Carnet de voyage : J’ai vu une province Cabindaise en plein essor

Carnet de voyage : J’ai vu une province Cabindaise en plein essor
Province de Cabinda/Photo Infobascongo

Province de Cabinda/Photo Infobascongo

Pendant que crépuscule tombait sur Yema, la frontière congolo-angolaise au sud-ouest de Kinshasa, nous roulions sur  la route principale menant au cœur de Cabinda, capitale de la province. Asphaltée, bien que parsemée de nids de poule, elle contraste avec celle de Muanda au Bas-Congo au sud-ouest de la RD Congo. Elle est sablonneuse de bout en bout. Si le panorama qui s’offre à nous ce dimanche de janvier est de belles maisons qui abritent les services de sécurité, des bureaux classes pour recevoir des visiteurs, de l’autre côté, ce sont de vieilles bâtisses, des containers faisant office des bureaux, des gargotes et des latrines publiques en rameaux. Pourtant, ces deux provinces partagent le même littoral  pétrolifère.

Sur les près de 30 km qui séparent la frontière à Cabinda, de vastes pleines vierges attirent mon attention. Des gibiers surpris par le ronronnement des jeeps full option  traversent la route pour regagner l’autre partie de la savane.  A l’entrée du chef-lieu de cette province, l’aéroport Propre et moderne, recevant près de 25 aéronefs par jours,  permet la liaison avec le reste du territoire national. Sinon, il faut prendre la voie maritime étant donné que la voie terrestre est inexistante jusque là.

Impressionnantes infrastructures

C’est à PÔR DO SOL que je dois loger. Cet hôtel de 80 chambres est d’un confort  tel qu’il a été choisi pour abriter des

Province de Cabinda

Province de Cabinda

joueurs de la poule B de la Can. Partout dans la ville, des hôtels voient le jour. Des bâtisses splendides à plusieurs étages font plaisir à la vue. L’autoroute de la ville est une merveille. Elle conduit à Pointe noire au Congo Brazzaville. A mi-chemin, se trouve le stade de Chiazi. C’est ici notamment que se joue la Can. Construit par les Chinois à hauteur de 86 millions des $, il est de 20.000 places. C’est ici que j’ai vu pour la première fois Didier Drogba, l’ivoirien jouer contre le Burkinafaso.  Un peu plus loin, les mêmes Chinois construisent une grande université à treize étages. Les accords conclus avec ce peuple reconstruit le Cabinda. Et lorsque je suis arrivé au complexe Olympique où sont logées les différentes délégations venues participer à la Can, je ne me suis plus rendu compte que j’étais en Angola.

Le gouvernorat de province, ce confort, je m’en souviendrai toujours. La présence d’un seul policier m’a étonnée.  Des caméras sur les murs que seuls les avisés peuvent reconnaître m’invitaient à la réflexion. Tout le temps, je me demandais comment les chauffeurs font pas ne pas éteindre les moteurs de leurs véhicules en stationnement. C’est dans une station d’essence que j’ai appris que le prix du carburant coûte trois fois moins cher qu’en RD Congo. Et, leurs véhicules sont luxueuses. Les Cabindais sont friands des jeeps. Et, les femmes au volant sont nombreuses.

Peuple accueillant

Très polis, les Cabindais n’hésitent pas à demander pardon ou à s’excuser. Ils sont moins nombreux à écouter quand vous parlez français. Dans les rues, marchés, hôpitaux… c’est le Portugais, la langue du terroir qui se parle. Néanmoins, il n’est pas curieux d’avoir en face de vous un locuteur du français, du lingala ou du kikongo. Les deux peuples ont une histoire.Pas très jolies, elles sont rares les Cabindaises minces. Leur envergure serait due à leur alimentation. C’est souvent la moambe, poisson, viande, poulet, arachide, lait, légumes…que consomme ce peuple. Les prostituées ne sont pas dans les rues. Encore moins, les enfants. Cependant,le charme de ces filles très sexy dans leurs petites tenues leurs donnent une particularité. Au terme de trois jours de voyage, je dois regagner le Bas-Congo ma province. Après les formalités à la frontière de Yema, je reprends la route bourrée de sable de Muanda. Arrivée ce matin à Matadi, c’est une ville en grande partie sans électricité qui m’accueille.

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.