs attentes.

 

 

Les portes des classes fermées, la cour sans élèves. C’est cette ambiance qui règne dans toutes les écoles de l’Etat depuis le mois passé. Seuls les enseignants suivent attentivement l’adresse  de  Fabrice Puela, député national. ‘’ L’enseignant du Bas Congo semble être négligé. Il ne faudrait pas que l’on crée des zones salariales dans un pays.’’, déclare-t-il. ‘’ De peur qu’il y ait décalage au niveau des résultats, les autres camarades et moi allons vous accompagner pour le dépôt de mémo auprès de l’autorité.’’, décide Fabrice Puela.

Depuis le 05 Décembre dernier, la synergie des syndicats des enseignants du Bas Congo a opté pour la grève. Elle accuse le gouvernement central de ‘’ l’insouciance à leurs revendications légitimes qui sont entre autre, l’absence de salaires décents et équitables, de frais médicaux et soin de santé, d’indemnité de logement et d’allocation familiales,… Organisés en un comité restreint, ces formateurs de la relève ont décidé de rencontrer le parlement ce vendredi.

Pour Simon Nsilulu, porte parole de cette synergie, ‘’le parlement est l’autorité budgétaire. Nous y allons mener une grande action dans les cinq jours. Nous maigrirons mais nous ne mourrons pas dans le but de retrouver notre gain de cause.

Ces enseignants de la province  réclament : ‘’ le 20%  à l’éducation sur l’ensemble du budget national, l’uniformisation des salaires sur toute l’étendue du pays, la prise en charge des soins de santé de l’enseignant, la mécanisation de nouvelles unités, la prise en compte des arriérés des revendications des enseignants…’’.

Leave a Reply

Your email address will not be published.