Lualaba :des hippopotames dévastent les champs des paysans à Kipepa

Lualaba :des hippopotames dévastent les champs des paysans à Kipepa

Dans le village Kipepa à 20 km de Kolwezi dans le Lualaba, deux hippopotames dévastent des champs, seule source de richesse des habitants. case phone for iphone 6 Ils savent que ces mammifères font partie des espèces protégées et refusent de les tuer. Ils demandent aux autorités de trouver une solution pour eux mais ça traîne.

Kipepa jeudi matin 7heures ! Une paysanne est ahurie. muze iphone 6 battery case Son champ ressemble à un terrain labouré. iphone 8 case pocket Les tubercules de patate douce sont à découverts, les tiges de manioc déterrées, tout est sens dessus dessous. Mains sur la tête s’interroge :’’Que deviendrai-je ? Je vis ici depuis 1979, je n’ai jamais vu ça. Le champ est ma seule source des revenus.’’ A proximité, un autre champ est aussi dévasté. Il appartient à un vieillard. tech 21 iphone 8 plus case Visage ridé, cheveux blancs crépus, il renchérit d’une voix aphone:’’ nous ne vivons que de ces produits.’’

Repousser les hippopotames

Patate douce sortie de terre par un hyppopotame à Kipepa au Lualaba/Infobascongo

Patate douce sortie de terre par un hyppopotame à Kipepa au Lualaba/Infobascongo

Au Lualaba, province minière, peu de gens s’adonnent à l’agriculture. Ces dégâts sont un vrai coup pour ceux qui n’ont pour travail que la terre. iphone 8 animal case ‘’Les gens se battent pour l’autosuffisance alimentaire, des dégâts comme ça, c’est grave pour mes administrés’’, se plaint Kipepa, le chef qui a donné son nom à cette localité qui demande aux autorités provinciales de trouver une solution rapide. cases for iphone 8 glitter Les villageois savent que les hippopotames font partie des espèces protégées, ils refusent de les tuer. ‘’Que les autorités les repoussent, nous nous voulons respecter la loi’’, fait savoir un jeune.

Se mettre loin des hippopotames

Mais beaucoup estiment aussi qu’il s’agit des animaux maléfiques. Ils ont obtenu du gouvernement provincial l’arrivée du Grand chef de terre Kazembe. Tout le village l’a accompagné au bord du fleuve Congo à Kipepa. Pour lui rassurer que ces mammifères existent bel et bien, des habitants se sont munis des gourdins et des bidons. iphone 6 case bunny A chaque fois qu’ils tapent dessus, les hippopotames sortent leurs gueules. Ils s’amusent comme s’ils étaient dans un cirque. ‘’Ils n’ont rien à voir avec les esprits mauvais. Je veux faire rapport au ministre du tourisme’’, a –t-il promit.

Des femmes tapent sur des bidons pour faire monter à la surface des eaux des hyppopotames/Infobascongo

Des femmes tapent sur des bidons pour faire monter à la surface des eaux des hyppopotames/Infobascongo

Ce message est arrivé. ‘’ Nous savons comment les chasser, c’est ce que nous ferons et une commission va s’y rendre’’, a assuré Daniel. Directeur de l’Institut congolais pour la conservation de la nature(ICCN) Felix Mbayo appelle les habitants de Kipepa au calme.

Leave a Reply

Your email address will not be published.