Matadi : des représentants des confessions religieuses acceptent la machine à voter

Matadi : des représentants des confessions religieuses acceptent la machine à voter

Bernadette Kiatondo, secrétaire exécutif provincial de la Commission électorale nationale indépendante(CENI) antenne  du Kongo central, a présenté la machine à voter et son utilisation à certains responsables des communautés religieuses de Matadi. Après des exercices pratiques de simulation de vote, ils ont  adopté la machine à voter.   

Comme si c’était un jour de vote, les dirigeants de huit  confessions religieuses de Matadi choisissent leurs candidats. En un temps court, ils votent. ‘’ En 2O11, je n’étais pas en mesure de trouver le nom de mon candidat à la députation nationale tellement la liste  était longue. La machine à voter est une solution’’, estime Philippe Mupalapala, un pasteur d’une église de réveil. ‘’S’il n’y avait pas les urnes là on ne pouvait pas accepter la machine à voter. Toutes les informations négatives, qu’on a eu à propos de cette machine sont fausses’’, précise Mohamed Backer Toti, responsable de la communauté islamique de Matadi. Jean Pierre Longo Sita responsable de la communauté kimbanguiste embouche la même trompette : ‘’ Dans les précédentes élections on a eu du mal a trouvé le nom du candidat à voter, suite aux gros livres faisant la liste des candidats.’’ 

Sensibiliser les autres

L’importance de cette machine à voter a été expliquée par Bernadette Kitondo, secrétaire exécutif provincial de la CENI. ‘’ Cet outil informatique a permis à l’Etat congolais de réduire sensiblement le coût des élections à une hauteur de plus ou moins 200 millions de dollars américains’ ’, a-t-elle dit. Des machines à voter sont déployées dans les territoires, les villes de Matadi et Boma  pour la sensibilisation et la pratique.  ‘’Toutes les parties concernées au processus électoral ont l’obligation de sensibiliser leurs bases pour connaitre son fonctionnement et son utilisation’’, déclare Kitondo. ‘’ Avec la machine on économise plus du temps c’est facile a voté c’est comme nous utilisons les téléphones, mais nous avons le devoir de sensibiliser nos fidèles dans les paroisses’’, accepte Don André Mpanzu, un pasteur d’une église de réveil.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.