‘’Makala’’ film d’un charbonnier de Walemba au Lualaba  diffusé à Kolwezi

‘’Makala’’ film d’un charbonnier de Walemba au Lualaba  diffusé à Kolwezi

‘’Makala », film d’Emmanuel Gras qui parle de la vie de Kaskito de son vrai nom Kabuiti, un charbonnier de Walemba, un village du Lualaba a été projeté au cercle Manika à Kolwezi. Un film émouvant entre pénibilité d’un travail et la détermination d’un père à nourrir sa famille.

Ce film commence par Kaskito. Deux haches sur les épaules, il se rend en forêt pour débiter un gros arbre. Il doit en faire la braise à vendre pour construire sa maison. Kaskito ne veut plus être locataire. Il met plusieurs jours à produire la braise. Et, c’est non sans conséquence. Des épines l’agressent, sa femme, son aide se blesse.

50 km à pied

Sa marchandise prête, il doit aller la vendre à Kolwezi à 50 km de son village. Kaskito pousse péniblement son vélo chargé de sacs de ‘’makala’’ (Makala, la braise, Ndlr).Il inhale la poussière soulevée à chaque croisement des véhicules, son vélo se renverse et la braise s’éparpille. Comme si cela ne suffisait pas, il est tracassé. ’’ Tu dois payer 2000 fc (1$) par sac avant de passer. Sinon, tu nous laisses un sac de braise’ ’, lui exigeait un agent du ministère de l’Environnement. Pourtant, il doit vendre le sac à 3500 fc.

A Kolwezi, ville trépidante où il arrive tard la nuit, c’est d’abord pour aller rendre visite à sa fillette qui vit dans sa belle-famille. Ce père de famille se décarcasse pour lui assurer de bonnes études qui manquent à Walemba. Dans sa gibecière: des sandales. ‘’Makala’’, c’est aussi l’histoire d’un père responsable qui se bat pour la survie et l’essor de sa famille.

 

Kaskito spectateur de son film

Son long voyage n’a pas donné des résultats escomptés. Les clients marchandent, il n’a que peu d’argent en poche. Il peut quand même acheter des médicaments pour sa fille qu’il a laissée au village. Sa déception est grande quand, dans un magasin, il se rend compte que ce qu’il lui reste ne peut acheter qu’une seule tôle. L’espoir s’envole. Triste, il doit quitter Kolwezi. C’est là que prend fin le film sous les applaudissements de l’assistance. Et, ce soir, Kaskito n’était plus acteur, il était spectateur. ‘’Je suis content d’avoir parlé de ma réalité dans ce film’’, dit-il avec timidité. A côté de lui, Emmanuel Gras. ‘’J’ai voulu démontrer le courage d’un jeune qui travaille dur pour si peu. C’est aussi cela la réalité de plus d’une personne en RDC’’, explique-t-il. Pour Samy Kayombo, ministre provincial de la Culture du Lualaba,’’ ‘’Makala’’ est aussi un message sur la protection de l’environnement et la nécessité d’organiser les charbonniers’’.

Ce film a été diffusé en France et à Kinshasa au festival du cinéma européen. Kabuiti a été soutenu. Il est toujours charbonnier. A la différence qu’il peut à ce jour produire 40 fois plus de sacs qu’auparavant (400 sacs). Il tient une coopérative et a pu construire sa maison.

Le réalisateur assistant de ce film est Gaston Mushid, un journaliste de Kolwezi.

 

Par Annitha Kon

Leave a Reply

Your email address will not be published.