RDC : un nouveau guide opérationnel pour les escadrons de protection de l’enfant et des préventions des violences sexuelles de la police

RDC : un nouveau guide opérationnel pour les escadrons de protection de l’enfant et des préventions des violences sexuelles de la police

Que retenir de l’atelier de validation du guide opérationnel des escadrons de protection de l’enfant et des préventions des violences sexuelles (PEPVS) de la Police nationale congolaise (PNC) tenue du 19 au 21 septembre 2017 au Cepas à Kinshasa ?
Que ce guide a été validé et que la feuille de route de sa diffusion est en chantier.

‘’Peut-on considérer que le guide opérationnel des escadrons de PEPVS de la PNC est validé après amendement ? Oui. Veuillez le manifester’’. Du coup, les policiers, le personnel de la justice et les travailleurs sociaux en matière de protection de l’enfant lèvent les doigts et applaudissent.
Le travail qu’ils viennent de réaliser est à la hauteur des attentes. ‘’Je suis satisfait des résultats. Je suis rassuré que le travail abattu pendant ces trois jours après amendements et suggestions apportés dans un climat de concertation et de complémentarité renforcera les capacités des différentes interventions et canalisera les actions sur le terrain et offrira une meilleure protection des enfants vivant dans ce pays continent : la RDC et cela dans le cadre du projet « Batela Muana » et permettra aux escadrons de la protection de l’enfant à compenser les insuffisances et les limitations soit les disfonctionnements constatés dans les interactions entre les acteurs de la chaine de la protection de l’enfant ’’, espère Philémon Patience Mushid Yav, le commissaire général adjoint en charge de la police administrative. Alfa Cisse Fatou, chargée des programmes Afrique subsaharienne poursuit : ‘’Je suis heureuse de l’enthousiasme avec lequel chacun de vous a travaillé et pour les suggestions et recommandations pertinentes faites. Matondo mingi.’’ (Matondo mingi, merci beaucoup en kikongo, une des quatre langues nationales de la RDC, Ndlr)

Guide  important
La nécessité de produire ce guide fait suite à l’état des lieux réalisé en 2016 par le Bureau international des droits des enfants (IBCR) et ses partenaires. Il a été relevé des insuffisances et ou des dysfonctionnements dans les interactions entre les acteurs de la chaine de la protection de l’enfant, mais aussi au sein de certaines structures en charge des questions de protection de l’enfant. Fin février 2017, ce document a été sous examen.
L’étape franchit à ce jour réjouit les partenaires. ’’C’était très important de valider ce guide. Il reprend des techniques importantes pour améliorer la qualité de notre travail en faveur de la protection des enfants’’, reconnait Mado Mpezo, commandant escadrons de PEPVS Kongo central. ‘’ Nous n’avons pas en RDC un Code de la protection de l’enfant qui reprend le tout. Ce guide est un outil de travail important, une sorte de vade-mecum, vante Hilaire Ngoie, président du tribunal pour enfants de Bukavu à l’est de la RDC. Nous formulons le vœu qu’il ne se retrouve pas dans le cimetière de ces prédécesseurs. ’’
En effet, ce manuel précise comment les différentes interventions des escadrons de PEPVS auprès des enfants doivent être menées afin d’être conformes aux exigences de performance et de qualité des services, et dans le respect des principes directeurs de la protection de l’enfant et de la justice pour enfants.

Tout en faveur des enfants
Ce guide qui fera également partie du cursus de formation des futurs officiers de la police doit être validé par la Direction générale des écoles et formations (DGEF), et le Commissaire général au final. Mais comment faire pour le diffuser et comment le pérenniser? Cette préoccupation de Serge Bouopda, chef de projet RDC a alimenté les échanges. Des propositions ont été faites. Une feuille de route sera produite sous peu.
Pour le directeur de cabinet du ministre des Affaires sociales ’’ la police, la justice ainsi que d’autres services qui sont impliqués dans ce projet ne doivent avoir qu’un seul but : contribuer à un service efficace permettant à nos enfants de vivre en paix et de jouir de leurs droits sans contraintes, sans obstacles’’. ‘’C’est ça le développement’’, estime-t-il, avant de remercier, l’IBCR et le Canada qui ‘’permettent à la RDC de travailler dans cette optique’’.

Leave a Reply

Your email address will not be published.