Matadi : un détenu, infirmier des prisonniers gestionnaire des médicaments remis par  l’Afejuco

Matadi : un détenu, infirmier des prisonniers gestionnaire des médicaments remis par  l’Afejuco

L’Association des femmes juristes congolaises (Afejuco), section du Kongo central vient de remettre des médicaments aux pensionnaires de la prison centrale de Matadi.Dans le lot:des désinfectants pour lutter contre le choléra déjà signalé dans cette prison. Ces produits pharmaceutiques seront gérés par un détenu, infirmier de ces codétenus et prisonniers.

Des mains du directeur de la prison, Robert* reçoit les médicaments achetés par l’Afejuco. Il est instruit de ne pas s’exprimer. Néanmoins, l’essentiel est fait pour cette association.‘’Vu la promiscuité de ces détenus, il y’a une forte probabilité de contamination. C’est pour cette raison que nous avons acheté une quantité importante de Chlore’’, expliqueMe Cherine Luzayisu, présidente de l’Afejuco au directeur de la prison.

Construite en 1934 pour 150 prisonniers, cette institution carcérale en détient à ce jour 657.  Mal entretenue, elle est crasseuse. Le choléra y a été même déclaré.

Outre le chlore, l’Afejuco a aussi apporté des antipaludéens,anti-inflammatoires, antibiotiques, pommades à multi-usages… On peut avoir une infirmerie et un corps médical, mais il faut aussi des médicaments’’, justifie Cherine.

L’Afejuco rassurée

L’Afejuco a le cœur net : son don atteindra les bénéficiaires.Car, au sujet des malades extrêmement graves, la hiérarchie pénitentiaire a mis en place un programme de rotation mensuelle de 10 médecins. ‘’ Nous leur donnerons la liste complète des médicaments’’,se rassure la présidente de la l’Afejuco.

Robert* : nom d’emprunt

2 Responses to "Matadi : un détenu, infirmier des prisonniers gestionnaire des médicaments remis par  l’Afejuco"

  1. Marie ange  16 février 2018 at 14:53

    je salue cette initiative mais ce n est pas suffisant . a la prison centrale de Boma il y a aussi beaucoup de cas de maladies. merci de faire quelque chose

    Répondre
  2. Matondo kabibi  30 janvier 2018 at 12:42

    c est une oeuvre louable mais le gouvernement provincial doit savoir faire son travail. Il revient a l état de prendre soin de la sante des détenus

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.