Le nouveau gouvernement du Kongo central: neuf hommes et une femme

Le nouveau gouvernement du Kongo central: neuf hommes et une femme

Moins d’un mois après la mort de Jacques Mbadu, le gouverneur du Kongo central, Atou Matubuana, gouverneur intérimaire nomme les membres de son gouvernement. Ils sont neuf hommes contre une femme. Il s’agit des personnes qui proviennent de l’Assemblée provinciale suspendue ou leurs proches.

Ministre provincial des Travaux publics, infrastructures et reconstruction : Papy Mambo ;

Ministre provincial des Finances, de l’économie, du commerce, de l’industrie, des petites et moyennes entreprises : Pierre Kabangu Salambi ;

Ministre provincial du Budget, du portefeuille, du plan et de la fonction publique : Honore Bavula ;

Ministre provincial de l’intérieur : Félicien Mbedi ya Kitembedi ;

Ministre provincial des Affaires foncières, urbanisme et habitat : Michael Lukoki Nsimba ;

Ministre provincial de la Justice et des droits humains, travail, prévoyance sociale et porte-parole du gouvernement : Me Jean-Bosco Khonde yi Lukanga ;

Ministre provincial des Mines, de l’énergie, des hydrocarbures, transports et voies de communication: Marcel Matumpa Buka ;

Ministre provincial de la Sante, de l’éducation, des sports, tourisme, culture et arts: Florent Masaki Nzembele

Ministre provincial de l’Agriculture, pèche, élevage et développement rural, de l’environnement et conservation de la nature : Denis Nsitu Mambuku ;

Ministre provincial de la Communication et médias, affaires sociales, genre et famille: Chantal Via

 

One Response to "Le nouveau gouvernement du Kongo central: neuf hommes et une femme"

  1. kaddy  17 septembre 2018 at 10:28

    C’est avec un grand regret la jeunesse du kongo central par le canal du conseil provincial de la jeunesse, dirigé par son président kaddy mbodo, ont pu constaté l’injustice des autorités de la province du kongo central, en oubliant le ministère
    de la jeunesse, branche la plus utile dans cette planète. nous nous posons milles et une question de savoir si réellement les autorités du kongo central ont qu’à même la conscience tranquille en faisant tout ce si. je rappel que plus de 70% de la population de cette province est jeune. mais oublié à leur triste sort et voilà être supprimé dans un gouvernement. je me demande si à quoi va être l’importance de tout ces autorités s’ils oublies même le jeune qui sont l’avenir de notre pays. ça se passe nul part sauf au kongo central.

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published.